Revoir le globe
Top


Le Japon me manque (Japon)
Heure locale

 

Samedi 12 mars 2011


 

Le Japon me manque. En cette période dramatique, qui compte parmi les pires heures que le pays ait vécu dans toute son histoire, je pense très fort à eux. Hier matin, lorsque Lionel ( à la recherche permanente des dernières nouvelles) m'a appelé à Paris pour m'annoncer la triste nouvelle, j'ai aussitôt envoyé des messages à mes amis nippons, à mon école à Omiya , près de Tokyo. Certains messages sont restés sans nouvelles. Mon école m'a répondu immédiatement. Un message court qui disait: Yono Gakuin (le nom de l'école) est OK. Les étudiants et les professeurs vont bien. Ouf!


 


 

La menace de tremblement de terre est permanente au Japon et on ne peut pas vivre là-bas si on ne l'accepte pas. Mais en même temps, il n'y a pas de pays mieux préparé à résister aux secousses sismiques. Les constructions sont adaptées, le pays est sous surveillance constante et les populations savent comment réagir en cas de séisme. Personnellement, je me sens en totale sécurité lorsque je suis sur place. Un soir, en février dernier, j'ai ressenti des vibrations légères à Omiya alors que je m'étais couché, mais cela ne m'a pas empêché de dormir. On peut mourir de tellement d'autre façons....

Lors de mon dernier passage au Japon,j'étais en reportage du côté de Sendai, au nord-est de Honshiu. Vous souvenez-vous d'Aomori, du parc de Sannai Maruyama? Cela me fait quelque chose de voir qu'aujourd'hui, ce que j'ai vu a peut être noyé sous les eaux. Ces visages souriants rencontrés au cours de ma visite su place ont peut être disparu à l'heure qu'il est.

Je parlais hier soir avec Satoshi, mon professeur de japonais. Je l'ai trouvé secoué en arrivant chez lui ( on l'aurait été à moins) mais sa famille allait bien sur place, au Japon. C'était l'essentiel. Il m'a parlé du sens de la vie. De la difficulté de se dire que tout peut s'arrêter, d'un coup, comme çà, un beau jour. Je lui ai dit que nous ne sommes sûrs de rien et qu'il faut vivre chaque jour comme si c'était le dernier. Et éduquer ses enfants à faire de même. Les certitudes occidentales ne pèsent rien face à la Nature. Et nous devons nous souvenir que nous vivons avec du magma sous nos pieds , que la Terre est vivante et qu'elle bouge. Que les éléments qui nous entourent sont extrêmement puissants et que l'homme ne pèse rien face à eux. Il ne peut que s'adapter. Et c'est ce que font les Japonais.


 

Nous vivons des heures difficiles ( les Japonais surtout!) mais je préfère penser aux bons moments que j'ai passés là-bas, sur place, aux côtés de gens simples qui m'ont accueilli avec gentillesse . Toutes les personnes que j'ai emmené au Japon avec moi ont été séduites par ce pays. Est-ce la beauté des temples? La sérénité qui règne? Le sang-froid des habitants dans les moments difficiles? Je ne sais pas, mais je note que le Japon est « à la mode ». Je n'aime pas trop ce mot car il est pour moi synonyme d'éphémère. Mais c'est ainsi. Les Japonais ont bien sûr leurs défauts comme tout le monde mais je reconnais qu'il sont les meilleurs en matière d'efficacité dans les métiers de service et le respect des clients. Les produits qu'ils conçoivent fonctionnent bien et on se sent chez eux en parfaite sécurité ( ce qui est loin d'être le cas dans nos pays occidentaux). Ils ont enfin une philosophie de vie différente. Peut être nos élites devraient-elles s'inspirer du Japon pour réinstaurer des valeurs qui ont disparu depuis longtemps chez nous et qui aideraient à mieux vivre. Car enfin, le plus important n'est-il pas de vivre bien, en harmonie avec son milieu et en bonne relation avec son prochain?


 

On vient d'annoncer une explosion dans une centrale nucléaire japonaise. Un périmètre de sécurité a été établi. Les autorités ont fait ce qu'elles devaient faire. Il nous faut maintenant attendre. Le mieux est pour demain. Les Japonais ont connu tant d'épreuves, ils se relèveront de celle-là. Car ils en ont la volonté. Et nous serons à leur côté. Car nous les aimons beaucoup.

Je retournerai donc au Japon pour mes prochaines vacances, en juin, à l'école Yono Gakuin, peut être assis dans la même classe aux côtés de Maurizo, Kimi, Akira,Butika...et mes amis chinois en train de répéter inlassablement les kanjis.


 

Ganbatte kudasai!(Courage!)











 



Retour aux reportages par pays