Revoir le globe
Top


Le Site de l'Ancien Château de Zakimi
(Yomitan, Okinawa, Préfecture d'Okinawa, Japon)
Heure locale


Vendredi 31 janvier 2014

Ils sont nombreux les héritages du royaume de Ryukyu à Okinawa. Je pars ce matin en excursion dans la région du Chubu. Je n'ai pas trouvé beaucoup d'information sur cette région, si ce n'est qu'elle est située au-dessus de la partie sud de l'île et comporte des villes comme Okinawa, Chatan, Kadena, Uruma, Ishikawa ou Onna. Le village de Yomitan se trouve à cet endroit et accueille le site de l'ancien château de Zakimi (ci-dessous). De cette ancienne forteresse ne restent aujourd’hui que des murs et des fondations, très bien restaurés. Le château est inscrit sur la liste des sites Gusuku et des biens associés du royaume des Ryukyu, au patrimoine de l'Unesco depuis 2000. Situé au-dessus du lit de Nago, à 120 mètres au-dessus du niveau de la mer, il possède deux enceintes : le ichi-no-kaku et le ni-no-kaku. Chacune d'entre elles a sa propre porte (deuxième photo ci-dessous) dont la construction est unique en son genre, en forme d'arc, puisque c'est le premier portail de ce type disposant d'une unique clé de voûte en maçonnerie dans les îles Ryukyu. Au total, le site couvre 7383 mètres carrés. Le point le plus élevé de la forteresse s'élève à treize mètres et le moins haut, trois mètres. La construction a nécessité de la pierre calcaire de Ryukyu extraite d’après la technique Aikata-zumi consistant à empiler en ligne des pierres hexagonales. Le résultat est, je dois dire, assez remarquable. Deux autres techniques furent aussi utilisées pour la construction du château : la technique nuno-zumi (consistant à empiler des pierres carrées en ligne) et la technique nozura-zumi (empilage en ligne de pierres indistinctes). La vue aérienne de l'ouvrage permet de distinguer les nombreuses courbes du château.


 

Le château aurait été construit au début du XV è siècle par Gosamaru, Lord de Yuntanza. Soutien du roi Sho Hashi, premier roi du Royaume, Gosamaru naquit au château de Yamada, situé dans le village de Onna, non loin d'ici. En 1416, il rassemble ses troupes pour soutenir le roi de Chuzan qui part à la conquête du royaume de Hokuzan. Quelques années plus tard, le même roi Sho Hashi mettra la main sur le royaume de Nanzan, unifiant ainsi l'île d'Okinawa. En remerciement, le roi fit de Gosamaru le gardien de Hokuzan et lui donna le château de Nakijin. Plus tard, Gosamaru reviendra à Zakimi, et y construira ce château. Cet ouvrage mobilisa de nombreux ouvriers, venus notamment ainsi des îles Amami, et ce sont les pierres du château de Yamada qui furent transportées manuellement jusqu'à ce site pour construire le nouveau château. Gosamaru entretiendra longtemps de loyales relations avec le roi et sa fille épousera le roi Sho Taikyu.

Avant et pendant la seconde guerre mondiale, le site sera utilisé comme site canonnier puis, après la guerre, il servira un temps de station de radar pour les forces américaines (on avait alors détruit certains murs pour permettre l'installation des équipements).

 

Dès 1956, l'endroit fut classé bien important culturel par le gouvernement des îles Ryukyu. Puis, à la suite de la rétrocession d'Okinawa au Japon, ces ruines devinrent site historique national. Des fonds furent débloqués afin de permettre la restauration des lieux, de 1973 à 1985.

Sur l'avant-cour ichi-no-kaku (ci-dessous), apparaissent des traces de fondations, de forme rectangulaire, et de seize mètres de large pour 14 mètres de long. Aucune trace de tuiles n'ayant été retrouvée sur place, on en a déduit que le toit devait être en chaume ou en galets.


 

Le Ryukyukoku Yuraiki, archive d'époque, conservée par la cour royale en 1713, nous apprend qu'une prophétesse exerçait dans le château de Zakimi, en brûlant de l'encens sacré à proximité de la porte en arc de ni-no-kaku , endroit où se tenait le rite local de Zakimi. A l'intérieur de ichi-no-kaku, il y avait une lanterne de pierre, un cadeau dont Zakimi Uekata gratifia le château en 1843. Celui-ci, descendant de Gosamaru, était aussi appelé Mo Kotoku Zakimi Uekata Seifu. La lanterne de pierre servait d'hommage au dieu protégeant le château.

 

Notre guide m'informe que j'ai le temps de visiter le petit musée qui se trouve à l'entrée du site : le musée d'histoire et d'artisanat de Yomitan. Ce musée fut bâti dans le cadre de la mise en valeur du site de l'ancien château de Zakimi. Sa construction débuta en 1974 et le musée ouvrit ses portes au public moins d'un an plus tard. Durant 51 ans, 40 000 objets avaient été rassemblés ici et là et l'endroit devint rapidement saturé. On construisit un nouveau bâtiment en 1988. Un an plus tard, celui-ci ouvrait ses portes avec ses (presque) 400 mètres carrés. Le musée présente des vêtements entièrement faits main comme par exemple le kimono bashofu d'été, réalisé à partir de fibre de bananier (culture courante dans cette région) et le kimono d'hiver, muminjin, lui, fait de coton. Les vitrines présentent ces vêtements d'été et d'hiver. On peut aussi voir un métier à tisser.

On a identifié 39 sites historiques remontant à l'âge préhistorique, dans la région de Yomitan. L'un d'entre eux, le site de Toguchi-Agaribaru, est le plus ancien, et remonte à la période Jomon (il y a 7000 ans). Le musée présente aussi ces découvertes archéologiques mises à jour et classées par périodes.


 

Avant la guerre, on ne trouvait que des toits de chaume ou de tuiles sur les maisons de Yomitan. En 1944, il y avait ainsi 1845 maisons au toit de chaume et 1282 avec des toits de tuiles. La plupart de ces maisons furent détruites lors de la bataille d'Okinawa, et les toits avec. Lors de la reconstruction des habitations, on opta pour des toits de tuiles fixées avec du ciment. Ou bien des toits de tuiles en céramique rouge. Malheureusement, ces toits-là disparurent également avec l'apparition des constructions en béton armé dans les années 1955. Chaque habitation est spécifique mais comporte généralement une première pièce, puis une seconde, enfin, une pièce arrière et une cuisine. L'altar et l'alcôve, dédiés aux ancêtres de la famille, sont traditionnellement installés dans la première pièce, tandis que la cuisine, elle, se trouve dans la partie arrière de la demeure.


 

La fameuse tombe en dos de tortue, traditionnelle dans les îles d'Okinawa provient en réalité de Chine. La plus ancienne fut bâtie en 1687 et se trouve à Naha. Elle appartient à la famille Ie. Durant les périodes Meiji et Taisho, ces tombes devinrent populaires dans les zones rurales où on en rencontre maintenant dans les lieux les plus inattendus. On dit ici que la tombe a la forme d'un utérus, là d'où on vient et là où on retourne, une fois sa vie accomplie. Le musée présente une réplique de tombe, couramment rencontrée à Oowan, dans la région de Yomitan. Elle consiste en une structure ouverte appelée Shiruhirashi. De larges marches sont prévues, qui permettent de déposer des pots. On y inhumait le corps du défunt. Une fois celui-ci décomposé, on l'exhumait puis on déposait ses ossements au pied d'un rocher ou dans des jarres.


 

Le musée présente aussi une embarcation de pêche et son attirail (ci-dessous) : la région du Yomitan possède plusieurs villages de pêcheurs (Nagahama, Uza, Toya, Toguchi...) car le poisson foisonne à cet endroit. L'embarcation dont se servent les pêcheurs porte le nom de sabani.


 

l'exposition présente enfin des outils de la ferme (ci-dessous). Ces outils servaient à cultiver, à battre le blé ou à planter les semences. Plusieurs instruments de charpentier sont aussi présentés. Une autre aile du musée est consacrée au village de Yomitan durant la bataille d'Okinawa. On peut y admirer l'uniforme alors porté par les troupes japonaises, des casques, et autre reliques de cette époque.


 

 

INFOS PRATIQUES :


  • Site de l'ancien château de Zakimi, à Yomitan. Entrée libre

  • Musée d'histoire et d'artisanat de Yomitan, 708-4 Zakimi, à Yomitan. Tel:098 958 3141. Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 9h00 à 17h00. Entrée : 200 yens. Pour vous y rendre depuis le Terminal de bus de Naha, emprunter le bus 28 ( durée du trajet : 1 heure).

  • Cette visite fait partie de l'excursion consacrée à l'ouest d'Okinawa (coût : 5500 yens, repas inclus). Départ de l'excursion à 9h00 et retour à 16h00. Accès WiFi gratuit à l'agence.

    Okinawa Bus Tour (excursions) (en japonais) : http://okinawabus.com/

    Izumizaki 1-10-16, Naha-shi ( à deux minutes de marche du terminal de bus de Naha), Naha. Tel : 098 861 0083. On parle anglais à l'accueil. Mèl : kankou@okinawabus.com

 











 



Retour aux reportages







Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Boutique - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile