Revoir le globe
Top


Miyazaki City (Kyushu, Japon)
Heure locale

Dimanche 14 avril 2013

 

Il est 8h30 et le téléphone sonne dans ma chambre. C'est Abe, mon interlocuteur d'hier soir dans le train qui me téléphone pour me proposer de me faire visiter Miyazaki City. C'est le genre de proposition que je ne refuse pas d'autant plus qu'il sera accompagné de son épouse et de ses deux enfants. Les Japonais ne sont pas forcément très expressifs et je considère cette invitation comme un honneur. Abe vient me prendre à l'hôtel vers dix heures et nous partons en direction du sanctuaire de Miyasaki (ci-dessous), le plus connu de la ville. Ce sanctuaire abrite l'empereur Jimmu ainsi que son père, Ugayafukiaezu no mikoto et sa mère Tamayori hime. Ugayafukiaeru (le père de Jimmu) était le fils d'Hoori (l'un des ancêtres légendaires du Japon) et de Toyotamabime (la fille de Ryujin, le dieu des mers). Bien qu'Ugayafukiaezu ait été conçu dans les fonds sous-marins, il vit le jour sur la terre ferme: Alors que sa mère tentait de bâtir une maison avant sa venue au monde, elle n'eut pas le temps de recouvrir le toit de plumes de cormorans et accoucha. D'où le nom du bébé: Ugayafukiaezu (le plafond de plumes de cormorans n'est pas encore prêt). Plus tard, Ugayafukiaezu lui aussi se mariera avec Tamayoribime qui lui donnera quatre enfants: Itsuse, Inahi, Mikenu et Wakemikenu (qui deviendra plus tard l'empereur Jimmu).


 

La construction du sanctuaire fut réalisée en bois de cèdre de Sano. Tout près de là, dans le jardin de Toshin, se trouve un wistéria (glycines) vieux de plus de quatre siècles. Il est d'ailleurs répertorié comme « trésor naturel national ». Le sanctuaire se trouve au milieu d'une forêt au nord de laquelle se trouve le musée départemental de la nature et de l'histoire du Miyazaki où je me rendrai tout à l'heure. Comme c'est souvent le cas au Japon, le sanctuaire de Miyazaki est rattaché à une légende: Le Palais de l'empereur Sujin fut d'abord bâti. Puis le sanctuaire lui aussi fut élevé lorsque l'empereur Keiko vint se battre durant la guerre de Kumaso. Plus tard, sous le règne de l'empereur Ojin, l'endroit fut régi par un officiel qui maintint la paix dans la région. Le sanctuaire principal fut alors érigé en 1197 par le Lord de Tsuchimochi, avant d'être restauré en 1644, puis en 1813 et en 1839. Le lieu de culte sera rebaptisé Sanctuaire de Miyazaki en mai 1873 puis deviendra un sanctuaire préfectoral. L'endroit deviendra le Temple de Miyazaki en novembre 1878 puis sera promu en tant que sanctuaire impérial (Kanpei-Taisha) le 24 avril 1885. Il redevint Sanctuaire de Miyazaki le 4 juillet 1913. Le bâtiment actuel date de 1907 et s'étend sur presque 252 000 m².


 

Je suis très surpris par la vivacité d'esprit des deux enfants d'Abe. Point de jeux vidéo en main mais un livre contenant des cartes illustrées des pays du monde entier. Les questions fusent et la curiosité prend vite le dessus. J'essaie de répondre le mieux possible avec mes quelques rudiments de japonais. On m'interroge sur mon pays, sur les voyages que j'effectue à l'étranger et sur la durée de mes escales. Un vrai bonheur que ce jeune public passionné qui s'intéresse à tout! Il est temps de nous rendre maintenant au musée départemental de la nature et de l'histoire du Miyazaki. Autrefois, existait un autre musée qui ouvrit ses portes en 1951. Le musée actuel fut érigé en 1971 auquel on rajouta ensuite une section d'histoire naturelle et une section Beaux-Arts. Le lieu propose de découvrir le milieu naturel de la préfecture du Miyazaki à travers un parcours pédagogique reconstitué de manière attractive: La forêt sempervirente abrite chamois et cerfs de Kyushu tandis que les bords d'eau sont classés en fonction de la nature de l'eau (marécage de Kawaminami, rivage Caouanne et récifs coralliens). Le musée s'intéresse aussi à la formation du Miyazaki et aux espèces naturelles (découverte de fossiles sur le Mont Gion, les singes de l'île Kojima, les espèces végétales spécifiques à la région, les espèces en voie de disparition). La section historique, elle, aborde les origines du Miyazaki de la protohistoire à nos jours, en exposant des documents archéologiques et des reconstitutions grandeur nature: La chasse dans la grotte d'Izuruha, la vie des hommes il y a plus de 20000 ans, l'apparition de la poterie sous la période Jomon, et l'apparition de la riziculture avec une habitation en forme de fleur (première photo ci-dessous). Des habitations sont aussi reconstituées comme cet intérieur d'une maison japonaise datant de 1945 (deuxième photo ci-dessous) ou bien cette ferme de Shiiba (troisième photo) qui fut construite en 1864. On peut aussi observer une cabane d'agriculteur du village de Nishimera, une scène de pêche à l'ayu pratiquée dans le village de Kitagawa ou bien une scène d'abattage d'arbres comme on en voyait dans le village d'Aya. Des vitrines permettent d'aborder l'artisanat des différentes époques: Une charbonnière (fabrication du charbon de bois) est reconstituée tandis que le visiteur découvre les outils de production utilisés dans les hameaux montagnards de Hyuga. Pêle-mêle, je remarque ces ustensiles ayant jadis servi lors des fêtes agricoles et pastorales, ou bien ces objets décoratifs du jour de l'An et des nuits de pleine lune et ces drapeaux hissés les jours de pêche fructueuse. La vie d'une région, c'est aussi la fête durant laquelle on invoque la protection des divinités. Prières pour la tranquillité comme pour les bonnes récoltes sont alors l'occasion de rites tout au long de l'année.

 

Après la pause déjeuner, nous repartons à la découverte de la ville avec la visite du parc Heiwadai (ci-dessous) et de la Tour de la Paix: Le parc Heiwadai est très fleuri en cette saison. Il fut construit en 1939 pour célébrer les 2600 ans de l'ère impériale. La Tour de la Paix fut elle aussi érigée sur une surface de 1023 m². Haute de 37 mètres, elle fut achevée en novembre 1940. C'est le sculpteur Jitsuzo Hinago qui en fut le concepteur. Pour ce faire, il disposa d'un budget de 670 000 yens de l'époque et 834 m3 de pierres (dont 1789 pierres taillées venues du monde entier) furent nécessaires à sa construction. 66500 ouvriers participèrent au chantier. J'ai déjà abordé le contexte historique de la construction de cette tour lors d'un précédent reportage mais il est toutefois utile de revenir sur la signification des symboles figurant sur la tour: Quatre statues, placées aux quatre coins de l'ouvrage, symbolisent l'image de quatre âmes (Armitama, Nigimitama, Sachimitama et, en photo ci-dessous, Kushimitama). Et une inscription sur la tour signifie la paix éternelle. La porte sur la façade avant représente la grotte de Saitobaru (celle-là même qui captura le démon). Ce site, construit entre le III ème et le VII ème siècle permit de mettre à jour des vestiges lors de fouilles effectuées entre 1912 et 1917. Saitobaru fut classé comme site historique national en 1952. Les marches de la tour de la Paix symbolisent de leur côté le trône en pierre de l'empereur tel qu'on le connait à Hyuga City. Le parc Heiwadai, d'une surface totale de 68,8 hectares, devint ainsi le pendant du parc tokyoite Hibiya en août 1965 (qui lui envoya des colombes pour l'occasion).

 

Un autre jardin, celui des Haniwas, mérite le détour. Situé, lui aussi dans le parc Heidawai, il rassemble, sur 9000 m², les répliques de statues haniwa (ci-dessous) jadis exhumées dans tout le pays. On en compte 400 qui évoquent une atmosphère d'antan dans ce jardin forestier parcouru par plusieurs sentiers. Ces haniwas sont des cylindres de terre cuite représentant des figurines funéraires. Beaucoup furent retrouvées dans des tombes de la période Kofun (IIIè-VIè siècles)à travers tout le Japon (la plus grande partie fut retrouvée dans le sud de l'île de Honshu , près de Nara, ainsi qu'au nord de l'île de Kyushu). La période Kofun correspond à l'une des deux époques ayant constitué la période Yamato symbolisant la mise en place d'une structure politique et sociale dans la Province de Yamato, autour de Nara, vers 250. L'ère de Kofun débute avec l'arrivée des cavaliers coréens qui vont peu à peu conquérir le Japon et créer le premier état japonais: Le Yamato. Cette société va progressivement s'implanter durablement pour donner les bases culturelles du Japon. Les Kofuns sont de gigantesques tumulus où dignitaires et chefs de guerre étaient ensevelis. Depuis l'ère Edo, les haniwa font l'objet de nombreuses recherches scientifiques et archéologiques. Ces figurines creuses d'argile non vernissées, pour précieuses qu'elles soient, sont manipulées le moins possible car elles sont très fragiles. Leur fabrication selon la technique dite Wasumi, consiste en l'empilement de rouleaux de terre. Au VI ème siècle, on observa l'apparition de regroupements de potiers spécialisés dans leur fabrication avant que ces haniwa partent plus tard dans des sites différents. Elles étaient destinées à protéger mais aussi à décorer les tombes sacrées. Elles sont aussi classées en deux groupes: Les haniwa représentant des outils , des maisons et des armes, et les haniwa représentant des animaux et des êtres humains. Les Haniwa étaient parfois peints comme l'étaient les chambres funéraires, notamment pour souligner les traits des personnages. La forme des Haniwa est révélatrice des époques: D'abord de forme cylindrique au Ivè-Vè siècles, ils représentèrent plus tard des objets militaires (armures, boucliers, bateaux, armes et bâtiments) puis des formes animales et humaines (chiens, chevaux, oiseaux, cerfs, mais aussi danseurs, guerriers, musiciens prêtresses)....Disposés en cercles et en alignements serrés, ils étaient censés protéger l'empereur dans sa vie de l'au-delà, mais servait aussi de renfort aux pentes du tumulus. C'est l'arrivée du bouddhisme qui mit un terme à cette forme de statuaire en apportant d'autres formes d'inhumation.


 

 

INFOS PRATIQUES:

 


  • Sanctuaire de Miyazaki City, 2-4-1 Jingu, à Miyazaki City. Pour s'y rendre, emprunter le bus en direction du sanctuaire de Miyazaki (durée du trajet: 20 minutes). Tel:(985) 27 4004. Accès pour personnes handicapées et location de chaises roulantes au bureau du sanctuaire.

  • Musée départemental de la nature et de l'histoire du Miyazaki, 4-4 Jingu 2 Chome, Miyazaki-shi, à Miyazaki City. Tel (985) 24 2071. Ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00. Entrée gratuite. A 10 minutes à pied de la gare JR Miyazaki-Jingu.

  • Parc Heidawai, Shimokitagata-cho à Miyazaki City. Tel:(985) 25 7410.







 



Retour aux reportages







Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Boutique - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile