Revoir le globe
Top


Le Village Folklorique Coréen de Yongin (Corée du Sud)
Heure locale

Samedi 26 mars 2011

 

Arrivé il y a quelques heures à l'aéroport international de Incheon (Séoul), je prends rapidement connaissance du lieu de notre hébergement et me rends compte que nous sommes isolés de tout. Un superbe hôtel d'affaires nous héberge, certes, mais il est situé dans des quartiers gigantesques de la banlieue de Séoul, quartiers actuellement en construction et relativement encore déserts. Heureusement, une station de métro est située à une dizaine de minutes de marche, ce qui va me permettre de sortir de cette prison dorée.

Le métro à Incheon est d'une propreté exemplaire. On mangerait par terre, tant les couloirs , les stations et les voitures sont bien entretenues. Les Coréens sont aussi des gens propres et bien élevés qui ne jettent pas n'importe quoi n'importe comment.

 

J'ai choisi, pour ma première escale en Corée du sud , de visiter le Korean Folk Village. Ce parc d'attractions est localisé dans la ville de Yongin, tout près d'une autre ville, Suwon. Je mettrai davantage de temps à m'y rendre qu'à visiter le parc. Ce village traditionnel donne un aperçu remarquable de la vie rurale en Corée, avec ses maisons traditionnelles, ses jardins, ses administrations, commerces et cultures différentes.

Ce village coréen offre tous les aspects de la vie traditionnelle coréenne et permet aux petits comme aux grands de développer leurs connaissances de la culture sud-coréenne. L'histoire du peuple sud-coréen remonte à il y a plus de 5000 ans. Influencée par les cultures chinoise et japonaise, la culture sud-coréenne partage son existence avec sa voisine, la Corée du Nord. Cette culture traditionnelle a été influencée par le bouddhisme et le confucianisme. La division contemporaine remonte aux suites de l'occupation japonaise commencée à partir de 1910. Après la seconde guerre mondiale, en 1945, la Corée fut divisée en deux parties. Et connut la guerre en 1950 heureusement stoppée par un accord de cessez- le-feu en 1953.

Les petits coréens font preuve d'une grande curiosité vis à vis de l'Occidental que je suis. Ils me saluent fréquemment d'un « Hi » ou « Hello » cordial. Ils doivent s'imaginer que je suis américain! Les gens sont extrêmement gentils et vous aident à vous orienter lorsque vous êtes dans l'embarras ( ici, les caractères d'écriture sont très spécifiques et l'anglais n'est pas affiché partout).

Je me promène librement à l'intérieur du parc , m'arrêtant ici et là, aux stands de dégustation de pâte de haricots ( base de la nourriture coréenne) ou de cuisine coréenne. On trouve un grand nombre de bouteilles d'alcool différentes dans les magasins de souvenirs: Alcools de soju, vins de framboise...), autant d'idées de cadeaux à emporter dans vos bagages. Les articles d'artisanat sont nombreux et variés et réalisés avec soin.

Les maisons traditionnelles comptent de nombreux modèles: Il y a la maison coréenne qui abrite des commerces, des restaurants, avec son toit d'ardoises grossières en bois, mais si typiques. On trouve aussi des maisons en toits de chaume qui abritent souvent des fermiers et des paysans. Ces maisons familiales sont souvent construites en plusieurs bâtiments distincts. On trouve une maison principale avec autour d'autres pièces un peu isolées, avec des plafonds peu élevés dans le but de conserver la chaleur, et aux usages divers. Plusieurs maisons ont été reconstituées dans le parc: Les maisons du sud du pays offrent souvent des parquets en bois surélevés , offrant un sol plus frais pour les mois d'été. On observe aussi des maison typiques du centre du pays.


 

A l'entrée des villages, on trouve des totems, ces grandes statues de bois destinées à protéger les villages des maladies ou des désastres naturels. Ces statues sont généralement placées à l'entrée des villages.


 

Un autre monument s'offre à mes yeux: Le Hyojamun est un bâtiment dont la fonction est de commémorer la piété filiale. On en trouve un au sein du parc qui commémore la piété filiale d'une femme, et récompense sa fidélité envers son mari d'une part, puis le respect envers ses beaux-parents d'autre part.


 

A l'entrée du village, juste à côté des statues totems destinées à protéger le village se trouve une construction de pierre qui représente un lieu où les Coréens qui viennent déposer les vœux qu'ils rédigent sur des petits morceaux de papier.


 

A deux pas du monument de piété filiale, on découvre un moulin à grain, qui servait autrefois à moudre les céréales. Il était activé par du bétail qui tirait le levier faisant ainsi tourner la grosse roue de pierre qui broyait alors le grain. Dans une autre partie du parc ( à proximité du musée coréen) se trouve un moulin à aubes, mu par la force de l'eau.


 

Me voici bientôt dan le musée de la poterie. On pratiquait beaucoup cet art en Corée et on réalisait tous types de poteries. Certaines servaient à entreposer des vivres, d'autres à préparer la nourriture qui était destinée à âtre consommée ensuite. Ces poteries là étaient alors recouvertes d'un vernis qui permettait une plus longue conservation des mets.


 

Et voici les maisons de fermiers. Les pièces ouvertes sur l'extérieur permettent aux visiteurs d'imaginer ce qu'était la vie de ces paysans coréens. Et ce qu'ils faisaient dans les différentes pièces des maisons. Des vitrines avec reconstitution de scènes de vie aident à mieux comprendre le style de vie de ces populations. Je croise d'ailleurs quelques groupes d'élèves en voyage pédagogique qui, tout comme moi, prennent des notes sous le regard attentif de leur professeur. Des panneaux d'information sont répartis sur tout le parc et vous permettent souvent de trouver l'explication de telle ou telle attraction (même si les informations en anglais sont des plus succinctes). Ici et là, on aperçoit des parcelles de terres, parfois cultivées devant nous par des paysans ( ou du moins des employés qui jouent le rôle de paysans!). Je découvre ainsi, juste à côté de la pharmacie, un lopin de terre où l'on cultive le ginseng, plante traditionnelle en Corée.


 

Les animaux de la ferme sont aussi présents: Une vache est là ( ce qui m 'émeut!), des poules chantent à tue-tête dans un autre enclos et des chevaux sont attelés dans une autre partie du parc. Je trouverai même des coqs se promenant en liberté sur le parking du village. Incroyable!

A côté des maisons paysannes, on remarque parfois des petites huttes de chaume, situées à proximité de fours qui devaient servir à la préparation des mets. Ces fours sont surmontés de hautes cheminées.


 

Je m'arrête un peu plus loin devant une maison de propriétaire. Celle-ci possède une entrée monumentale qui ouvre sur la cour et le bâtiment principal. Cet endroit est le lieu où le propriétaire exerçait ses activités sociales, mais aussi professionnelles, sans oublier la scolarité de ses enfants. Le plancher de cette maison est surélevé. Une aile intérieure, séparée de la maison principale, rassemble un autre bâtiment destiné à accueillir la femme et les enfants. Ces derniers y jouaient et y étudiaient. Les hôtes du propriétaire des lieux étaient aussi reçues dans ce bâtiment.


 

Voici maintenant la Maison du gouverneur provincial. Bâtiment imposant avec son entrée principale, cette maison servait à remplir les missions dévolues au gouverneur de la province: Affaires courantes, tâches administratives, formalités, gestion des affaires militaires et de justice, mais aussi gestion des constructions et de l'impôt. Ces missions administratives étaient appelées « Kwan-a ». Les quartiers de vie du gouverneur étaient situés à proximité de ce bâtiment administratif, un peu en retrait. Et au fond de la cour, se trouvait une prison.


 

J'interromps momentanément ma visite car il est l'heure d'assister aux spectacles: Des fermiers coréens viennent bientôt danser et jouer de la musique devant nous ( rendez-vous sur la section médiathèque et vous trouverez plusieurs vidéos de ces danses) pendant une demi-heure. Le succès est garanti, et le public , enthousiaste, applaudit des deux mains. Les costumes des participants sont, il est vrai, très colorés et leur performance est à la hauteur de ce qu'on attend en pareille circonstance.


 

A 15h30, un acrobate exerce son art, en équilibre précaire sur une corde tendue. Là encore, le public encourage l'artiste avec entrain. La prestation est accompagnée par un joueur de tambour (vidéo disponible dans la section médiathèque).


 

A 16h00, j'assiste à la célébration d'un mariage coréen traditionnel. Même si je ne comprends pas ce qui se dit en coréen, et malgré le manque d'information culturelle ( aucune brochure ni aucun panneau d'information ne vous sont offerts pour percer les mystères de cette cérémonie) je me prends au jeu et apprécie le spectacle. Les jeunes mariés défileront dans le parc, le mari monté sur un cheval, et ouvrant le cortège, la jeune mariée transportée dans une voiture à porteurs. Une séance photos est prévue pour permettre aux nombreux visiteurs d'emporter avec eux un souvenir de cet instant (vidéos disponibles en section médiathèque).


 

Je poursuis ensuite ma visite dans l'autre partie du parc. Je franchis alors une rivière, par un pont de pierre typique. Et atteins quelques instants plus tard le musée coréen, qui retrace l'histoire de la culture coréenne. Inauguré en 1996, ce lieu comprend de nombreuses vitrines retraçant l'histoire culturelle du peuple coréen. On y découvre entre autres les moments importants de la vie d'un citoyen coréen, puis les différentes fêtes qui rythment son existence ( Fête du jour de l'an lunaire, le premier jour du printemps...) avec les commémorations associées. Ainsi, une vitrine retrace une célébration d'incantation de la pluie pour obtenir des récoltes fertiles. On découvre les mets offerts lors du Nouvel An coréen, mais aussi lors du diner offert aux coréens qui atteignent leur soixantième anniversaire. D'autres vitrines reconstituent des scènes de la vie courantes, comme par exemple la confection de la sauce de soja et de la pâte de haricot. La visite de musée est libre et s'effectue de 9h00 à 17h00 l'hiver ( jusqu'à 18h30 l'été).


 

Je m'accorde bientôt une pause dinatoire car je n'ai rien avalé depuis mon arrivée à l'hôtel. Je choisis un plat coréen fait de riz et de viande de bœuf, mais décidément, la cuisine coréenne n'est pas ma tasse de thé! Je resterai sur ma faim, calé par le riz, et m'offrirai un repas plus « occidental » de retour dans ma chambre d'hôtel. Des enfants me saluent à nouveau. Ces gens sont vraiment sympathiques. Et ma journée au Village coréen tire déjà à sa fin. J'aurai passé plus de trois heures à déambuler dans ce lieu et il m'aurait fallu encore plus de temps pour profiter davantage de ce parc. Prévoyez d'y passer la journée car il y a beaucoup de choses à voir!

 


 

INFOS PRATIQUES:

 


  • Korean Folk Village, 107, Bora-dong, Giheung-gu, Yong-in City, Gyeonggi-do 446-730 Korea. Tel: (031) 288 0000.

    http://www.koreanfolk.co.kr/folk/english/index.htm

     

    Pour s'y rendre depuis la station de métro: University of Incheon, emprunter le métro ligne I jusqu'à Bupyeong, puis changer et emprunter la ligne 1 jusqu'à Guro, puis emprunter la ligne 1 pour se rendre à la station Suwon. Prix du billet ( single journey ticket) :2300 won. Vous vous trouvez alors à Suwan Yeok ( Gare de Suwon) et il faut vous rendre à l'office de tourisme tout proche ( près de la sortie du métro) qui vous mettra en contact avec une hôtesse. Celle-ci vous remet un ticket vous permettant d'emprunter gratuitement une navette qui vous mène directement au Village coréen ( durée du trajet: 30 minutes). Vous achetez ensuite votre ticket d'entrée à la billetterie du parc ( 15000 won pour un accès/adulte et 20000 won ( même accès + manèges pour les enfants). Ticket payable en CB. Demander la brochure (en anglais) du parc pour mieux vous orienter durant la visite. Repérez rapidement les heures des spectacles offerts tout au long de la journée (et inclus dans le ticket d'entrée).

     

    Pour votre retour, si vous avez loupé ( comme moi!) la dernière navette gratuite pour vous reconduite à Suwon Gare, empruntez le bus N°37 ( prix 1000 won) sur le parking du village coréen, à 200 mètres de la sortie du parc ( durée trajet: 1 heure). Prévoir ensuite environ 2 heures pour le trajet retour jusqu'à l'arrêt Université de Incheon, car le métro est relativement simple mais est peu pratique et oblige à faire des détours.

  • Métro de Seoul:

    http://www.seoulmetro.co.kr

  •  

    Comptez 2 heures minimum pour la visite du village coréen.

  • Plusieurs restaurants sont disponibles dans le parc. Je me suis rendu au YangBanJang. L'accueil est sympathique mais le plat est servi à moitié froid. On m'a rapporté une autre assiette lorsque je leur en ai fait la remarque. Prix raisonnable.

  • Ville de Suwon: http://eng.suwon.ne.kr/

 








Retour aux reportages par pays