Revoir le globe
Top


Le Métro de Tokyo (Tokyo, Japon)
20 images disponibles
Heure locale


Samedi 4 mars 2017

 

Lorsque vous mettrez les pieds à Tokyo pour la première fois, cette immense ville vous paraitra intimidante à cause, notamment, du bouillonnement continu qui y règne. Pas de panique, il vous faudra bien vous lancer et, pour la visiter, emprunter le moyen de transport à la fois le plus abordable, le plus pratique et le plus rapide de l'endroit : le métro. Quelques points de repères figurant dans cet article vous aideront à vous y retrouver. En effet, à Tokyo, il existe deux opérateurs exploitant le métro, la société JR (Japan Railways), principal transporteur ferroviaire japonais, et Tokyo Metro. L'un et l'autre se partagent la plupart du temps les nombreuses stations qui forment le dense réseau souterrain tokyoite.

Il vous faudra tout d'abord vous procurer les plans de métro de la société JR (http://www.jreast.co.jp/e/info/map_a4ol.pdf) et de Tokyo métro (http://www.tokyometro.jp/en/subwaymap/pdf/routemap_fr.pdf ) auprès du concierge de l'hôtel ou les imprimer avant votre arrivée. Des applications pour téléphones portables sont également téléchargeables.

 

Ensuite, une fois dans la rue, exercez-vous à repérer les stations de métro (en photos ci-dessous), qui comportent des sigles différents, assorties du nom de la station pour vous retrouver. Même si vous ne pratiquez pas la langue japonaise, vous n'éprouverez aucune difficulté à lire les informations puisque celles-ci sont, la plupart du temps, rédigées en romaji (alphabet romain). Chaque station a un numéro de station formé d'une lettre (ligne) et d'un chiffre (numéro de la station de la ligne). Le tout est encerclé dans la couleur de la ligne concernée. Simple, n'est-ce pas ? En préparant votre itinéraire, notez donc le numéro de la ligne empruntée pour le départ de votre voyage, puis le numéro de votre station d'arrivée.


 

Les stations les plus empruntées de la capitale sont Shinjuku, Ikebukuro, Tokyo, Yokohama, Shibuya, Shinagawa, Shinbashi, Omiya et Akihabara. Le métro tokyoite offre de nombreux atouts : il est ponctuel, propre, sûr, précis dans les indications qu'il donne aux voyageurs, équipé de nombreuses toilettes dans chaque station et même maintenant du wi-fi !

Nous voici maintenant devant les distributeurs de tickets (ci-dessous). Vous pouvez payer votre ticket en argent liquide ou à l'aide d'une carte de paiement japonaise rechargeable sur ces mêmes machines (Suica ou Pasmo) : https://www.japan-rail-pass.fr/japon-en-train/conseils-voyage/ais-je-besoin-d-une-carte-suica et http://www.tokyometro.jp/en/ticket/types/pasmo/. Cette carte vous servira non seulement à régler le prix de votre ticket de métro, mais aussi vos achats dans des milliers de magasins au Japon. A vous de voir.

En levant la tête au-dessus des distributeurs, vous apercevrez la grille tarifaire qui vous servira à déterminer le prix de votre trajet, de station à station. Cherchez alors votre station d'arrivée et le chiffre y figurant correspondra au prix à payer pour votre trajet. Choisissez un distributeur de tickets, appuyez sur la touche English de l'écran, puis laissez-vous guider. Les tarifs applicables depuis cette station s'affichent bientôt sur l'écran, il vous suffit de sélectionner le nombre de personnes (un ou plusieurs voyageurs, sur la gauche), d'appuyer sur le tarif à régler (repéré sur la grille de tarification quelques instants plus tôt), puis d'insérer votre moyen de paiement (monnaie, billet, ou carte de paiement). Ne vous en faites pas, la machine vous délivrera le billet une fois l'argent inséré, et vous rendra votre monnaie dans la seconde s'il y a lieu. Et de toute façon, les Japonais sont si accueillants que si vous paraissez ennuyé ou perdu, ils vous aborderont pour vous aider aussitôt. Il existe plusieurs tarifs, selon les besoins de chacun : le prix d'un trajet va de 170 à 310 yens environ. Des billets journée permettent l'accès au métro de façon illimitée sur une même journée (environ 800 yens), tandis que d'autres titres de transport offrent des accès combinés sur plusieurs destinations. A noter que les lignes de métro JR sont accessibles gratuitement à l'aide du JR Pass (http://www.japanrailpass.net/fr/). Renseignez-vous !


 

Muni de votre ticket, il vous faudra franchir les tourniquets (bornes d'accès) afin d'accéder aux quais. A Tokyo, un agent du métro est positionné à chaque extrémité de ces bornes d'accès. En cas de problème, n'hésitez pas à vous adresser à lui. Pour repérer votre quai, il vous suffira de connaître le nom de la ligne que vous voulez emprunter (ainsi que sa couleur) puis vous assurer que vous êtes dans la bonne direction. Sur le quai, de nombreuses annonces sont diffusées, qui sont précédées d'une petite musique. Fait unique au monde, chaque station JR offre d'ailleurs sa propre musique. Pour le reste, repérez les lignes peintes au sol, et rangez-vous sagement dans une des files d'attente, en prenant soin de vous tenir derrière la ligne jaune bordant le quai. Contrairement à d'autres pays, les Japonais ne vous bousculeront pas, même en cas de fortes affluences. Laissez d'abord sortir les voyageurs de la rame à l'arrivée du train, puis entrez à votre tour. Une fois à bord, respectez la quiétude des passagers en éteignant la sonnerie de votre téléphone, respectez les places réservées aux femmes enceintes , handicapés ou personnes âgées... et, si vous êtes un homme, n'empruntez pas les wagons réservées au femmes lors des heures d'affluence (reconnaissables à l'autocollant rose « Women only »). Disposez vos bagages au sol ou sur les porte-bagages situés au-dessus des sièges (si vos bagages sont trop encombrants, pourquoi n'envisageriez-vous pas le Takkyubin : https://www.kanpai.fr/societe-japonaise/takkyubin-lenvoi-bagages-voyager-japonaise Enfin, ne mangez pas dans le train. Ah, un dernier truc : l'hiver, les banquettes de velours sont chauffantes, ne soyez pas surpris, il n'y a pas le feu. Et vous apprécierez vite ce genre de confort...

 

La Yamanote line est une ligne JR circulaire qui délimite le centre de Tokyo avec ses 29 stations. C'est l'une des lignes les plus fréquentées de la capitale nippone, et elle fut édifiée en plusieurs étapes. Inaugurée dès 1885 avec la section Shinagawa-Akabane du sud vers le nord, elle fut plus tard complétée, en 1903 avec la ligne Toshima (allant de Ikebukuro à Tabata), rejointe six ans plus tard avant d'être complètement bouclée en 1925 par les tronçons Kanda-Ueno et Tokyo-Nakano. Longue de 34,5 kilomètres (soit 500 mètres de moins que le périphérique parisien!), elle nécessite une heure pour en faire le tour. La vidéo ci-contre (https://youtu.be/DnAJdZFwFsU) vous invite à ce voyage, histoire de vous familiariser un peu avec cette ligne. Comme vous pourrez le constater, les annonces à bord du train sont faites en japonais et...en anglais. De plus, plutôt que de vous demander de ne pas descendre du train avant l'arrêt de la rame et de veiller à descendre du bon côté (annonces effectuées à bord des TGV français), l'annonce vous indique le côté de la sortie en fonction de la station. De plus, l'hôtesse vous indique aussi les correspondances disponibles à chaque station. Enfin, des écrans installés dans chaque voiture indique le parcours en temps réel avec le temps de parcours d'une station à l'autre. Trop fort ces Japonais !

Cerise sur le gâteau, une trentième gare devrait rejoindre sous peu les 29 autres pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Celle-ci se situerait entre les stations de Shinagawa et Tamachi et permettrait aux voyageurs de reprendre un train afin de se rendre encore plus rapidement à l'aéroport d'Haneda.


 

INFOS PRATIQUES :

 

 



 



Retour aux reportages par pays