Revoir le globe
Top


Nagasaki et la Chine (Nagasaki, Préfecture de Nagasaki, Kyushu, Japon)
Heure locale

 

Mardi 1er février 2011


 

Nagasaki, mon hôtel était situé à côté du quartier chinois. Il semblerait que les chinois soient beaucoup présents ici comme au Japon. Cela va nous donner l'occasion d'étudier les relations historiques entre le Japon et son voisin encombrant.

Les premières mentions écrites du Japon apparaissent dans des textes de l'histoire chinoise du 1er siècle. Ses premiers échanges commerciaux avec la Chine eurent lieu par le biais d'une lettre du Prince régent Shotoku , politicien et régent de la Cour impériale (574-622), qui envoya en 607 une délégation auprès de la Dynastie Sui en Chine. Le système d'écriture chinois ainsi que le bouddhisme furent introduits durant les V et VIè siècles par des moines bouddhistes chinois et coréens.

A partir du XVIè siècle, des commerçants venus du Portugal, des Pays Bas et d'Angleterre débarquèrent au Japon. La période d'isolement imposée au pays sous le clan Tokugawa les rejeta à l'exception des hollandais et des chinois qui purent maintenir des liens commerciaux limités. C'est alors l'époque du commerce Nanban ( Barbares du Sud) Puis, forcé par les Etats-Unis (politique de la canonnière) , le Japon s'ouvrit au monde extérieur sous Meiji. En 1895, il entra en guerre contre la Chine. Sous l'ère Showa, c'est l'invasion de la Mandchourie en 1931puis des provinces du nord de la Chine. Plus de 200 000 civils chinois seront exterminés lors du massacre de Nankin ( en 1937) par l'armée impériale japonaise.

De tous temps, le Japon a connu des relations complexes avec la Chine. Les japonais intégreront progressivement des apports de la civilisation chinoise ( écriture, système administratif, religion...)

Dans les années 1960, le Japon développera ses échanges commerciaux avec la Chine, mais connaitra un déclin supplémentaire due à la Révolution culturelle. Depuis 2002, la Chine est devenu le premier fournisseur du Japon, et son premier client depuis 2009. La communauté chinoise occupe donc une place importance au pays du soleil levant.

Le festival des lanternes qui se déroulera début février à Nagasaki, à l'occasion du Nouvel An chinois.


 


 


 

J'ai décidé de visiter le Nagasaki Museum of History and Culture. Là se tient une exposition permanente traitant des échanges effectués entre la ville de Nagasaki et le reste du monde. On y parle des échanges avec la Hollande, la Corée et bien sûr la Chine. On y apprend que le commerce entre le Japon et la Chine est une histoire de longue date et que ce sont les moines qui introduisirent les cultures chinoises comme les arts, la musique, la gastronomie, l'architecture...

Une partie de l'exposition est consacrée à l'âge des découvertes ( on y aborde le XVIè siècle et l'arrivée des Occidentaux au Japon). Puis on nous parle du commerce à Nagasaki ( ce que les étrangers ont fait entrer et connaître au Japon en passant par cette ville) et de son importance. La modernisation du Japon et Nagasaki sont un autre thème de cette exposition, ainsi que les arts à Nagasaki ( la broderie est représentée mais aussi les arts de la table).

Broderie de Nagasaki


 

Le musée d'histoire et de la culture de Nagasaki fait partie des quelques musées japonais qui traitent le thème des échanges internationaux. Il possède environ 48 000 objets de valeur parmi lesquels des manuscrits, des tableaux,... Bien que je me sois un peu perdu dans le cheminement de la visite ( en effet, il faut savoir que l'audioguide qui vous offre la possibilité de suivre la visite en anglais contient une quantité d'information supérieure au nombre de choses réellement visibles actuellement dans l'exposition ( celle-ci évoluant dans le temps avec le rajout et le retrait d'objets). Un représentant du musée m'a confié que le musée allait connaître une refonte complète dans un proche futur.

Sofukuji sous la neige...


 

Si vous êtes amateurs de temples, vous ne serez pas déçu car Nagasaki en possède quelques-uns qui sont d'importance.

Le temple Kofuku-ji , situé au coeur de Teramachi , fut le premier temple zen Obaku. Fondé par un moine chinois en 1623, ce joli édifice baptisé aussi « temple de NAnkin » est souvent visité par les habitants de Nagasaki. Les vastes bâtiments dont la salle de Bouddha sont de style chinois.

Le temple Sofukuji dont on reconnaît l'origine chinoise à sa porte d'entrée qui reproduit selon ce que dit la légende, celle du paradis sous-marin chinois. A l'intérieur, une porte encore plus célèbre et datant de la fin de la Dynastie Ming est classée trésor national. La salle du trésor est aussi remarquable. Ce temple est l'un des trois lieux de culte chinois les plus vastes de Nagasaki. Celui-ci fut fondé par un moine de la province de Fukien , en 1629, avec l'aide des résidents chinois de Nagasaki. La marmite géante qui trône bizarrement dans l'enceinte fut utilisée pour cuire le gruau destiné à nourrir quotidiennement 3000 personnes au cours de l'une des grandes famines en 1682. C'est une très jolie promenade ( même sous la neige).

La salle de Bouddha du temple Sofuku-ji


 

Le sanctuaire Suwa , situé sur une colline boisée, au sommet de 227 marches de pierre, offre un beau panorama sur le port. Les bâtiments d'origine furent détruits par un incendie en 1857 puis furent restaurés. Ce lieu sacré populaire fut érigé pour promouvoir le shintoisme et éradiquer le christianisme une fois pour toutes. Le sanctuaire abrite le panthéon des dieux shintoistes de la ville. C'est là que se déroule, en automne, le festival Kunchi Matsuri , dans une ambiance très colorée.


 

Le sanctuaie Suwa


 

Nagasaki propose également à ses visiteurs un temple confucéen, immédiatement reconnaissable à son toit de tuiles jaune vif et à ses murs vermillon. Il fut construit par la communauté chinoise en 1893 , puis fut agrandi et restauré à la suite de sa destruction partielle par la bombe atomique. Il abrite maintenant le National Museum of Chinese History qui accueille des oeuvres prêtées par le Chinese National Museum et le prestigieux Palace Museum de Pékin.


 

Préparatifs en vue du nouvel an chinois à Nagasaki


 

INFOS PRATIQUES:


  • Nagasaki Museum of History & culture, 1-1-1 Tateyama Nagasaki. Tel (095) 818 8407. http://www.nmhc.jp

    Arrêt de Tram: Sakura machi

    Ouvert tous les jours de 8h30 à 19h00 ( fermé le troisième mardi du mois)

    Entrée: 500 yens ( adulte) ou 1000 yens ( incluant aussi les expositions temporaires) , 250 yens (enfant) ou 500 yens ( incluant aussi les expositions temporaires). Paiement possible par CB. Prêt gratuit d'audioguides au 2è étage ( Japonais, Chinois, coréen et anglais). Brochure succincte remise à l'accueil, en langue anglaise. Prévoyez de vous déchausser pour accéder à certaines parties du musée.

    Boutique du musée, ouverte de 8h30 à 19h00 . Paiement par CB ou cash.

  • Temple Kofukuji, arrêt de Tram: Kokaido-mae. Ouvert de 8h30 à 17h00 . Entrée: 300 yens

  • Temple Sofuku-ji, Sofuku-ji dori, Nagasaki. Arrêt de Tram: Shokakuji-shita.

  • Sanctuaire Suwa, Kaminishiyama-dori, Nagasaki. Arrêt de Tram: Suwajinja-mae. Entrée libre

  • National Museum of Chinese History, http://www4.cncm.ne.jp/~rekidai-museum/

  • Nouvel an chinois et fête des lanternes ( affiche ci-dessous) du 3 au 17 février de l'année 23 ( c'est à dire la 23è année de règne de l'Empereur du Japon actuel).

     

  • http://www.nagasaki-chinatown.com/



 

     












 



Retour aux reportages par pays