Revoir le globe
Top
Retour à l'historique des lettres

Lettre envoyée le 21/10/2019

 

 

Lundi 21 octobre 2019                                                                          La Lettre N°452

 

A pied ou à vélo, Cap sur la nature et la Liberté cet automne dans le Languedoc et le sud du Massif Central : Avec Languedoc Nature, les plus belles destinations d'Occitanie-Languedoc Roussillon et du sud Massif Central sont désormais accessibles aux néophytes comme aux sportifs accomplis. Avec 15 ans d'expérience dans le tourisme d'aventure et l'écotourisme en Occitanie, et une parfaite connaissance du territoire couplée à un solide réseau de partenaires, Languedoc Nature démocratise la mobilité douce. Cette manière de voyager responsable, tout en se faisant plaisir, permet de profiter, à pied ou à vélo, du meilleur des activités extérieures. Languedoc Nature propose deux types de séjours : le séjour thématique encadré à partir de 4 personnes et les séjours liberté à partir d'une personne (avec un topo-guide). Les tarifs sont personnalisés en fonction du nombre de participants, de la formule choisie et des options souhaitées. https://www.languedoc-nature.com/

Si vous passez par Blois (41), ne manquez pas l'escalier Denis Papin que la ville a habillé du plus célèbre des tableaux à l'occasion du 500è anniversaire de la Renaissance (ci-dessous). Depuis 2013, la Ville habille le monumental escalier Denis Papin (124 marches – 3 paliers) à l'occasion d'événements d'envergure comme les Rendez-vous de l'histoire ou le festival bd BOUM. Fortement attendus chaque année, ces habillages permettent à l’art d’investir l’espace public et dynamisent le centre-ville. Lieu emblématique de Blois, l’escalier Denis-Papin surplombe la ville et est visible à plusieurs kilomètres. L'habillage restera visible jusqu'aux Rendez-vous de l'histoire à la mi-octobre. Il existe cependant bien autres raisons pour se rendre à Blois : Pour son Château royal, résidence favorite de 7 rois et 10 reines de France, concentré sur quatre époques et quatre styles architecturaux. D’avril à septembre, à la tombée de la nuit, un prodigieux spectacle son et lumière vous est proposé en video mapping sur les façades.Pour ses autres équipements culturels et touristiques majeurs : la Maison de la Magie, site unique en Europe consacré aux arts magiques et au créateur de la magie moderne, Robert-Houdin ; la Fondation du doute, collection d’art contemporain, lieu singulier imaginé par Ben et consacré au mouvement Fluxus ; la Maison de la BD, lieu de création et d’exposition consacré au 9e art ou encore le Muséum. N'oublions pas les jardins remarquables et son patrimoine naturel (jardins de l'évêché, jardins du Roi, roseraie, square Victor-Hugo, terrasse du Foix, etc.), Pour son patrimoine architectural et la vieille ville reste incontournable en tant que cité d'art et d'histoire, après quoi vous opterez peut être pour une balade sur ou le long de la Loire, fleuve royal, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. . Préférez Blois ne serait-ce que pour ses festivals tout au long de l’année ou son centre-ville réaménagé, ses commerces et ses artisans d'art et pour son accès facile en train (1 h 40 de Paris) ou par autoroute (sortie A10 ou A85).https://www.blois.fr/attractive/10-bonnes-raisons-de-venir-a-blois

Les 20 villes les moins chères d'Europe pour passer un week-end : 1) Vilnius (Lituanie) capitale lituanienne arrive en première place, avec un week-end qui revient en moyenne à 123 € par personne. Vilnius offre un style architectural très varié : entre les édifices religieux, vous pouvez apercevoir des bâtiments au style baroque à côté de lieux d’inspiration gothique. Sa vieille ville, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, abrite le château de Vilnius. 2) Bucarest (Roumanie) se hisse à la deuxième place du classement, avec un séjour de deux jours pour 127 € par personne. Entre les parcs et les jardins, la capitale roumaine, que l’on surnomme le « Petit Paris » des Balkans, rassemble de très beaux endroits à visiter, comme l’Athénée roumain. Le lieu de spectacle de l’orchestre philharmonique roumain, qui se trouve dans le centre historique de la ville, et qui fut en son temps un lieu dédié à la littérature. 3) Hambourg (Allemagne) un budget pour un week-end qui s’élève à 168 € par personne, l’Allemagne se place en troisième position avec sa ville portuaire, et son port qui est le troisième d’Europe. Le patrimoine religieux de la ville est très varié, avec ses cinq églises protestantes. Pour ceux qui aiment danser la nuit, le quartier de Saint Pauli est l’endroit idéal. À faire : une balade au parc urbain Planten und Blomen, dont le premier arbre a été planté en 1821 et qui est toujours là. 4) Belfast (Irlande du Nord) Pour deux jours, le coût moyen d’un séjour à Belfast est de 175 € par personne. La ville abrite le TitanicBelfast, le monument touristique et musée, qui retrace l’histoire du célèbre paquebot au tragique destin, qui a été construit dans cette même ville. Le château de Belfast vous fera rêver, tandis que vous longerez les murs de la paix, qui représentent la séparation entre les quartiers catholiques et protestants de la ville. 5) Turin (Italie) le coût moyen pour deux jours est de 178 € par personne. Entre le palais royal et ses musées, il y a de quoi faire à Turin. La ville abrite l’une des plus anciennes universités. Prenez le temps de déguster le chocolat, appelé gianduito, tout en flânant dans les jardins, notamment celui de Valentino, qui est l’un des plus visités. 6) Barcelone (Espagne) avec un week-end par personne qui coûte en moyenne 185 €. La ville est mondialement connue pour sa fameuse basilique Sagrada Família. Mais aussi pour son club de football FC Barcelone, que vous pourrez voir jouer au Camp Nou, le stade de la ville. Mais si vous préférez vous détendre, faites un tour sur les plages, avec un bon livre. Le soir, allez boire un verre dans les quartiers animés. 7) Berlin (Allemagne) Pour deux jours, comptez un budget de 188 € par personne. Un week-end chargé d'histoire, que ce soit avec la Porte de Brandebourg, le Check Point Charlie ou encore la Fernsehturm, cette tour qui permet d’avoir une vue à 360 degrés sur les environs. Pour plus d’activités nocturnes, la capitale allemande est connue pour ses nombreuses boîtes de nuits qui passent de la musique électro, pour les plus fans. 8) Milan (Italie) Avec 189 €, vous pouvez vous offrir un bon week-end dans la ville de Milan. Siège de la Bourse italienne, Milan est aussi l’une des plus grandes capitales de la mode. Laissez-vous tenter par un spectacle à l’opéra de La Scala, avant de vous rendre sur la Piazza del Duomo, au cœur de la ville, pour un bon repas. 9) Madrid (Espagne) avec un week-end par personne à 191 €. Après le passage obligatoire au Palais Royal, construit au XVIIIe siècle par Philippe V, n’hésitez pas à découvrir les églises et les cathédrales de la ville. Bien sûr, un soir de match, choisissez une équipe à soutenir, si ce n’est pas déjà fait, entre le Real Madrid et l’Atlético de Madrid. 10) Sofia (Bulgarie) Avec un budget de 193 € par personne, votre petit séjour vous permettra de découvrir de nombreux monuments patriotiques, comme le Monument au Tsar Libérateur, érigé en hommage à Alexandre II. Le théâtre national Ivan Vazov va vous fasciner, ainsi que les nombreux jardins et parcs de la ville. Suivent ensuite Lyon (France), Budapest (Hongrie) et Bruxelles (Belgique) à la 13è place. Valence en Espagne s’impose au 14e rang, avec un week-end qui coûterait en moyenne 198 € par personne. L’Italie est à nouveau classée, avec Bologne en 15e position, suivie par la ville polonaise de Cracovie et la capitale estonienne Tallinn, où un séjour de deux jours s’élèverait à 199 € par personne.Les trois dernières villes de ce classement se suivent en termes de coût. On retrouve la Norvège et sa capitale Oslo, où un week-end coûte plus de 200 € par personne. Cologne en Allemagne se hisse à la 19e place, avec un week-end à 209 €. Enfin, on trouve en 20e position la capitale de la République Tchèque, Prague, où le coût moyen pour un séjour de deux jours est de presque 210 €.


 

Malala Andrialavidrazana : Pour sa première exposition d’art contemporain présentée au sein de ses différents espaces, la Cité de l’Économie donne carte blanche à l’artiste Malala Andrialavidrazana, représentée par la galerie Caroline Smulders. Une exposition proposée dans le cadre de Paris Photo 2019. Malala Andrialavidrazana s’est fait connaître par ses photographies qui sondent les liens entre histoire personnelle et identité culturelle, intimité et universalité, et soulignent le contraste entre la perception du monde par l’Occident et par les pays du Sud. Dans sa série d’œuvres Figures qu’elle entame en 2015, l’artiste explore les possibilités du collage photographique pour interroger l’héritage visuel de l’époque coloniale et son impact sur notre perception du monde. En superposant des fragments d’images issus de différentes époques comme des billets de banque, cartes géographiques, pochettes de disques, etc., elle aborde les sujets de l’altérité, du métissage culturel ou encore la nécessité de remettre en question les préconceptions provenant d’un imaginaire « eurocentré ». Elle propose ainsi une forme de décolonisation par l’image, toute en allusion et en poésie. À l’occasion de l’accrochage de dix œuvres de la série Figures à la Cité de l’Économie, l’artiste invite à croiser les regards, ceux de la représentation du monde et des sociétés véhiculée par les billets de banque : une correspondance entre les photographies de Malala Andrialavidrazana et ses échos dans la collection numismatique de Citéco. Du 21 octobre au 10 novembre 2019, Citéco, 1 Place du Général-Catroux, Paris (17è). https://www.citeco.fr/


 

Salon du Made in France à Paris les 8, 9, 10 et 11 novembre 2019 : Plus de 500 exposants de tous secteurs d’activité vous donnent rendez-vous sur LE salon du Made In France, les 8, 9, 10 et 11 novembre 2019, à Paris - Porte de Versailles. Découvrez les savoir-faire et les produits d’entreprises ayant fait le choix d’un processus de fabrication locale. http://www.mifexpo.fr/


 

Retenez cette date : du 8 au 10 novembre 2019 aura lieu le Salon Expérience Montagne 2019 dans le hall 2.1 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles. Pour cette seconde édition, la dynamique initiée l’an dernier est décuplée : il s’agit de vivre, savourer  et permettre à tous et à toutes de découvrir en famille ou entre amis le véritable goût de la montagne… depuis Paris. Le salon Expérience Montagne décrypte l’univers de la montagne en toutes saisons, en France et à l’étranger. La vision est globale : toutes les disciplines, toutes les activités, toutes les tendances et tous les sujets, pour tous les âges, sont abordés. Il représente une parenthèse de grand air au cœur de la ville, un espace où chacun(e) peut goûter à la saveur si particulière de la montagne. Nouvelles disciplines, classiques incontournables, tendances, idées audacieuses et activités mises en place par les stations pour faire vivre leurs domaines en toutes saisons… Expérience Montagne lève le voile sur l’été et l’hiver au sommet, des initiatives les plus originales aux belles traditions gourmandes et joyeuses. Expérience Montagne permet d’absolument tout tester en conditions réelles : des chaussures de randonnée au matériel de ski en passant par les nouvelles habitudes en vogue en altitude. Le salon en chiffres : 3 jours, 11000 visiteurs l'année dernière, 8000 m2 de surface d'exposition, une entrée à 5€, un mur d'escalade, une piste de VTT et un simulateur de ski, un sentier de randonnée pour tester les chaussures...et des tirs de biathlon laser.


 

La vente aux enchères publique du buste de DE PAUL PHELYPEAUX DE PONTCHARTRAIN (1569-1621) le 20 novembre 2019 par la maison DE BAECQUE & Associés à Drouot (Paris) permettra de rendre à cet homme portraituré en bronze sa place dans l'histoire de France. Ce ministre d'Henri IV a en effet permis de stabiliser le pouvoir après l'assassinat d'Henri IV, et de maintenir la paix. Les analyses scientifiques et techniques, ainsi que les importantes recherches historiques menées par le cabinet d'expertise Sculpture & Collection ont permis d'attribuer le buste à Francesco Bordoni (1574-1654), artiste d'origine italienne devenu sculpteur officiel du roi de France.  Cette fonte virtuose, oeuvre théâtrale et incarnant les valeurs de droiture et d'humilité de son modèle, a été conservée pendant 400 ans par les descendants de Paul Phélypeaux de Pontchartrain. On retrouve ensuite la trace du buste à la fin du XIXe siècle, dans la maison de campagne de l’Ouest de la France où Maître Géraldine d’Ouince l’a récemment découvert. « Nous avons pu rapidement affirmer que Paul Phélypeaux seigneur de Pontchartrain était un ascendant direct de la famille. Mais les propriétaires ne soupçonnaient absolument pas la valeur de cette sculpture. » La commissaire-priseur réalise aujourd’hui que la vente du 20 novembre 2019 sera historique : jamais un bronze XVIIe de cette qualité, aussi remarquablement conservé et représentant une personnalité historique de cette importance n’avait, en effet, été mis aux enchères jusqu’à ce jour. Le portrait en bronze de Paul Phélypeaux de Pontchartrain sera proposé aux enchères avec une estimation de 500 000 à 800 000 euros. https://www.debaecque.fr/

60 ans après sa première apparition dans les pages du magazine Pilote, le héros créé par les deux génies du 9e art, René Goscinny et Albert Uderzo, est de retour. Si Astérix et Obélix pensaient se remettre de leur précédent voyage dans la quiétude de leur belle Armorique, c’est raté. Escortée par deux chefs Arvernes, une mystérieuse adolescente vient d’arriver au village. César et ses légionnaires la recherchent, et pour cause : Au village, on murmure que le père de la visiteuse ne serait autre que ... le grand Vercingétorix lui-même, jadis vaincu à Alésia ! Le 24 octobre, Astérix & Obélix reviennent dans une nouvelle aventure qui s’intitulera La fille de Vercingétorix, toujours imaginée par le fameux tandem Jean-Yves Ferri et Didier Conrad.D'après nos informations, il s'agirait d'une ado en révolte. Normal, c’est pas facile tous les jours de s’appeler Vercingétorix ! Nous avons pas mal enquêté sur elle pour l’album : son apparence, son nom, son caractère... Comme vous savez, Vercingétorix était très discret sur sa vie privée, et les sources historiques sont rares. Mais, vous verrez, nous avons réussi à collecter de nombreux scoops. A ne pas manquer dès le 24 octobre 2019 !

Le Musée des Arts et Métiers (Paris 3è) présente l'exposition « Hugo et l'Océan » du 22 octobre 2019 au 23 février 2020. Cet accrochage hors les murs, qui tourne autour du roman « Les Travailleurs de la mer », offrira aux visiteurs une rencontre inédite entre patrimoine littéraire, scientifique et technique. L'oeuvre de Victor Hugo prendra ainsi place dans la Galerie, située au premier étage de la collection permanente du musée, et présentera 25 gravures originales de Louis Fortuné Méaulle, tirées précisément de l'album illustré du roman cité plus haut et paru en 1882. Ces œuvres seront complétées par six fac-similés de dessins de paysages maritimes et de marines réalisés par l'écrivain en personne. Un dispositif audiovisuel permettra aux visiteurs d'écouter des extraits du roman tout en admirant dessins et gravures. Musée des Arts et Métiers, 60, rue Réaumur, à Paris 3è – https://www.arts-et-metiers.net



 

Rendez-vous à Paris : Picasso, Chagall, Modigliani & Cie (1900-1939), la première exposition internationale du Louvre Abu Dhabi dans le cadre de sa nouvelle saison Société en mutation, a ouvert ses portes au public depuis le 18 septembre 2019. Réunissant certains des plus célèbres artistes des avant-gardes du 20e siècle tels que Pablo Picasso, Marc Chagall, Amedeo Modigliani, Constantin Brancusi et Tamara de Lempicka, elle propose un ensemble unique de près de 85 œuvres modernes jamais présenté aux Émirats arabes unis. Conçue en collaboration avec le Centre Pompidou et organisée avec l’Agence France-Muséums, l’exposition est consacrée à l’apport des artistes immigrés à la vie artistique parisienne dans la première moitié du 20e siècle. L’accrochage réunit de célèbres peintures et sculptures – dont le Portrait de Gustave Coquiot (1901) de Picasso, le Portrait de Dédie (1918) de Modigliani, A la Russie, aux ânes et aux autres (1911) de Chagall, ou Jeune Fille à la robe verte (1927) de Tamara de Lempicka (1927-1930) – permettant aux visiteurs de découvrir ou de mieux connaître la vie et l’œuvre de ces artistes étrangers vivant à Paris. L’exposition présente Paris au début du 20e siècle, époque où la ville vit une extraordinaire renaissance artistique grâce à l’afflux de peintres, sculpteurs et photographes – dont beaucoup de femmes – venus de toute l’Europe, d’Asie et des Amériques. Quittant leurs pays d’origine pour des raisons tant politiques que religieuses ou économiques, ils recherchent une liberté artistique mais sont aussi en quête d’échanges créatifs et d’enseignements libres et variés. Le régime de la Troisième République en France, favorisant l’ouverture intellectuelle et la tolérance, a un fort pouvoir d’attraction pour nombre de ces artistes. Rendez-vous à Paris : Picasso, Chagall, Modigliani & Cie (1900-1939) retrace l’émergence de plusieurs mouvements artistiques considérés aujourd’hui comme des étapes cruciales de l’art moderne. Le premier de ces mouvements est le fauvisme, illustré ici par des œuvres telles que La Gamme jaune (1907) de František Kupka, Nini, danseuse aux Folies Bergère,(vers 1909) de Kees van Dongen, et Philomène (1907) de Sonia Delaunay. Les Fauves, s’inspirant de Van Gogh et de Gauguin, développent alors des œuvres aujourd’hui fameuses pour leurs tonalités intenses et vives. Des peintures comme Jeune Fille endormie (1907) de Sonia Delaunay témoignent d’une utilisation de la lumière et des couleurs visant à transmettre non seulement une sensation d’espace mais aussi des émotions. Ensuite, le visiteur peut suivre le développement du cubisme à travers des tableaux tels que Fillette au cerceau (1919) de Pablo Picasso et Nature morte sur une chaise (1917) de Juan Gris. S’inspirant de l’œuvre de Cézanne mais aussi de la sculpture africaine, Picasso invente alors le cubisme – en collaboration avec le français Georges Braque. Sa peinture Femme assise dans un fauteuil (1910) illustre un nouveau mode de représentation fondé sur une analyse géométrique des formes. Jusqu'au 7 décembre 2019 au Musée du Louvre Abu Dhabi, Saadiyat - Abu Dhabi-Émirats arabes unis.

https://www.louvreabudhabi.ae/?utm_source=GMB&utm_medium=organic&utm_campaign=louvre-abu-dhabi

 

Dernière étape de mon voyage en Savoie : Saint-Jean-de-Maurienne. J'y ai croisé, comme partout ailleurs dans ce département, des gens accueillants et fiers de leur pays. Très bonne semaine à tous !

 

Yves

 

Classement des dix premiers pays qui ont visité ce site la semaine dernière : 1) France 2) Canada 3) Belgique 4) Japon 5) Maroc 6) Congo-Brazzaville 7) Suisse 8) Allemagne 9) Algérie 10) Bénin




Saint-Jean-de-Maurienne et son Histoire (Savoie, France)


Il était une fois Saint-Jean-de-Maurienne, capitale historique de la Maurienne située sur la principale voie de passage des Alpes depuis le Moyen-Âge. On compte un peu moins de 8000 Saint-Jeannais à vivre dans cette cité, sous le climat montagnard généré par le Massif alpin, tterre d'accueil de l'une des plus grandes usines de traitement d'aluminum au monde mais aussi, par le passé, lieu vivant et très fréquenté avec ses foires, marchés et auberges. Logé dans un hôtel du centre-ville, je m'aperçois que la petite ville tient dans un mouchoir de poche et que j'aurai rapidement parcouru la balade patrimoniale que l'Office du tourisme local me propose judicieusement. En route sur les traces de Saint-Jean-Baptiste...en suivant les petits clous (ci-dessous) fixés à intervalles réguliers sur le parcours pour me guider tout au long de cette promenade (...)


Lire la suite








Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile