Revoir le globe
Top
Retour à l'historique des lettres

Lettre envoyée le 16/09/2019

 

 

Lundi 16 septembre 2019                                                                                 La Lettre N°447

 

Le Musée Zadkine (Paris 6è) vous invite à découvrir l'exposition « Le rêveur de la forêt » du 27 septembre 2019 au 23 février 2020. Puisant à des sources multiples – poésie, philosophie, sciences – Le rêveur de la Forêt croise les époques, les médiums et les genres. L’exposition réunit presque une centaine d’œuvres d’une quarantaine d’artistes. Grâce à des prêts exceptionnels de musées, de collections privées ou d’artistes, elle éclaire de manière inédite l’œuvre d’Ossip Zadkine, la matérialité vivante caractéristique de ses sculptures et leur lien organique à la forêt. Autobiographique, le titre renvoie au sculpteur, à son attachement intime à la forêt. L’exposition interroge la fascination faite de peur et d’enchantement mêlés que suscite la forêt dans l’imaginaire commun. Refuge du vivant, du sauvage, du sacré, le monde sylvestre représente ce qui échappe aux entreprises humaines de domestication et de rationalisation du monde, ce qui leur préexiste et leur survivra. Dans un contexte marqué par la montée de préoccupations environnementales et écologiques, ce projet engage une réflexion anthropologique et artistique autour d’un thème qui a donné naissance à de nombreux chefs-d’œuvre dès les débuts de la révolution industrielle, et qui reste d’une brûlante actualité chez les artistes contemporains. Guidé par des veilleurs visionnaires qui, pour nourrir leur art ou le régénérer, réellement ou métaphoriquement, font de multiples aller-retours jusqu’au cœur du monde sauvage, le visiteur effectue une promenade en trois temps, de l’orée des bois à l’écosystème naturel et jusqu’aux mystères de la forêt. Ainsi découvre-t-il l’évolution et la transformation du regard porté sur la forêt, organisme vivant, perçu par certains comme refuge de force vitale. Cette découverte s’effectuera lors d’un parcours en trois parties : La lisière - Genèse - Bois sacré, bois dormant.http://www.zadkine.paris.fr/


 

Vous êtes toujours et encore à l'affut d'ouvrages dépaysants ? La rentrée littéraire a pensé à vous : Après Marie Curie et Simone de Beauvoir, Irène Frain se tourne vers une héroïne qui fascina les romantiques : Pauline Gueble, amoureuse rebelle d’un insurgé décabriste. Partie sur ses traces en Russie, Irène Frain en reviendra hantée par une femme d’exception, étonnante de courage, de force et de passion. Pauline est de celles qui brisent les barrières. Au début du XIXe siècle, dans une ville de Lorraine, l’adolescente risque-tout défie sa veuve de mère et clame qu’un jour elle épousera un Russe. Rien de surprenant donc à ce que la jeune femme devienne modiste à Saint-Pétersbourg. Dans une ville en pleine ébullition, elle rencontre un riche noble, Ivan Annenkov. Ce sera lui. Il fera basculer son destin. Car Ivan, élevé dans l’esprit des Lumières, participe à un complot contre le tsar Nicolas Ier afin de le destituer le jour même de son investiture, le 14 décembre 1825. Ceux que l’on appellera les « décabristes » échoueront, et seront envoyés au bagne en Sibérie. Pauline, comme neuf compagnes de condamnés, décide de rejoindre son amant en exil. Par - 20 °C, en ville et dans les profondeurs des terres sibériennes, à pied, en train, en voiture, Irène Frain a sillonné le chemin des insurgés et de leurs femmes. Elle tire un portrait poignant de celle qui croisa aussi bien Dumas, Chateaubriand que Dostoïevski, et qu’elle décrit comme « une Mathilde de la Môle qui ne serait pas qu’un cerveau, une Sanseverina qui aurait les pieds sur terre, une Sylphide qui saurait ce qu’est le sexe, le rire, la culture des bette- raves, la vodka, les chevaux, la bassesse humaine comme sa noblesse » (« Je te suivrai en Sibérie » d'Irène Frain, Collection Démarches,sortie le 19 septembre).

A la même date, Huw Lewis-Jones publie ses « Carnets de marins » (39,50€) :source inépuisable de fascination, la mer est un lieu d’émerveillement et de terreur. Les journaux de bord, carnets de croquis, lettres et dessins rassemblés dans ce bel album nous font partager les navigations des marins les plus intrépides. À travers des documents datant du XVIe au XXe siècle, nous partons à la rencontre d’officiers et de matelots ordinaires, de cuisiniers et de baleiniers, de chirurgiens et d’artistes. Parmi eux, Jeanne Baret, première femme à avoir fait le tour du monde, William Bligh, capitaine du Bounty, Piri Reis, amiral ottoman, ou les figures exceptionnelles que furent le flibustier Barthoomew Sharp, le naturaliste Georg Steller et Zheng He, l’homme aux commandes d’une flotte chinoise de 200 navires sous l’empereur Ming. Autre voyage, cette fois au Tibet avec l'ouvrage de Louis-Marie et Elise Blanchard (39,50€). « L'exploration du Tibet ». Le Tibet est probablement l’une des régions du monde ayant su le mieux protéger ses secrets. Jusqu’au début du XIXe siècle, l’Occident ne connaît que peu de choses sur cette contrée auréolée de mystère. Seuls quelques voyageurs ont franchi les cols himalayens et mis les pieds au Pays des Neiges. Parmi eux, des missionnaires, des espions, chargés de cartographier ces hauts plateaux encore méconnus, mais aussi des voyageurs passionnés ou des écrivains orientalistes. Nombreux sont ceux qui ont risqué leur vie pour atteindre Lhassa. Entre exploration et conquête, ces audacieux personnages ont laissé derrière eux des témoignages qui se lisent comme des romans d’aventure, et ils ont permis d’accéder à un univers longtemps resté inaccessible.

Enfin, Pascal Tournaire & Hubert de Tourris nous invitent, depuis le 12 septembre, à découvrir leur livre « Equilibre » consacré au yoga de montagne (29€). Pascal Tournaire pratique l’alpinisme depuis trente ans et le yoga depuis peu, accompagnant en montagne le yogi Hubert de Tourris. Leur complicité renouvelle la représentation de cette discipline dans la nature : en altitude, dans le froid et la rudesse des aubes et des crépuscules. Chaque lieu et chaque position entre en résonance, et invite à la méditation. Alpinistes ou grimpeurs, ils sont plusieurs à rechercher à travers le yoga un équilibre dans leur activité sportive, et ils témoignent ici de leur pratique. Des textes et citations pour ouvrir des fenêtres vers la spiritualité et la philosophie, et épouser les prises de vues.


Parisiens et parisiennes sont invités à une collecte dédiée à la Libération de la capitale le 28 septembre prochain, au Musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc – musée Jean Moulin. Cette collecte « Libération de Paris » a été mise en place pour inviter les Parisiennes et les Parisiens qui le souhaitent à faire don de pièces originales et ainsi enrichir la mémoire collective parisienne. Objets, photographies, films, lettres et autres documents originaux (brassards de FFI, vieilles cartes de rationnement, lettres de résistants, affiches de l’époque…) seront les bienvenus pour cette opération inédite qui permet la conservation et la valorisation de ces témoignages de l’Histoire. Rendez-vous au musée le samedi 28 septembre, de 10h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00 .


 

La Bibliothèque nationale de France et les Éditions Albert René célèbrent les 60 ans d’Astérix, le « petit Gaulois » de René Goscinny et Albert Uderzo, à travers une exposition exceptionnelle présentée dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine. À cette occasion, l’ensemble des planches originales du tout premier album de la série, Astérix le Gaulois, données à la BnF par Albert Uderzo en 2011, ainsi que les notes manuscrites, le synopsis et le scénario de cet album, prêtés par Anne Goscinny, sont exposés dans la Galerie des donateurs. C’est la première fois qu’est présentée l’intégralité des documents originaux (textes et dessins) du premier album d’Astérix. L’exposition est présentée du 20 au 22 septembre 2019, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine (Galerie des donateurs BnF I François-Mitterrand, Quai François Mauriac, Paris XIIIe , Vendredi 20 et samedi 21 septembre 10h > 19h Dimanche 22 septembre 11h > 19h, entrée libre)

La Maison de Balzac (Paris 16è) vous convie à sa toute dernière exposition « Balzac et Grandville, une fantaisie mordante », du 26 septembre 2019 au 13 janvier 2020. Avec cette nouvelle exposition, la maison de Balzac qui a rouvert ses portes en juillet après des travaux d’accessibilité, de rénovation du jardin et de muséographie du parcours permanent, s’intéresse à la relation passionnante entre l’écrivain et l’un des dessinateurs les plus singuliers du XiXe siècle, Grandville (1803-1847). Dessins, gravures, affiches... plus de cinquante œuvres tantôt satiriques, parfois poétiques ou fantastiques mettent en image cette étonnante rencontre. Le parcours de l’exposition donnera à voir les rapports étroits et réciproques entre les deux hommes ; depuis leur rencontre dans les salles de rédaction jusqu’à leur admiration mutuelle et leurs collaborations régulières qui donnent lieu à des œuvres d’une fantaisie mordante. En première partie, nous est présentée la collaboration des deux hommes. D’abord à travers le travail de Grandville pour La Silhouette puis avec quelques caricatures politiques publiées dans La Caricature. Les thèmes de ces gravures ont un écho étonnement actuel. L’illustrateur aborde le poids de la fiscalité, la lutte contre le gouvernement ou la censure. Balzac est l’un des seuls écrivains de son temps à s’intéresser aux dessinateurs et à tenter de les promouvoir. Cela s’explique par l’attrait de Balzac pour les métiers de l’imprimerie, ainsi que dans sa volonté d’élargir le champ de l’art afin d’y inclure le roman, genre alors peu considéré. C’est un Balzac commentateur de Grandville que l’on découvre dans cette deuxième partie. Les relations entre Balzac et Grandville sont bonnes et Balzac vante dans trois articles les gravures du jeune artiste. http://www.maisondebalzac.paris.fr/


 

À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine (#JEP2019), qui ont pour thème cette année « art et divertissement », le musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye propose diverses visites et animations pour permettre au public de redécouvrir ce haut lieu du patrimoine : Accès gratuit à l'ensemble des collections, Accès exceptionnel à la salle Piette qui rassemble l'une des plus riches collections d'art mobilier de la Préhistoire , démonstrations de taille de pierre par les compagnons et artisans du patrimoine (entreprise Gallis, Chevilly-Larue et entreprise Chevalier, Paris) et visites conférences (réservation le jour même sur place). Le Domaine national de Saint-Germain-en-Laye sera ouvert de 8h00 à 19h30 les samedi 21 et dimanche 22 septembre. Il offre 40 hectares d'espaces protégés au titre des monuments historiques et des sites, entretenus par les jardiniers métiers d'art du Ministère de la Culture dans le respect des normes environnementales. Des parterres à la française au jardin paysager à l'anglaise, sans oublier la Grande Terrasse dessinée par André Le Nôtre, un résumé de l'histoire des jardins et du paysage avec une vue à couper souffle sur Paris et la région capitale s'offre à nous. https://musee-archeologienationale.fr/

Du 19 au 23 septembre, durant les Journées du Patrimoine, se tiendra à Paris (6è) le Village du Patrimoine artisanal et gourmand (http://villagedupatrimoine-artisanaletgourmand.com/). Amour du métier, qualité des produits, envie de partager et de transmettre... nos petits artisans nationaux sont les meilleurs ambassadeurs de l'excellence à la française : maroquinerie, design, vêtements, décoration, sculptures, objets recyclés, gourmandises... toujours 100% « Fabriqué en France ». Plus de 40 artisans sont ainsi réunis autour de la superbe fontaine des quatre Evêques, dans une ambiance conviviale et chaleureuse, au pied de l'église St Sulpice, et en plein coeur du 6ème arrondissement parisien. Les Parisiens à la recherche de produits d'exception et les promeneurs étrangers désireux de trouver des produits uniques à ramener chez eux peuvent découvrir des artisans d'art très créatifs, des artistes du recyclage : métal, tissu, caoutchouc... de délicieux produits gourmands de nos régions présentés par des petits producteurs passionnés et un espace restauration pour savourer un bon déjeuner ou se reposer autour d'un verre dans le très beau cadre de la fontaine St Sulpice. Le Village du Patrimoine Artisanal et Gourmand représente donc la formidable opportunité de compléter une visite des monuments historiques en admirant le travail des artisans de France, puisque certains vont réaliser des démonstrations. Et pour les enfants: au stand de démonstration du tailleur de pierre les petits et grands pourront essayer de sortir de l'enclume, Excalibur, la grande épée magique légendaire du roi Arthur.


 

Deux soeurs globe-trotteuses dans l'âme, Hana et Leila, ont inventé un concept génial : Boardingbox, la première box voyage personnalisée qui vous embarque pour un séjour sur-mesure ou un week-end surprise. Boardingbox est une agence de voyage “nouvelle génération” qui révolutionne les séjours et les week-ends en proposant des box personnalisées avec deux types de séjours: des voyages sur-mesure dans le monde entier et des week-ends surprise en Europe. La signature Boardingbox, c’est la box cadeau offerte à toutes les personnes qui feront appel à elles pour leur voyage. Unique et personnalisée en fonction de votre séjour, la box cadeau est concoctée suivant la destination et le thème du voyage, c’est bien plus qu’une simple box ! En effet, on y retrouve à l’intérieur des goodies, des petits cadeaux et toutes les informations nécessaires concernant le futur voyage. Les (grands) petits plus "Made by Boardingbox" : des box totalement uniques, un service client joignable 7j/7 et 24/24, des clients chouchoutés via un réel suivi avant, pendant et après le voyage, le sens du conseil : pas d'idée précise de séjour mais juste un budget, une destination ou une date en tête ? Boardingbox vous guide, vous accompagne et vous concocte un séjour à votre image. https://boardingbox.fr/

La 36e édition des Journées européennes du patrimoine placée sous la thématique « Arts et divertissement » se tiendra partout en France les 21 et 22 septembre 2019. Au Musée de la gendarmerie nationale, ce sera également la dernière occasion de découvrir l'exposition temporaire en cours « Des animaux et des gendarmes, que croyez-vous savoir ? ». Ouvert de 10h à 18h, le musée proposera diverses activités dont des  animations par le régiment de cavalerie de la Garde Républicaine (Préparation du cheval et du cavalier pour un service d'honneur,  ferrage de chevaux, démonstration du travail de forge, échange en continu avec les cavaliers du régiment), une conférence "En selle vers le régiment de cavalerie de la Garde Républicaine" par le lieutenant-colonel Gabriel Cortes, commandant de régiment en second de la Garde Républicaine (Inscriptions nécessaires au 01 64 14 54 64, https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/musee ou musee@gendarmerie.interieur.gouv.fr), et une projection en continu de films en relation avec la Gendarmerie et la Garde Républicaine. Des visites guidées des collections permanentes et de l'exposition temporaire seront proposées régulièrement en fonction de l'affluence des visiteurs. Musée de la Gendarmerie, Avenue du 13e dragons - 77000 Melun (Tél : 01 64 14 54 64).

Lors des Journées du Patrimoine des 21 & 22 septembre, La Savonnerie Fer à Cheval, récemment inscrite aux monuments historiques à l’instar du Château d’If, de la Cité radieuse ou du Fort Saint Jean, ouvrira ses ateliers au public et préparera de nombreuses surprises à cette occasion. Le véritable savon de Marseille se reconnaît par son histoire et son savoir-faire ancestral. C’est ce savoir-faire, datant de l’édit de Colbert de 1688, et qui se transmet de génération en génération par ses maîtres savonniers que Fer à Cheval, que la plus ancienne savonnerie de Marseille toujours en activité dévoilera à ses visiteurs les samedi 21 et dimanche 22 septembre, de 10h à 16h.

 

Greater Palm Springs, ses neuf villes et ses déserts californiens : Voici quelques suggestions pour chiller sans perdre son temps, car Greater Palm Springs offre à ses visiteurs autant d’expériences culturelles que de paysages naturels permettant de vivre des expériences « outdoor » inoubliables : une rando matinale, un spa revigorant, un après-midi au bord de la piscine ou dans une galerie d’art, un diner en terrasse, une soirée sous les étoiles et bien d’autres surprises. Ainsi le Night Sky Festival du 21 septembre 2019 vous permettra de découvrir Joshua Tree National Park sous un ciel étoilé avec une soirée spéciale « Star Party » et ses vingt télescopes, de la musique, une découverte des constellations et des histoires sous le ciel. En octobre 2019 c’est le Wanderlust Wellspring (du 4 au 6 octobre) qui sera de retour à Palm Springs avec de nombreux cours, ateliers, thérapies holistiques et autres évènements. Ne manquez pas cette opportunité de rencontrer de nombreux enseignants et spécialistes en médecines douces. Une autre date à retenir pour un évènement 100% US: le 27 octobre 2019 à l’occasion de la Palm Desert Golf Cart Parade (c'est bien d’un défilé de voiturettes de golf dont il s'agit). La Gay Pride, elle, sera également l'évènement majeur à Palm Springs du 1er au 3 novembre 2019. Et pour les plus sportifs ou amateurs d’évènements sportifs : Ironman 70.3 (à Indian Wells) est l'évènement à ne pas manquer le 8 décembre prochain. https://www.visitgreaterpalmsprings.com/


Map Kit (Huawei) concurrence Google Maps (Etats-Unis) : suite à la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, le monde des technologies futures connait des soubresauts et Huawei n’a pas tardé à répliquer avec le lancement de son nouveau système d’exploitation, HarmonyOS, ouvertement concurrentiel à Android (Google). Pour l’instant, la totalité des utilisateurs de smartphones dans le monde connaissent deux types d’OS (Operating System ou systèmes d’exploitation), tous deux américains : iOS pour Apple et Android pour Google. Pour continuer de s’imposer sur ce marché de l’industrie mobile, Huawei est finalement contraint de développer un OS autonome 100% chinois pour faire face à l’interdiction du gouvernement américain d’utiliser Android dans ses smartphones à l’étranger.


Ce 21 septembre, pour les 100 ans de son industrialisation, la Maison Moutet (http://www.tissage-moutet.com/), a le plaisir de vous convier à l’inauguration officielle de l’exposition retraçant un siècle de savoir-faire et d’évolution de l'entreprise. Et quelle meilleure occasion que les Journées Européennes du Patrimoine pour célébrer cet anniversaire. L’aventure textile de Moutet commence en 1874, lorsque Jean-Baptiste Moutet rachète « Le bon coin » et crée la boutique de nouveautés « Au coin de la rue » à Orthez. La boutique vend alors différents tissus et coupons. 1919 sera l'année de naissance d’un linge de maison béarnais inspiré de la mante à bœufs, cette toile épaisse à fond blanc qui protège les animaux du soleil et des insectes. Les 7 rayures de cette mante symbolisent les sept provinces basques… d’où l’appellation « linge basque ». Rue du Souvenir Français, à Orthez (64).

Les musées de la ville de Paris se mettent en quatre à l'occasion des Journées du Patrimoine les 21 & 22 septembre : Le Petit Palais propose des activités autour du dessin et du théâtre. Une animation théâtrale sera notamment menée par les jeunes comédiens du conservatoire Camille Saint-Saëns, tandis que des ateliers et des visites seront accessibles à tous. Enfin la création d’un dessin collaboratif gigantesque sera le fil rouge du weekend. Le musée de la Libération de Paris - musée du général Leclerc - musée Jean Moulin, propose des journées européennes du patrimoine autour de la série télévisée pédagogique « Les Grandes grandes vacances ». Visites guidées et projections ponctueront la découverte du nouveau musée. Le musée de la Vie romantique programme un cycle d’activités exceptionnel pour adultes et enfants en accès libre dans les collections, une occasion unique de (re)découvrir un lieu insolite. Avec son pavillon à l’italienne et ses collections permanentes, le musée offrira un voyage dans le Paris romantique du XIXe siècle avec des ateliers créatifs, des mini-concerts et des contes pour les plus jeunes. Au musée Cognacq-Jay un weekend ludique attend les visiteurs : ateliers de masques, visites-conférences, initiation à la danse baroque... réjouiront petits et grands. La maison de Balzac qui vient de rouvrir ses portes accueillera des ateliers de dessin et des visites « en jeu ». La maison de l’écrivain proposera également une « Joute verbale » menée par Les Tréteaux de France pour s’amuser en équipe et (re)découvrir le musée. Au musée Bourdelle, tous les visiteurs pourront profiter de diverses activités tout au long du weekend. Un concert sera notamment donné en déambulation dans tous les espaces du musée en écho à Back Side / Dos à la mode, exposition accessible à tous jusqu’au 17 novembre 2019. Actuellement en rénovation le musée Carnavalet - Histoire de Paris proposera des promenades et visites au coeur de Paris. http://www.parismusees.paris.fr/fr

Les Journées du Patrimoine pourraient bien être l'occasion pour vous de découvrir le Musée de la SACEM, musée qui propose trois niveaux de découvertes : Les expositions : des thèmes d’exposition sont proposés, en lien ou non avec l’actualité. Pour son lancement, en 2018, le Musée Sacem a invité le public à découvrir cinq expositions : l’histoire de la Sacem, l’histoire du son du vinyle à Internet, Mai 68 en musique, Les femmes dans la création musicale du Moyen-âge au début du XXème et la musique pour le jeune public. D’autres viendront ensuite sur la musique de film des années 30, les auteurs de doublage, les musiques d’Outre-mer... L’actualité : chaque année est l’occasion de rendre hommage aux créateurs/trices en célébrant des anniversaires ou en commémorant leur mémoire. En 2018 : 100 ans de la disparition de Guillaume Apollinaire, 80 ans de la naissance de Joe Dassin... En 2019 : 10 ans de la disparition d’Alain Bashung et de Maurice Jarre, 60 ans de la disparition de Boris Vian, 90 ans de la naissance de Claude Nougaro... Pièces uniques et histoires : certaines pièces sont uniques et inédites, ou bien ont des histoires particulières. Le Musée Sacem permet de les partager, ainsi que les archives de celles et ceux qui ont contribué à leur création : podcast d’un entretien inédit de Serge Gainsbourg, examen d’entrée à la Sacem de Barbara, partition de « Mon manège à moi » interprétée par Edith Piaf, télégramme de Giuseppe Verdi adressé à la Sacem, feuille de timbres du film « Les Tontons flingueurs », photos d’identités de Jean-Paul Sartre, Jacques Offenbach, Antoine de St-Exupéry... Le Musée Sacem est voué à évoluer et à s’agrandir chaque jour, au gré des découvertes dans le fonds d’archives et de la numérisation de 1 000 à 3 000 documents par an. De même, il propose entre 6 et 8 expositions par an.

Et l'organisme de proposer lors des Journées du Patrimoine sa nouvelle exposition « Histoire de la SACEM, devenir sociétaire, archives inédites et anecdotes ». Grâce à cette nouvelle exposition, nous découvrons pourquoi Maurice Ravel sera admis sans passer d’examen d’entrée pour être admis en tant que compositeur; comment, en 1944, Paul Eluard, alors résistant, en est dispensé; et qui est le plus jeune membre à avoir passé cette épreuve…Edith Piaf, Barbara, Laurent Voulzy, Georges Brassens… l’exposition présente des archives rares et inédites, et notamment les textes écrits par celles et ceux qui n'ont pas encore (pour la plupart), révélé leur talent à un large public et qui en disent déjà beaucoup sur leur style. Quant à l’histoire de la Sacem, elle trouve ses fondements les plus anciens sous la Révolution française… Avec la reconnaissance du droit d’auteur, fruit d’un combat mené notamment par Beaumarchais, figure emblématique des Lumières et ardent promoteur de la propriété intellectuelle et artistique.Mais au XIXème siècle, la musique populaire est considérée comme un art mineur – contrairement au théâtre et à l’opéra- et les éditeurs comme de simples marchands. Il faudra attendre le coup d’éclat inattendu d’un compositeur peu connu, Ernest Bourget, pour voir émerger en 1851 la première société d’auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. https://musee.sacem.fr/


Le sujet de cette semaine est consacré à l'ancienne résidence du prince Asaka, à Tokyo (Japon). Ce magnifique bâtiment abrite désormais le musée d'art métropolitain Teien de la capitale nippone. En prime, une visite du jardin japonais du parc de cette résidence, tout en vidéo ! Très bonne semaine.

Yves


Classement des dix premiers pays qui ont visité ce site la semaine dernière : 1) France 2) Canada 3) Japon 4) Belgique 5) Suisse 6) Cameroun 7) Allemagne 8) Espagne 9) Royaume-Uni 10) Ile de la Réunion.


 




L'ancienne Résidence du Prince Asaka (Tokyo, Japon)


Il est un musée d'art métropolitain que je découvre aujourd'hui pour la première fois, le Musée Teien de Tokyo. Celui-ci, qui a ouvert ses portes en 1983 se distingue d'entrée par son architecture puisqu'il est abrité à l'intérieur de l'ancienne résidence du prince et de la princesse Asaka. L'ouvrage sera bâti en 1933 dans le style architectural dernier cri de l'époque. Il faut dire que les propriétaires avaient étudié et séjourné à Paris durant les années 1920, ce qui peut expliquer leur attachement au style Art Déco, qui décore l'intérieur de la superbe propriété. Cette décoration intérieure, qu'il s'agisse de la décoration murale, du mobilier ou des luminaires, surprend immédiatement le visiteur : l'ornement des salles principales (hall d'entrée, grand salon, grande salle à manger, bibliothèque) fut confié à René Lalique et Henri Rapin, deux des plus grands artistes décorateurs français de l'époque. Et l'édifice d'incarner l'amour japonais pour l'Occident moderne. L'ancienne Résidence Asaka fut longtemps décrite comme une structure visionnaire, ou encore un joyau de l'Art Déco avant d'être désignée comme bien culturel national important en 2015. L'ensemble se dresse au milieu d'un jardin luxuriant qui lui sert d'écrin (...)


Lire la suite








Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile