Revoir le globe
Top


Les Ainous, peuple de Hokkaido (Sapporo, Hokkaido, Japon)
Heure locale

 

Dimanche 23 janvier 2011


 

Ma journée commence tôt. Lever à 6h00, petit-déjeuner à 7h00 ( dès l'ouverture). Il me faut prendre l'autobus pour le Sapporo Pirka Tokan . C'est toute une expédition mais je tiens absolument, pour ma première visite sur l'île de Hokkaido, à vous emmener dans ce centre dédié à la promotion de la culture du peuple Ainu qui peuplait cette île à l'origine. Hokkaido est situé sur l'anneau de feu du Pacifique , à la limite de la mer d'Okhotsk. Au Nord, s'étend la Russie ainsi qu'à l'est et à l'ouest. L'île est séparée de Honshu par le profond détroit de Tsugaru et porte bien son nom d'île « de feu et de glace »: Mer glaciale d'un côté et volcans en activité de l'autre. Hokkaido fut abordée pour la première fois par l'homme il y a plus de 20000 ans et devint le territoire des Ainous ( Ainus). Dès 659, les Japonais faisaient déjà des incursions sur cette île rebaptisée Yeso mais c'était pour eux un territoire froid et inhospitalier. L'île n'hébergea pendant des siècles que des Ainous , ainsi que des guerriers réfugiers et des criminels en exil.

Habitation traditionnelle du peuple Ainou


 


 

C'est le gouvernement Meiji qui décida de coloniser Yeso à la fin des années 1860 et c'est ainsi qu'elle fut rebaptisée Hokkaido , «  la route de la Mer du Nord ».

Aujourd'hui, Hokkaido abrite 6 millions d'habitants ( dont seulement 60000 Ainous) et vit de la pêche, de l'agriculture, de l'exploitation des forêts et des mines. Le tourisme attire également chaque année plusieurs millions de visiteurs.

Qui sont les Ainous? Ils uccédèrent aux peuples Jomon ( dont nous avons déjà parlé à Aomori) et Satsumon. La culture Ainou serait l'aboutissement de la culture Satsumon ( similitudes dans la norriture à base de saumon, et dans les outils utilisés, et retrouvés à Kaminokuni , ville du sud de Hokkaido). On situe la culture Ainou à partir des 12è-13è siècles. On sait que ce peuple vivait de la pêche , de la chasse et de la cueillette, qu'il commerçait aussi avec d'autres peuples. Les Ainous étaient les producteurs directs et indirects des biens vendus à Honshu ( dont la saumon séché).

Ce peuple cohabita de plus en plus avec les Waiin ( nom donné , avant l'ère Meiji, aux gens qui émigrèrent depuis Honshu sur l'île de Hokkaido)ce qui posa parfois des problèmes ( discordes politiques et commerciales). Des échanges économiques s'intensifièrent petit à petit entre Hokkaido et Honshu.

En 1869, le gouvernement Meiji rebaptisa l'île de Yeso , en Hokkaido ( qui fit partie intégrante de l'archipel nippon). Le peuple Ainou fut incorporé dans le peuple japonais. Mais, étant toutefois toujours considéré comme des aborigènes, il souffrit de discriminations. On interdit la culture Ainou et on força ce peuple à la « japonisation ». Les territoires des Ainous devinrent japonais puis vendus au secteur privé. On interdit la chasse au daim et la pêche au saumon ( leur activité de subsistance). La priorité était clairement donné au peuple Wajin. Les Ainous moururent de faim et de maladies, parfois relocalisés sur les îles Sakaline ( Traité signé entre le Japon et la Russie pour l'échange de Sakaline avec les îles Kouriles , en 1875).

En 1886, fut votée la loi pour la protection des aborigènes de Hokkaido. On louait des terres aux Ainous ( seulement de petites surfaces) mais on leur enseignait la culture et la langue japonaises.

DE 1910 à 1920, le système de démocratie « Taisho »offre une bouffée d'oxygène aux Ainous, en les encourageant à s'investir dans différentes activités: A cette époque, des Ainous furent élus dans les assemblées municipales.

En 1934, ce fut le vote de la loi de protection des territoires aborigènes de Asahikawa. Des Ainous étaient représentés à Tokyo mais cela ne leur rendait pas leurs terres pour autant . Après la seconde guerre mondiale, ils créèrent l'association du peuple Ainou de Hokkaido. On leur substitua , malgré cela, les terres qu'on leur avait permis de détenir lors de la loi de 1886. Dans les années soixante, plusieurs projets environnementaux furent mis au point dans des zones à forte implantation ainou, afin de rétablir la donne. En 1974, un train de mesures de protection sociale ( Hokkaido Ainu Welfare Measures) fut voté , qui concernait aussi le logement, l'emploi des Ainous, et leur éducation. A la fin des années 1980, les Ainous développèrent des échanges avec d'autres pays, conscients de la tendance générale qui était la protection des peuples indigènes dans le monde. Les premiers Ainous siégèrent alors au parlement.

Vêtement Ainou en peau de saumon.


 

Originellement, le peuple Ainou vivait près des rivières ou en bord de mer, dans des zones où il se sentait en sécurité. Il construisait des villages ( photo ci-dessus) à proximité des sources d'eau et de zones de subsistance. Les Ainous vivaient en étroite relation avec la Nature, n'utilisant que des ressources naturelles ( dont le bois) pour la fabrication de leur habitat et des objets courants. Le système de vie était communautaire. La surface des maisons ( dont les toits étaient à quatre faces) était variable ( allant de 20 à 100 M²).

Les hommes se consacraient à la pêche, la chasse et autres tâches physiques les femmes et les enfants se chargeaient de la cueillette et d'autres travaux peu difficiles. On chassait le daim, l'ours brun, le lion de mer, les otaries, on pêchait surtout le saumon et la truite. Les habits et autres objets étaient faits à partir de la fibre d'une plante ( Ulmus Laciniata mayr) mais on faisait aussi des chaussures avec de la peau de saumon par exemple. On attrapait aussi parfois des oiseaux pour s'en faire des vêtements.

Les Wajin apportèrent avec eux les techniques de l'agriculture et les enseignèrent aux Ainous. Cette activité vint progressivement compléter les moyens de subsistance des Ainous. Les Ainous commerçaient de leur côté avec les Wajin et d'autres communautés vivant à proximité.

Pour la pêche et la chasse, on utilisait des pièges ( ci-dessous) , des filets et des harpons, mais aussi des arcs.

Piège à poissons


 


 

Les Ainous passaient beaucoup de temps à chercher leur nourriture: Plantes sauvages et produits de la mer figuraient sur les tables . Ils connaissaient la soupe au saumon et la soupe à la viande. Ils préparaient le millet et d'autres graines en les faisant bouillir. ON déshydratait aussi des légumes. La viande était consommée en toute saison, crue ou grillée. Des repas rituels avaient lieu lors des mariages ou des funérailles.

Les Ainous avaient des vêtements pour la vie quotidienne ( fabriqués à base de fibres et de peaux de poisson ou de mammifères) mais aussi des tenues de cérémonie ( avec dessins et parements et faits de soie et de coton). Parmi ces vêtements, on trouvait des pièces unisexes et on se les passait de génération en génération. Chaque région faisait apparaître des dessins différents sur les vêtements.

Vitrine de la salle d'exposition contenant des vêtements ainous


 

Pour se divertir, le peuple Ainou dansait et chantait durant les cérémonies mais aussi au travail. Les femmes surtout dansaient ( les hommes , très rarement) en cercle et utilisaient des instruments de musique ( dont le mukkuri, une sorte de petite harpe).


 

Le centre Sapporo Pirka Kotan ( Kotan voulant dire la maison en langue Ainou) vous permet de découvrir le style de vie de ce peuple, son histoire.

A l'extérieur, plusieurs maisons ainous ont été reconstituées. L'été, vous pourrez aussi observer dans les jardins une grande pirogue ainou ( de 15 mètres de long). Dans le hall d'entrée, un monument sculpté en bois symbolise le peuple ainou. Des informations pourront vous être données en langue anglaise. Des écrans interactifs sont aussi disponibles mais uniquement en ainou et en japonais. Par contre , les étiquettes donnant les informations sur les objets en vitrine, elles, figurent également en anglais.

Kenji , un jeune Ainou, fut mon guide ce matin dans la salle d'exposition. Il est très disponible, n'hésitez pas à lui faire appel. Toute l'équipe ( y compris le responsable du centre) m'ont reçu avec une extrême gentillesse.

Une galerie avec vitrines rassemble des tas d'objets appartenant à la culture ainou. Une salle de lecture est aussi disponible.


 

A l'issue de cette visite au centre, j'ai une autre vision sur l'île de Hokkaido. Il me faudra revenir une prochaine car il y a beaucoup d'autres choses encore et beaucoup d'autres endroits ainous à découvrir sur l'île. Ceci n'est qu'une première approche.


 


 


 

INFOS PRATIQUES:


  • Sapporo Ainu culture promotion Center, Koganeyu 27, Minami-ku, Sapporo. Tel: (011) 596 5961. A 40 minutes du centre ville de Sapporo en voiture, A une heure par bus Jotetsu ( emprunter le Bus N°7 au Bus Terminal ( Gare de Sapporo) , quai N°12), arrêtez-vous à l'arrêt « Gonayesu », puis revenez sur vos pas sur 100 mètres, traversez la route à 4 voies, et empruntez un petit chemin à hauteur d'un panneau routier bleu «  Road Information Center 2 km ». Au bout de ce petit chemin, prenez les escaliers ( voir photo) et tournez sur votre gauche, suivez la route jusqu'à son terme et vous trouverez le centre sur la gauche ( 5 minutes de marche). Pour rentrer à Sapporo, faire le chemin inverse, mais rester sur la côté inverse de la 4 voie ( vous trouverez un abribus à 100 mètres sur votre droite le long de la route).

  • Bus Jotetsu ( compagnie privée): Même si vous possédez le JR Pass, celui-ci ne fonctionnera pas sur les autobus Jotetsu. Il vous en coûtera 640 yens pour vous rendre jusqu'à Gonayesu ( vous pouvez acheter vos tickets à un comptoir localisé juste à côté du quai N°12, paiement par cash)

    Heures d'ouverture: 8h45 à 22h00 ( fermé le lundi). Entrée libre. Salle d'exposition: 200 Yens ( adulte) et gratuit pour les enfants ( une machine à tickets est située à l'entrée de l'exposition au niveau inférieur).

  • http://www.frpac.or.jp/eng/

  • http://www.ainu-assn.or.jp/english/eabout01.html

  • http://www.hmh.pref.hokkaido.jp/english/annai/e_sougou.htm

  • http://www.welcome.city.sapporo.jp/english/index.html












 



Retour aux reportages par pays