Revoir le globe
Top


Pascal Jaouen, de fil en aiguille...
(Quimper, France)
Heure locale

 

Mercredi 3 juillet 2019

 

Qu'elle est belle ma Bretagne, et pas seulement quand il pleut. La période estivale est ici, comme partout ailleurs, prétexte à de nombreux évènements culturels et il y en a un qu'il ne faut surtout pas manquer, à voir jusqu'au 22 septembre à Quimper. Pascal Jaouen, un enfant du pays présente en effet « Balades brodées signées Pascal Jaouen », un véritable régal pour les yeux et pour le cœur !

 

L'homme est breton et fier de l'être. Il a bien raison.Très jeune, il est émerveillé par les costumes traditionnels que portent les grands-mères le dimanche, collectionne les cartes postales de la reine de Cornouaille Maryvonne Come, puis s'initie à la broderie. Dès l'âge de huit ans, il rejoint le cercle celtique local d'Elliant et déplore déjà de ne trouver aucune brodeuse pour confectionner les coiffes de ses sœurs. Et de bientôt assouvir sa passion naissante en sillonnant la région pour recenser les techniques et les points oubliés. Son premier costume brodé (melenig), il le confectionnera lui-même en 1980. Cinq ans plus tard, il intègre le cercle de Pont-l'Abbé, dont il restera d'ailleurs le président sept années durant. Puis, il s'inscrit bientôt aux stages de broderie sur tulle et perlage de Viviane Hélias, une brodeuse bigoudène chevronnée de Ploemeur (Morbihan). C'est Viviane qui apprendra à Pascal ses premiers points de broderie à la salle Amzer Nevez, lieu d'ateliers et de répétitions de cercles celtiques. Puis, Pascal animera à son tour l'atelier « Le samedi du brodeur » au musée départemental breton de Quimper, tout en poursuivant sa collecte de motifs et de techniques, sans cesse à la recherche de procédés et de points absents des ouvrages, car uniquement transmis oralement dans ce pays de Cornouaille.


 

Pour Pascal, il devient urgent de sauvegarder puis de transmettre ce savoir-faire des brodeurs bretons en voie de disparition. Ce travail de mémoire et cette richesse patrimoniale déboucheront donc sur la création de l'école de broderie d'Art Pascal Jaouen, en 1995 à Quimper (29), dont il sera l'unique enseignant au départ, avant d'essaimer en France (dans près de trente villes) et à l'étranger (Suisse, Belgique, Canada et Roumanie). Très vite, la qualité, la spécificité de son enseignement et son talent pour revisiter les techniques des broderies anciennes, comme la broderie glazig, attire de nombreux élèves, débutants ou confirmés, qui s'inscrivent aux cours et aux stages proposées par l'école afin d'y apprendre des techniques aussi variées que la broderie couleur (passé empiétant, broderie de Lunéville ou point de Beauvais), la broderie blanche (jours anciens et Cilaos, Richelieu, broderie sur tulle, plumetis...) et la broderie bretonne sous ses aspects traditionnel et contemporain (broderie Glazig, broderie bigoudène et perlage). Et Pascal et ses enseignants d'expliquer, étape par étape, les points à leurs hôtes et de suivre attentivement chaque élève dans la réalisation de sa pièce d'étude. Aujourd'hui, ce sont plus de 2000 élèves qui s'initient à la broderie d'Art en France aux côtés de Pascal Jaouen. Un art qui fit son apparition en Bretagne au 19è siècle. A cette époque, la France était divisée en évêchés et voyait naitre différentes modes vestimentaires et diverses broderies. Le costume était alors confectionné, brodé puis porté lors d'évènements familiaux. Et de représenter une véritable carte d'identité de la personne qui le portait, en reflétant son rang social. Le métier de brodeur était quant à lui exercé essentiellement par des hommes et se développera dans tout le pays jusque la Seconde guerre mondiale, date à laquelle le vêtement traditionnel perdra peu à peu de sa superbe, pour laisser la place à la mode citadine. Le costume homme du terroir Glazig (petit bleu en breton) est ainsi surnommé du fait de la couleur de son drap bleu. A l'origine, il était brodé de motifs de formes géométriques, jusqu'à ce que la broderie devienne plus florale, au cours des années 1920-1930. Un type de broderie auquel Pascal Jaouen est particulièrement attaché.


 

En 2003, Pascal Jaouen ouvre un atelier de confection qui propose aux particuliers des créations personnalisées comme des robes de mariées, des costumes et autres tenues habillées. Et de publier deux ans plus tard « Le Brodeur bleu », un ouvrage consacré à la broderie Glazig, aux côtés de la journaliste Danièle Le Pape et la photographe Florence Grall. Il récidive bientôt en confectionnant des robes pour la chanteuse Gwennyn (dès 2008) et des tenues de scène pour Nolwenn Leroy, tout en ouvrant une boutique de prêt-à-porter à Brest en 2011 et en créant une robe pour la chanteuse Cécile Corbel en 2014. Sa notoriété fera le reste, lorsqu'il sera choisi comme acteur principal d'un numéro « Des Racines & des Ailes » consacré à la Bretagne en 2013. Suivront le défilé-spectacle « Gwenn-ha-du », en 2014, puis l'exposition « Les saisons des fils » un an plus tard. Cette première exposition sera un hommage appuyé aux élèves de cette école de broderie d'Art dont Pascal Jaouen inaugurera peu de temps après les nouveaux locaux quimpérois. 10000 badges brodés par des anonymes seront alors vendus au profit de la SNSM. Elégance et générosité, deux traits de caractère profondément ancrés chez notre homme.

 

Celui qu'on surnomme « Le Brodeur bleu » créera et brodera dès 1995 sa première composition, »Le tapis d'Orient » qu'il exposera à la biennale de broderie d'Art de Bayeux. La critique sera alors unanime face à cette ambiance orientale pourtant inspirée de la broderie quimpéroise Glaz. Trois ans plus tard, direction Tokyo (Japon) où Pascal exposera à l'exposition internationale. D'autres expositions suivront en 2001 et 2002, au musée du Louvre (Paris) et à l'étranger (Brésil, Mexique et Etats-Unis) : sa collection « Itinérances » composée de guêtres, ceintures, cœurs et fuseaux, principaux codes vestimentaires bretons, qui donnera lieu à un défilé présenté au théâtre de Cornouaille (2002), puis « Regards vers l'Ouest » (2008) avec ses broderies colorées, ses perles scintillantes et ses tissus précieux, et la collection Triskell « Au fil des trois éléments » (le Triskell symbolisant l'eau, la Terre et le Feu dans la culture celte) deux ans plus tard, jusqu'à sa collection « Gwenn-ha-du », en 2014, qui comportera 45 modèles en noir et blanc, affichant clairement une influence bretonne, de la mode des costumes à la nature sauvage.


 

Cette année, Quimper a décidé de rendre hommage au « brodeur » de son vivant en proposant au public un ensemble d'expositions qui retrace le parcours professionnel de Pascal Jaouen. Jusqu'au 22 septembre prochain, les musées de Quimper, la cathédrale Saint-Corentin, la médiathèque, la maison du Patrimoine et la galerie de l'Ecole de broderie d'Art accueillent une rétrospective des différentes collections citées plus haut sous forme de photos, d'ateliers, d'expositions, de conférences et de surprises : des déambulations sont ainsi prévues les 25 juillet, 8 août et 5 septembre, à 11h30, lors d'une visite commentée par Pascal Jaouen en personne, depuis l'Ecole de Broderie d'Art jusqu'au Musée départemental breton. Le point d'orgue de cet événement restera toutefois la présentation de la dernière collection de Pascal Jaouen lors du défilé des 21 et 22 septembre prochain à Quimper. »War en Hent-Sur la route de... » rassemblera ainsi une trentaine de tenues sous le signe du luxe et de l'art de la broderie haute couture comme peu de brodeurs savent encore la mettre en œuvre. Parmi ces modèles, on note une robe oiseau écrue (robe courte de satin blanc à picots carrés, ayant demandé 350 heures d'ouvrage à la brodeuse Marie-Dominique Jollet) et la robe oiseau bleue (247 heures de travail, 11200 perles et 96 mètres de soie perlée...). Le défilé sera accompagné d'une musique originale de Cécile Corbel (harpiste, chanteuse, compositrice de chansons et grande artiste celte) et de Simon Caby, tandis que quatre danseurs habillés spécialement par le créateur, accompagneront les mannequins. Mis en scène par Mick Nedelec, ce défilé-spectacle promet d'être encore un joli succès. Et un bien bel hommage largement mérité à Pascal Jaouen, l'enfant du pays qui fit temps pour l'art de la broderie traditionnelle, de fil en aiguille...


INFOS PRATIQUES :

  • « Balades Brodées signées Pascal Jaouen », à Quimper du 6 juillet au 22 septembre 2019. Une invitation de l'artiste à rencontrer un autre Quimper : flânez dans le quartier historique en partant de l'Ecole de la Broderie d'Art, puis passez aux Faïenceries Henriot, longez l'Odet, pour partir à la rencontre de Saint-Corentin, arpentez les ruelles pavées, frôlez la dentelle de pierre des remparts de l'Evêché avant de vous laisser surprendre par les créations qui s'offriront à votre regard.

  • Rétrospective des différentes collections créées par le brodeur-styliste aux musées de Quimper, à la Cathédrale Saint-Corentin, à la Médiathèque, à la Maison du Patrimoine et à l'Ecole de Broderie d'Art.

  • Point d'orgue de l'évènement : le défilé « War an Hent...Sur la route de... » présentation de la nouvelle collection de Haute-Broderie de Pascal, un pèlerinage de la Bretagne à la Galice, depuis Bannalec jusqu'à Saint Jacques de Compostelle en longeant le littoral atlantique, les 21 & 22 septembre 2019, au Centre des Congrès du Chapeau Rouge, 1 rue Paradis à Quimper. Réservations à la boutique de l'Ecole ou sur http://www.pascaljaouen.com (réservation par courrier)

  • Merci à Marie-Laure Dubois pour sa précieuse collaboration et le prêt des photos.

 


 



Retour aux reportages







Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Boutique - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile