Revoir le globe
Top


Nagasaki et les Hollandais (Nagasaki, Préfecture de Nagasaki, Kyushu, Japon)
Heure locale

 


 


 

Lundi 31 janvier 2011


 

Poursuivant ma série de découvertes sur Nagasaki, voici un état des lieux des relations entre Nagasaki et les Hollandais. L'histoire de la ville a, nous le savons maintenant , pratiquement été construite que par des étrangers. Les Portugais, arrivés là par accident ( en s'échouant sur la côte en 1543 ) en firent une ville prospère au XVIè siècle. Plus tard, ceux qu'on appela ici les Oranda-jin (les Hollandais) montraient qu'ils étaient, eux aussi , très intéressé pour développer un commerce avec le Japon. Ils ramenaient même parfois des Japonaises avec eux , en Hollande. Malgré la politique officielle des Shogun qui s'opposait à la présence d'étrangers sur le territoire nippon, lls réussirent à s'imposer grâce à leur engagement aux côtés du clan de Tokugawa lors de la rébellion de Shimabara ( révolte paysanne qui fut mâtée avec l'aide des canons hollandais qui massacrèrent les insurgés en 1638). Nicolaes ouckebacker , alors responsable du comptoir hollandais de Hirado ( ville de la préfecture de Nagasaki) accepta de faire tirer les canons du vaisseau De Rijp sur la forteresse assiégée par les Chrétiens. Un service en valant un autre, le shogunat accordera plus tard une île artificielle dans la baie de Nagasaki, Dejima.


 

Ci-dessus, la représentation de Dejima qui fut l'île artificielle , point de passage obligé pour les étrangers.


 

Dejima est une petite île artificielle qui fut construite pour accueillir les Européens tout en évitant l'expansion du Christianisme dans la région. Pendant plus de 200 ans, cette île fut le seul point de contact entre le Japon et l'Europe. Un musée raconte l'histoire de cette île. Jusqu'en 1855, les contacts avec le Japon seront strictement limités à Nagasaki. En 1720, on leva la censure qui frappait jusqu'alors le livre hollandais. Des centaines d'étudiants en profitèrent alors pour affluer vers la ville dans le but d'étudier les sciences et les arts européens.

La politique volontaire d'isolement que les Tokugawa avait mis en œuvre jusqu'ici vivait ses derniers jours. En effet, alors que le commodore de l'US Navy, Matthew Perry, abordait la baie de Tokyo avec pour mission de remettre une lettre du Président américain Milard Fillmore aux représentants du shogunat, ces derniers exigèrent que le commodore se rendit à Nagasaki. Ce qui ne fut pas du goût de celui-ci qui menaça aussitôt les shoguns d'employer la force avec ses canonnières s'il n'obtenait pas satisfaction. La lettre du Président américain était destinée à encourager les dirigeants japonais à ouvrir leurs routes commerciales. Le commodore remit la lettre aux représentants japonais et promit de revenir un an plus tard pour connaître la réponse. Il revint en réalité un peu plus tôt, et armé jusqu'aux dents, ce qui surprit les shoguns. Ces derniers, mis devant le fait accompli, signeront alors le 31 mars 1854 la convention de Kanagawa qui sera le point de départ de l'ouverture du Japon au commerce avec l'Occident.


 

Scènes de commerce avec les Hollandais sur l'île de Dejima


 

Durant la période Takugawa ( période d'isolement total du pays avec l'extérieur) , Dejima sera la seule porte ouverte vers le monde. L'île devint progressivement partie intégrante de la ville de Nagasaki qui s'agrandit. Aujourd'hui, Dejima apparaît comme un quartier parmi tant d'autres , avec ses maisons typiquement hollandaises préservées. Nagasaki deviendra un port libre en 1859. Et les échanges augmenteront beaucoup à partir de cette période.

Le visiteur peut aujourd'hui imaginer quelle était la vie de ces dix premiers hollandais qui vécurent au tout début de l'aventure de Dejima: Il fallut tout construire sur une surface de 15000 M². Cette île artificielle fut d'abord bâtie, en 1636, avec la participation des élites influentes d'alors de Nagasaki et sous l'étroite surveillance du shogunat . En 1639, les Portugais avaient été chassés du Japon et Dejima restera inhabitée pendant une courte période. Ce fut une aubaine pour les Hollandais qui transférèrent leur bureau commercial d'Hirado à Nagasaki en 1641. Ce fut ainsi en peu de temps la culture et la science européennes qui débarquait au Japon.

Maison hollandaise typique de l'île de Dejima


 

Dejima fut un important centre de commerce mais aussi un lieu de vie pour tous les employés hollandais sur place. Le musée montre différentes maisons et explique l'utilisation de chacune d'entre elles. On montre même la technique de fabrication des murs , à l'aide d'une armature de bambous et de cordes, recouverte ensuite de terre.

Les résidents hollandais et les citoyens japonais qui les côtoyaient n'étaient pas libres de leurs mouvements. Dejima était à la fois une porte ouverte sur le monde et un monde clos.

Durant la période d'isolation du Japon, Dejima se révéla être un lieu d'échanges extraordinaire. Les Japonais découvraient les techniques occidentales et les Hollandais apprenaient beaucoup du pays nippon et disséminaient ensuite dans le monde entier leurs connaissances nouvelles.


 

Chronologie de Dejima

1570 Ouverture du port de Nagasaki

1571 Le premier bateau portugais pénètre dans le port de Nagasaki

1588 Nagasaki, Mogi et Urakami tombent sous le joug direct de Toyotomi Hideyoshi

1603 Tokugawa instaure le shogunat d'Edo

1609 Les Hollandais ouvre un comptoir à Hirado

1634 Début de la construction de Dejima

1636 Achèvement de Dejima

1637 Rébellion de Shimabara

1639 Les Portugais sont interdits de séjour au Japon

1641 Le comptoir hollandais déménage de Hirado à Nagasaki

1798 DE nombreux bâtiments de Dejima sont ravagés par le grand incendie de Kansei

1823 Siebold débute ses études à Dejima

1854 Le Japon et les Etats Unis signent la convention de Kanagawa

1855 Signature d'un traité de paix et d'amitié entre le Japon et la Hollande

1858 Signature d'un traité d'amitié et de libre échange entre le Japon et les Etats Unis

1859 Ouverture des ports de Nagasaki, Hakodate et Kanagawa. Dissolution de la Dutch East India Company Dejima Factory pour la remplacer par le consulat hollandais.

1867 La partie sud de Dejima est réclamée afin d'en faire une promenade

1888 La partie nord de Dejima est modifiée afin de laisser passer la rivière Nakashima

1904 La partie sud de Dejima va devenir partie intégrante de la zone portuaire de la ville de Nagasaki

1922 Le site de Dejima Dutch Factory est inscrit en tant que site historique national


 


 


 

La côte hollandaise, rue pavée construite par les Hollandais, dans un quartier qui fut autrefois le centre de la communauté des expatriés.


 

Autres maisons hollandaises , dans le même quartier. A une certaine époque, tous les Occidentaux en visite au Japon étaient baptisés Hollandais. C'est vrai que ces derniers eurent le privilège d'être les seuls à pouvoir commercer avec le Japon de 1638 à 1854.


 

INFOS PRATIQUES:


  • Dejima,6-1 Dejima-machi, Nagasaki .Arrêt de Tram: Dejima ( juste en face de la station) Http://www1.city.nagasaki.nagasaki.jp/dejima/

    ouvert tous les jours de 8h00 à 18h00. Entrée: 500 yens ( adulte) , 200 yens ( étudiants).

    Infos inscrites en japonais et en anglais. Brochure en anglais remise à l'entrée. Certains bâtiments sont actuellement en réfection, dans le cadre du projet actuel de reconstruction.

    Consignes à bagages disponibles gratuitement après les caisses ( prévoir pièce de 500 yens).

    Prévoyez de vous déchausser dans certaines maisons afin de pouvoir accéder aux curiosités.

    Dejima Theater:Film en boucle et en plusieurs langues: Japonais, hollandais, chinois, anglais ( utilisation gratuite des écouteurs disponibles sur les sièges dans la salle).

    Boutique de souvenirs: ouverte tous les jours de 8h00 à 18h00 ( CB acceptées ou paiement cash).

    Bureau d'information touristique: ouvert tous les jours de 8h00 à 18h00.

  • Western Style House Higashiyamate 12, Nagasaki ( en haut de la côte des Hollandais). Arrêt Tram: Shimin Byoin Mae. Ouverte du mardi au dimanche, de 9h00 à 17h00. Entrée libre. Peu d'informations en anglais. Histoire des écoles privées initiées par les étrangers.

  • Huis Ten Bosch, près de Sasebo. http://english.huistenbosch.co.jp/index.html

    Construit en 1992, ce parc est la reconstitution d'un village hollandais traditionnel composé de maisons, de magasins, d'églises, de moulins, d'une ferme ainsi que de canaux. Un des plus grands parcs à thème du Japon.

     


 


 


 


 


 












 



Retour aux reportages par pays