Revoir le globe
Top
Retour à l'historique des lettres

Lettre envoyée le 23/09/2019

 

 

Lundi 23 septembre 2019                                                                                La Lettre N°448

 

C'est du département de Savoie que je vous adresse cette lettre. Les habitant de l'endroit (qui a Chambéry pour chef-lieu) sont connus sous le nom de Savoyards et vivent à l'air pur dans le deuxième département français le plus montagneux du pays, avec près de 90% de son territoire situé en zone de montagne. J'entame ainsi un séjour de plus de deux semaines dans un département qui recèle une riche histoire faite de nombreux soubresauts comme le rattachement de la Savoie à la province française du Dauphiné par François 1er en 1538, l'abrogation des droits souverains de la maison de Savoie par l'Assemblée nationale des Allobroges en 1792 ou l'intégration officielle du duché de Savoie dans le Second Empire français le 14 juin 1860. Fidèle à mes habitudes, je vous convie donc à découvrir un petit morceau de ce département chaque jour, à travers mes articles publiés quotidiennement sur mon site. Bon voyage !

 

Du 25 septembre 2019 au 20 janvier 2020, la Galerie d'exposition temporaire du Musée Louvre-Lens (https://www.louvrelens.fr/) vous invite à découvrir la Pologne : L’année 2019 marquera le centenaire de la signature, le 3 septembre 1919, de la convention entre la France et la Pologne « relative à l’émigration et à l’immigration », qui entraîna l’arrivée massive de travailleurs polonais en France et plus particulièrement dans le bassin minier du nord du pays. Entre 1919 et 1928, 280 000 contrats de travail sont ainsi signés suite à cet accord international. Pour commémorer cet événement marquant pour l’identité du territoire, le musée du Louvre-Lens proposera une grande rétrospective sur la peinture polonaise du XIXe siècle, en association avec le Musée national de Varsovie. L’exposition retracera ce moment si particulier de l’histoire de la culture polonaise où, malgré la division du pays entre la Russie, l’Empire autrichien et la Prusse, les artistes vont créer une véritable identité polonaise, ce que l’on a pu nommer depuis la « Polonité ». Elle présentera la façon dont les artistes, en s’inspirant de l’histoire nationale, des paysages et de la paysannerie, ont façonné des images de la Pologne pour les Polonais mais aussi pour le reste du monde. Généreuse et évocatrice, leur peinture est souvent à la pointe des modes picturales européennes de l’époque. Grâce aux prêts prestigieux des musées nationaux polonais, l’exposition réunira environ 150 tableaux, datés entre 1840 et 1918, des plus grands noms de la peinture polonaise, tels que Matejko, Chelmonski, Malczewski ou Kossak.


 

Le Musée du Louvre (Paris) vous convie à découvrir une exposition sur le thème de la figure de l’artiste qui accompagnera le cycle d’expositions que le musée consacre en 2019-2020 aux génies de la Renaissance : de Vinci, Donatello, Michel-Ange ou Altdörfer. C’est à la Renaissance que l’artiste affirme son indépendance et cherche à quitter le statut d’artisan pour revendiquer une place particulière dans la cité. Cette invention de la figure de l’artiste a cependant une histoire plus ancienne et complexe que l’ampleur des collections du Louvre permet de mesurer, des premières signatures d’artisans dans l’Antiquité aux autoportraits de l’époque romantique. La signature, le portrait ou l’autoportrait, l’invention du genre de la biographie d’artiste servent son dessein: mettre en images les mots et accéder à la renommée accordée aux poètes inspirés par les Muses. C’est ainsi que le lien ancien entre les arts visuels et les textes ont conduit à inviter, cette année, la littérature pour un dialogue fécond entre textes et images. Petite Galerie du musée du Louvre (https://www.louvre.fr/expositions/figure-d-artiste)


 

Artrotters (https://www.artrotters.com/) ouvre ses portes ce mois-ci et se revendique le spécialiste du court séjour culturel exclusif. Susciter la curiosité, créer des expériences culturelles et touristiques exclusives, rares par leur occurrence et la qualité des rencontres proposées, dans un monde où le tourisme a trop tendance à s’industrialiser, telle est l’idée de départ de la création d’Artrotters. L’agence s’adresse aux amoureux d’art, de théâtre, de musique, initiés ou néophytes, désireux de profiter d’une prise en charge personnalisée et d’un programme complet et de haute qualité. Les adeptes de pauses urbaines et d’excursions insolites pourront ainsi élargir leurs horizons culturels pendant leur séjour, avec un choix d’hébergements et de services premium. Artrotters conçoit des courts séjours culturels pour des voyageurs happy few qui ont envie d’être surpris, dans le bon sens du terme! L’offre se veut audacieuse, à l’avant-garde de la scène artistique actuelle, pour faire vivre à ses clients des émotions uniques, au plus près de la création. Ils sont invités à explorer l’effervescence de villes françaises ou européennes et à assister à des spectacles, expositions et événements artistiques, avec la garantie d’être aux premières loges. Bien au-delà de la simple découverte, l’exploration à tous les niveaux est au cœur de la démarche d’Artrotters.

Toujours dans l’optique de proposer une expérience de voyage tournée vers l’excellence, Artrotters offre à ses clients des services exclusifs : service de conciergerie, réservation des meilleures places pour les spectacles, sélection d’hôtels intimistes et design, rencontres avec des artistes ou personnalités du monde des arts, conseils pour se cultiver, s’émerveiller ou encore se régaler dans chacune des destinations proposées, création d’une playlist pour se mettre dans l’ambiance. Le tout dans une fourchette de prix comprise entre 300 € et 900 € par personne (séjour de 2 nuits et 1 spectacle inclus minimum).

 

Mais où ont-ils donc la tête ? Leader du transport de groupes en France, la société Alliance Autocar a transporté plus de 100 000 passagers en autocar entre Juillet et Aout 2019 (touristes, groupes, colonies, transferts aéroport, visites, parcs d'attractions, etc.) Et des centaines d'objets d'avoir été oubliés par les passagers pendant cette période. Parmi les cinq objets les plus oubliés figurent dans l'ordre le téléphone portable, les clés, le portefeuille, des sacs et des lunettes. A cela se rajoutent trois objets oubliés de grande valeur, à savoir une rivière de diamants, un sac de luxe et...une alliance. Enfin, trois objets insolites furent aussi égarés : une robe de mariée, un accordéon et...un déambulateur (comme quoi, un miracle est toujours possible!). Et Alexandre Woog, directeur général de  préciser qu'un nettoyage approfondi des véhicules est effectué  après chaque location et que les objets oubliés retrouvent rapidement leur propriétaire. Ouf, nous voici rassurés !
 

 

Première édition du Village des Thés, à Paris (6è) les 27, 28 et 29 septembre prochain. La vocation de cet événement sera de faire découvrir le thé sous toutes ses formes et dans tous ses états à travers un village ouvert gracieusement au public le temps d'un week end. Une occasion unique de rencontrer artisans du thé, maisons de thé, salons de thé et comptoirs et pays producteurs. Venez nombreux de 10h à 20h du vendredi 27 au dimanche 29 septembre (nocturne le samedi 28 jusqu'à 22h). http://village-des-thes.com

 

Découvrez le parcours sonore artistique du Festival du Périgord Noir pour les Jardins de Marqueyssac dès cet automne à l'occasion de la 37è édition de cet événement : grâce à l'application géolocalisée Listeners, téléchargeable sur smartphone, vous pourrez parcourir Marqueyssac tout en écoutant une œuvre musicale contemporaine spécialement composée pour le domaine par l'artiste Eddie Ladoire. Jardins de Marqueyssac, à Vézac (24). https://marqueyssac.com/


 

Citéco, la Cité de l'économie (Paris) présente l'exposition « Nés quelque part », du 26 septembre au 24 novembre 2019 : Présentée par l’Agence française de développement et l’association Ars Anima, « Nés quelque part » propose à ses visiteurs une aventure originale à la croisée du théâtre et du jeu de rôle pour leur faire toucher du doigt les enjeux du climat et du développement durable dans le monde. Franchir le seuil de l’exposition, c’est abandonner pendant un peu plus d'une heure son identité pour se glisser dans la peau de Manolo, Nalin, Bilikiss, Victor, Nana ou encore Ihoa…Le spectateur est invité à suivre le destin d’un des 18 personnages proposés, afin de prendre pleinement conscience des risques liés aux changements climatiques. Les histoires de ces femmes et hommes sont basées sur des faits, des situations et des projets réels en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud et en Outre-mer. Six pays sont représentés, six écosystèmes répartis en cinq zones géographiques. Travail, santé, accès à l’eau, énergie, préservation de l’environnement… le visiteur vivra et comprendra par l’expérience l’impact du dérèglement climatique, et expérimentera les solutions et projets de développement qui lui permettront d’améliorer sa situation.

 

« 20 ANS. Les acquisitions du musée du quai Branly - Jacques Chirac » est la nouvelle exposition présentée dans la Galerie Jardin du musée du 24 septembre 2019 au 26 janvier 2020. Le musée du quai Branly – Jacques Chirac (Paris) a ouvert ses portes en 2006. Il a fait l’objet depuis 1998 d’un effort d’acquisition sans précédent, afin de compléter et d’enrichir les collections héritées du MNAAO et du musée de l’Homme, constituées durant plus de trois siècles. En 20 ans, et à ce jour, 77 082 items ont été acquis, se répartissant entre 15 857 objets et 61 225 oeuvres graphiques ou photographiques. L’exposition présente les acquisitions du musée du quai Branly – Jacques Chirac, de 1998 à 2018, à travers une vision originale consistant à faire passer le public de la salle d’exposition "classique" aux coulisses de l’institution. Il s’agit ici de valoriser l’effort exceptionnel d’enrichissement des collections nationales depuis la création du projet de musée, et de faire mieux connaître le processus de l’acquisition, en présentant le cheminement de la réflexion des conservateurs et en décrivant les étapes préalables à l’arrivée des oeuvres dans les collections du musée jusqu’à leur exposition. L’exposition est l’occasion de mettre en valeur la qualité et la diversité des collections acquises durant cette période, ainsi que la part d’humain, de subjectivité derrière le processus d’acquisition, notamment pour le travail des conservateurs qui oeuvrent "en coulisses". 

 

BALZAC ET GRANDVILLE : Avec cette nouvelle exposition (du 26 septembre 2019 au 13 janvier 2020), la maison de Balzac, qui a rouvert ses portes en juillet après des travaux d’accessibilité, de rénovation du jardin et de muséographie du parcours permanent, s’intéresse à la relation passionnante entre l’écrivain et l’un des dessinateurs les plus singuliers du XIXe siècle, Grandville (1803-1847). Dessins, gravures, affiches...plus de cinquante œuvres tantôt satiriques, parfois poétiques ou fantastiques mettent en image cette étonnante rencontre. Les œuvres présentées proviennent du fonds de la Maison de Balzac mais également de prestigieuses collections comme celles du musée des beaux-arts et de la bibliothèque Stanislas à Nancy ou du musée Carnavalet - Histoire de Paris, dont certaines seront présentées au public pour la première fois. Le parcours de l’exposition donnera aussi à voir les rapports étroits et réciproques entre les deux hommes : depuis leur rencontre dans les salles de rédaction puis chez les éditeurs, cette démarche est à l’origine d’étonnantes innovations littéraires et artistiques, et les conduit à créer des oeuvres d’une fantaisie mordante. MAISON DE BALZAC 47, rue Raynouard 75016 Paris. Heures d’ouverture : Du mardi au dimanche, de 10h à 18h00. Fermé les lundis et certains jours fériés. Informations/réservations au 01 55 74 41 80.


 

Retour aux 90 km/heure ? Après l'annonce du Gouvernement concernant l'assouplissement des très contestés 80km/h, l'été se serait presque avéré calme pour les automobilistes si nous n'avions pas eu la certitude que, derrière les effets d'annonce, un mauvais tour se préparait. Le 6 juin 2019, les députés adoptaient en effet l'amendement permettant aux départements de relever la limitation de vitesse de 80 à 90km/h sur les routes départementales. Une bonne nouvelle pour les usagers, du moins en surface. Car la grande inconnue suite à ces annonces, restaient alors les conditions dans lesquelles cet assouplissement allait se dérouler. Et comme vous avez pu le remarquer cet été, les panneaux 90 tardèrent à revenir sur le bord de nos routes…La raison de ce statu quo ? Les lobbys anti-automobilistes - il fallait s'y attendre - qui puisent dans leurs dernières ressources pour faire barrage à la mesure. Comment ? Infiltrés en masse au Conseil national de la Sécurité routière, les soi-disant experts ont formulé des conditions toutes plus strictes les unes que les autres visant à imposer des caractéristiques minimales à l'éligibilité du retour aux 90km/h sur les tronçons gérés par les départements ! Florilège : À défaut d'une séparation physique entre deux sens de circulation, le tronçon devra comporter une interdiction de dépassement matérialisée pas deux bandes blanches avec alerte sonore, le tronçon devra comporter des accotements revêtus d'1,5 m minimum, interdire la traversée et le tourne-à-gauche sur les tronçons, le tronçon ne devra pas être emprunté par des transports en commun ou des engins agricoles. À cela s'ajoute une féroce campagne de culpabilisation à l'encontre des départements qui avaient fait le souhait d'écouter leurs administrés et de revenir aux 90km/h (sources : 40 millions d'automobilistes). Pendant ce temps, lors d'un récent voyage sur l'Île Saint-Martin (territoire d'outre-mer), je constatai une permissivité locale dans la rigueur d'application des règles de sécurité routière, en comparaison à notre métropole. J'en avertissais par courriel le Préfet compétent sur cette portion de territoire, mais à ce jour, c'est toujours le silence radio qui s'impose. Alors ? L'application de la loi aurait-elle deux poids deux mesures dans notre pays en matière de sécurité routière ?


 

30è édition du Dinard Film Festival, du 25 au 29 septembre 2019, à Dinard (35). http://www.dinardfilmfestival.fr/

 

L'exposition « Baleinopolis, les sociétés secrètes des cétacés » se tiendra à l'Aquarium tropical de la Porte Dorée (Paris 12è) du 28 septembre 2019 au 8 juin 2020 et invite ses visiteurs à un voyage merveilleux à la rencontre des baleines à bosse, cachalots, orques et dauphins, à une plongée au plus près de leurs sociétés secrètes et à découvrir l’univers encore largement méconnu des cétacés. Illustrée de recherches et de témoignages de scientifiques renommés, l’exposition permet de mieux comprendre ces extraordinaires mammifères et de mieux les protéger. Comment les cétacés s’organisent-ils pour vivre dans les océans ? Quels sont les effets des activités humaines sur ces espèces ? Leur survie est-elle menacée ? Avec ses quatre grandes parties – Les modèles de sociétés, Vivre en communauté, Une culture commune et Protégeons les océans – l’exposition guide le visiteur dans les profondeurs des océans et répond aux questions du public sur la nature de ces sociétés insoupçonnées et singulières. Objets, vidéos, sons et dispositifs interactifs proposent un voyage aux portes d’un monde exceptionnel et souvent inaccessible, celui de quatre espèces incontournables : la baleine à bosse, le cachalot, l’orque et le dauphin. Une programmation cinématographique, sonore et artistique accompagne l’exposition. http://www.aquarium-tropical.fr/

 

Dégustation de foie gras Barthouil (https://www.barthouil.fr/fr/) à la boutique du 41, rue Charlot à Paris (3è) le mercredi 25 septembre 2019

 

Si vous vous rendez à Tokyo (Japon) prochainement , découvrez l'exposition « Ikebana x Hyakudan Kaidan 2019 » consacré à l'art floral nippon, jusqu'au 13 novembre prochain. Pas moins de 45 écoles d'Ikebana exposeront à cette occasion leurs œuvres avec des bouquets différents chaque semaine. Hotel Gajoen Tokyo (https://www.hotelgajoen-tokyo.com/100event/ikebana2019)

 

Les 28 et 29 septembre prochains, le club Fly n’Stick RC organise, sous l’égide de la Fédération Française d’AéroModélisme (FFAM), le championnat de France de Drone Racing au Château de Bogard (22). Les 40 compétiteurs (dont 3 cadets et 6 juniors) ont été sélectionnés de toute la France pour s’affronter lors de ce championnat. Ce championnat a lieu quelques mois à peine avant le championnat du monde de Drone Racing, qui se déroulera du 10 au 14 décembre 2019, à Ningbo, en République populaire de Chine. Le jeune compétiteur Killian Rousseau, du Périgord Air Model (24), champion du monde 2018 de Drone Racing, vice-champion de France senior et champion de France junior 2018, fera d’ailleurs partie de ce championnat.


Le premier article de mon séjour savoyard est consacré à Chambéry et à son centre historique, à travers une promenade dans les ruelles de la vieille ville. Nouveauté : une vidéo est jointe à cet article pour rendre encore plus vivante cette balade. Je vous en souhaite bonne lecture et vous invite à découvrir chaque jour la visite effectuée la veille, et ce, jusqu'au 10 octobre !

 

Yves

 

Classement des dix premiers pays qui ont visité ce site la semaine dernière : 1) France 2) Canada 3) Japon 4) Belgique 5) Suisse 6) Etats-Unis 7) Grèce 8) Algérie 9) Autriche 10) Brésil




Chambéry et son centre historique (Savoie, France)


Une nouvelle belle journée s'annonce et je pars ce matin pour une promenade découverte concoctée par l'office de tourisme de Chambéry. Je parcourrai ainsi ses allées (l'équivalent des traboules lyonnaises) et ses rues piétonnes, traverserai plusieurs places et admirerai au passage les monuments de la ville. Armé de mon plan-guide, il me suffira de suivre les petits éléphants (ci-dessous) jalonnant les pavés du cœur historique pour accéder aux trésors chambériens (...)


Lire la suite








Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile