Revoir le globe
Top


Whanganui et son centre historique
(Manawatu-Whanganui, Nouvelle-Zélande)
Heure locale

 

Jeudi 23 mai 2019

 

Je m'apprête cette fois à (re)découvrir Whanganui, ville de la côte ouest du pays située près de l'embouchure du fleuve du même nom. En langue maorie, »Whanga nui » signifie « grande baie »(ou grand port), mais le tout premier nom de ce centre urbain fut Petre, en l'honneur de Lord Petre, important officier de la New Zealand Company. La ville, qui prit son nom actuel en 1854, m'offre déjà ses jolies façades tandis que le temps est au beau fixe. Des conditions idéales pour partir à la découverte du centre historique.

 

La région autour de l'embouchure du Whanganui fut toujours occupée par plusieurs tribus maories, qui attaquèrent dans les années 1820 l'Île Kapiti, alors sous l'emprise du chef Nga ti Toa Te Rauparaha. Les premiers marchands européens arrivèrent ici en 1831, bientôt suivis, en 1840, par deux missionnaires chrétiens, chargés de collecter des signatures en faveur du Traité de Waitangi. Les Européens ne tarderont pas à négocier un premier achat de 161 km2 de terres auprès des tribus locales, puis donneront naissance au petit village de Petre. L'arrivée des Européens et leur manière de faire ne conviendront pas à tous les Maoris, avec lesquels un accord sera toutefois trouvé, huit années plus tard, permettant à la future ville de trouver une stabilité suffisante afin de croitre rapidement.

Un passage par l'office du tourisme me permet de me procurer gratuitement l'Heritage Guide contenant la balade historique à travers la ville, histoire d'en découvrir les édifices les plus emblématiques. Parmi les endroits les plus connus de Whanganui, on relève la galerie d'art Sarjeant, perchée au sommet d'un escalier monumental (ci-dessous) et l'Opéra royal (deuxième photo). Construit en 1899, cet opéra est l'un des derniers théâtres encore existant de l'ère victorienne, et le seul en Nouvelle-Zélande à s'être vu délivrer une charte royale pour la célébration de son centenaire en 1999. Autrefois situé près de la gare et du port (deux moyens de transport souvent utilisés à l'époque par les compagnies théâtrales), ce superbe édifice survivra à trois incendies. Erigé par l'architecte George Stevenson en seulement cinq mois, il sera relié au réseau de gaz et d'électricité, chose peu habituelle en ce temps-là. L'ouvrage a depuis lors reçu plusieurs distinctions tant en Nouvelle-Zélande qu'à l'étranger, pour la beauté de son architecture et son acoustique remarquable. Des représentations y ont toujours lieu.


 

Inauguré en 1908, le tramway fera, lui aussi, partie des moyens de transport locaux de Whanganui. Celui-ci acheminera les passagers jusque dans les quartiers les plus reculés de la ville, mettant un terme à son activité en 1950. Seize tramways reliaient alors le centre-ville aux quartiers de Castlecliff, Gonville, Aramoho et Whanganui East, avant d'être remplacés par des bus. A l'époque, Whanganui fut la première ville provinciale à être équipée d'un tramway, et le maire Mackay en commandera douze au total. Il est encore possible d'admirer le wagon du tram N°12 si vous passez par là le dimanche.

 

De longue date, la rivière Whanganui qui traverse la ville, fut utilisée comme moyen de déplacement par des générations de Maoris, jusqu'à ce qu'un premier Européen n'en remonte le cours en 1831. Et la rivière d'être parcourue par les marchands puis par le Wonga Wonga, premier bateau à vapeur en 1857. Un siècle plus tard, naissait le projet d'un barrage sur le cours d'eau, ouvrage dont la construction sera abandonnée à la suite de nombreuses réactions hostiles de la population. Quant au navire « Aotea », il fut livré ici en pièces détachées en 1899 pour le compte de la Alexander Hatrick's Company, qui l'utilisera comme bateau de croisière d'agrément dans les années 1900. Les affaires marchaient si bien que fin 1911, l'entreprise possédera jusqu'à douze bateaux de grande taille, et sept autres, plus petits, pour les croisières sur la rivière. Rebaptisé depuis du nom de « Waimarie » (signifiant « eaux paisibles » en langue maorie), l'ex-Aotea coulera en 1952, puis sera renfloué en 1993 et restauré ensuite. Et de sillonner désormais la rivière pour les amateurs de croisières. Si le cœur vous en dit...

A deux pas de là, se dresse encore l'ancien centre nautique (deuxième photo ci-dessous) de la ville. La construction de l'édifice date de 1898. Ce centre sera conçu dans le cadre de la restauration du « Waimarie » et il est toujours possible de s'y procurer des billets (voir infos pratiques). L'intérieur du bâtiment abrite enfin une intéressante exposition consacrée à la rivière et au développement de son trafic fluvial, à l'aide de documents, photographies et autres souvenirs. Un autre bateau opère également des croisières : le « MV Wairua » fut construit à Londres avant de rejoindre la flotte de la compagnie Alexander Hatrick en novembre 1904. Lui aussi coulera en 1938 (décidément!) avant d'être renfloué en 1987 puis restauré à son tour.

 

A Whanganui, on foule très souvent d'anciennes terres maories, comme par exemple les Jardins Moutoa, où se tenait jadis un village de pêcheurs et où vivaient plusieurs tribus maories qui remontaient le cours de la rivière plusieurs fois par an. Après l'arrivée des Européens , l'endroit se transforma en marché. En 1965, un monument fut érigé pour commémorer la bataille de l'Île de Moutoa, bataille qui évitera à la ville d'être envahie.

Il suffit d'emprunter la Ridgway Street pour admirer de jolies maisons du siècle dernier, arborant les styles architecturaux victorien et édouardien (ci-dessous). Au bout de cette rue, s'élève le Rutland Building (deuxième photo) depuis les années 1850. C'est l'un des plus célèbres hôtels néo-zélandais du siècle dernier. Le feu ravagea pourtant la bâtisse durant Noël 1868, mais on reconstruisit l'ensemble...qui flamba à nouveau dans les années 1880. L'édifice actuel date de 1904.

J'admire tout autant l'édifice d'en face, Hallensteins Building (troisième photo) qui abritait encore il y a deux ans les vêtements de l'entreprise Andersons. Pour des raisons de sécurité, le magasin déménagea sur deux autres sites. La construction n'a en effet bénéficié d'aucun entretien depuis ces dix dernières années et il y aurait péril en la demeure, notamment en cas de séisme.


 

La jolie fontaine (ci-dessous) qui trône au milieu du carrefour fut érigée en hommage à William Hogg Watt, premier maire de la ville et donateur du lac Westmere dont il était le propriétaire. L'utilisation de ce lac permettra d'augmenter la pression de l'eau et de combattre ainsi les incendies plus efficacement. Voilà une idée qui coule de source...l'ouvrage fut dévoilé au public en septembre 1881, avant d'être provisoirement déplacé en 1906 pour permettre le passage du tramway sur Victoria Avenue. La fontaine regagnera son emplacement initial en 1933. Quant au lac Westmere, il a été depuis classé comme réserve naturelle.

La Victoria Avenue offre elle aussi plusieurs belles façades, à commencer par celle de l'ancienne BNZ Bank (deuxième photo) qui fut le premier établissement bancaire à s'installer à Whanganui, dès 1857. Il s'agissait d'abord d'un bâtiment en bois de deux étages qui flambera accidentellement. On érigera en 1906 l'ouvrage actuel dans un style classique et imposant. La banque BNZ inaugurera ses activités le 19 août 1861, avant d'être depuis transformée en un café. Juste en face de la BNZ, se dresse le Kitchen's Building (troisième photo) : Mr Owen monta la première pharmacie de la ville sur Taupo Quay en 1858. Puis, cette toute première officine changera d'immeuble et sera détenue par cinq propriétaires différents avant qu'un certain Mr Kitchen ne la rachète. L'édifice, qui date de 1909, est identique à celui que la famille Kitchen nous a légué jusqu'en 1981. Jadis, la pharmacie occupait toute la largeur du bâtiment, avec des appartements privés sur sa façade arrière (au rez-de-chaussée et au premier étage), un espace qui abritait également écuries, pelouses et jardins, et une blanchisserie.


 

Voisine de l'édifice des Kitchen, se trouve le Drew's Building (ci-dessous) érigé en 1909 par la famille Drew, bijoutier et fondateur du musée régional de la ville. Mr Drew consacra sa première affaire aux bijoux et aux montres dans une boutique sise sur Taupo Quay. Tombé raide mort dans son magasin, à l'âge de 57 ans, il laissera toutefois à ses concitoyens un témoignage de sa passion pour l 'histoire naturelle et l'ethnologie. Sa collection sera rachetée à sa famille en 1892 pour constituer le noyau de l'actuel musée régional.

 

Toujours sur la Victoria Avenue, de belles façades attirent l'oeil des passants : celle de The National Bank (ci-dessous) s'éleva sur ce site en 1930, à l'issue de l'empilement de...40000 briques ! On doit l’architecture de cet édifice au cabinet Cyril Mitchell of Atkins & Mitchell, de Wellington, qui en conçut les plans. Au N°64 de cette même rue s'élève encore le Williams Jewellers Building (deuxième photo) depuis 1912. Le design de la façade fut conçu par Thomas Battle, architecte notoire de Whanganui. Quant à James Williams, le propriétaire des lieux, il était horloger de Hawke's Bay avant de déménager ici en 1903 et de se lancer dans la bijouterie. Bien après son décès qui survint en 1948, la famille conservera l'affaire jusque dans les années 1990. Encore aujourd'hui, l'endroit abrite toujours une...bijouterie ! Dernière façade remarquable selon moi, celle du Collier Building (troisième photo) qui date de 1902. Les Frères Henry et Herbert Collier étaient importateurs de partitions, de pianos et d'orgues et disposaient surtout d'une clientèle majoritairement fixée au sud de l'île nord. Ils donnaient également des cours de piano et d'orgue et réservaient une pièce pour cet usage, au dernier étage du bâtiment. Un motif représentant un orgue sur la façade témoigne de la brillante carrière réalisée par Edith Collier, la fille d'Henry, en tant qu'artiste-peintre. Nombreuses sont ses œuvres à figurer à la Sarjeant Gallery de Whanganui.

 

INFOS PRATIQUES :

  • Office du tourisme, 31 Taupo Quay, à Whanganui. Tél : 0800 92 64 26. Boutique et café sur place. Site internet : http://www.visitwhanganui.nz
  • Wanganui Tramways, en face de l'office du tourisme : visite du tram le dimanche de 13 à 15h00. http://www.tramwayswanganui.org.nz

  • Croisières sur la rivière Whanganui auprès de l'agence Waimarie, 1A Taupo Quay, à Whanganui : http://waimarie.co.nz/

  • Whanganui Regional Museum, 352 Watt Street, à Whanganui : http://www.wrm.org.nz/

  • Procurez-vous gratuitement le fascicule « Whanganui Heritage Guide » auprès de l'office du tourisme.

  • Attention, prévoyez de la monnaie pour payer votre ticket de parking car les horodateurs n'acceptent pas les cartes bancaires.



Retour aux reportages







Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Boutique - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile