Revoir le globe
Top


Musée de Shanghai, les sculptures (Chine)
Heure locale

 

Mardi 12 avril 2011


 

On m'a beaucoup recommandé le Musée de Shanghai , comme étant l'un des plus beaux musées de Chine, avec ses 120000 pièces. Ce lieu retrace plus de 5000 ans d'histoire , du néolithique à la dynastie Qing , au travers de quelques-uns des plus beaux vestiges chinois. Il y a de nombreuses salles et je décide d'emblée de ne me consacrer qu'aux sculptures. Je loue un audioguide pour la modique somme de 40 yuans (4,25€) et me mets en route. Des panneaux d'informations sont situés dans les salles et expliquent thème par thème, l'historique des œuvres, en chinois et en anglais. L'audioguide me permet de disposer d'informations détaillées en français sur certaines œuvres.

Les sculptures existent en Chine depuis l'Antiquité. Pendant la Préhistoire, on sculpta des êtres humains et des animaux en jade et dans d'autres pierres semi-précieuses. Lors des périodes Shang et Zhou ( XVI ème- III ème siècles avant J.C) apparaissent des statues de pierre et aussi des figurines d'argile qui accompagnent les défunts. Elles deviendront un art à part entière lors des dynasties Qin et Han.

Lors de la période des Han, l'art bouddhique apparut , venant tout droit de l'Inde. On assista alors à la production d'un grand nombre de sculptures bouddhistes ( Montagne Maiji, Yungang,Longmen,temples de Dunhuang). La dynastie Wei du nord apporte un style linéaire gracieux en mélangeant le style chinois avec l'influence de l'Inde centrale dans les sculptures réalisées. La deuxième partie du VI ème siècle voit l'apparition des dynasties Qi ( du nord et du sud). L'influence indienne tend alors à diminuer pour laisser la place à un style local plus prononcé. Vient ensuite la dynastie Tang qui laisse la place à une période de sculpture classique ( on retrouve alors beaucoup de réalisme dans le bouddhisme) avec création de sculptures en pierre et de figurines d'argile ou en bois qui entrent dans la composition des sépultures. Les pièces maîtresses de l'époque des Tang n'ont jamais été égalées. La dynastie Song opère ensuite un changement radical: la sculpture exprime une nouvelle vie, le renouveau et l'élégance. Les sculptures sont faites d'argile et de bois peints. Viennent enfin les dynasties Ming et Qing qui expriment le formalisme dans l'art bouddhiste.

On sait que des statuettes d'argile accompagnaient en grand nombre les défunts illustres dans leurs dernières demeures sous la période Tang. On organisait alors des funérailles somptueuses. A forme ronde et bien en chair de la statuette ci-dessous (poterie peinte de femme) montre la notoriété dont jouissait la femme sous la dynastie Tang. Cette époque fut la plus brillante période de la civilisation chinoise. Les sculptures offrent un grand réalisme , un équilibre dans la représentation des visages et des autres parties du corps et les images de Bouddha donnent des expressions aux visages.

Les sculptures réalisées sous les dynasties Wei , Jin et Sui ( nord et sud) nous font découvrir l'influence du bouddhisme venu de l'Inde et de l'Asie centrale. Le bouddhisme apparaît parfois comme la religion des images. Chez les Wei du nord, les sculptures offrent une forte influence du gandhara (Pakistan et Afghanistan). Selon les dynasties, la forme des représentations humaines changent.


 

Sous les dynasties Shang et Zhou, on produit des sculptures en grand nombre mais la sculpture des visages connaitra son apogée lors des périodes Qin et Han ( comme par exemple les guerriers Terra Cotta du Mausolée du premier empereur des Qin, ou encore les statues de pierre des tombes royales de la période Han). Nous n'oublierons pas les poteries retraçant les scènes de la vie quotidienne. Ainsi, les poteries de la période Han de l'ouest offrent une beauté simple alors que celles de la région est reflètent un style plus réaliste ( avec de nombreuses expressions faciales et gestuelles).

La statue de Bouddha, Sakyamuni (ci-dessous) date de la dynastie Qi du nord (550-577). Le sujet est assis en position de lotus et adopte une expression paisible avec un léger sourire sur son visage. Derrière lui, différentes décorations bouddhistes ont été gravées, comme des flammes et des fleurs, ce qui accroit l'impression de mystère religieux. La sculpture semble avoir été exécutée avec une grande aisance.

Bodhisattva (ci-dessous) est le meilleur disciple de Bouddha. Il répand le bouddhisme sur son chemin et sauve toutes toutes les âmes. Dans les temps anciens du Bouddhisme, c'était un mâle , qui se transforma en une représentation féminine une fois en Chine à partir du moment où le personnage fut reconnu comme dieu de miséricorde. De nombreuses représentations de Bodhisattva sont réalisées avec de riches vêtements.

Lokapala (ci-dessous) est le gardien du ciel. Les quatre gardiens du ciel , de l'époque indienne mythologique devinrent plus tard les quatre divinités protectrices du bouddhisme , protégeant le bouddhisme dans les quatre directions. Ces représentations apparaissent avec leurs armes et un sabre à la main. Dans les temples bouddhistes de la Chine, les quatre gardiens sont représentés avec un sabre (un pipa) dans une main, mais aussi un parapluie et un serpent, symboles de beau temps.

Mis à part les sculptures, le Musée de Shanghai vous fera découvrir plus de 120000 objets répartis en 21 catégories dont des bronzes, des céramiques, de la calligraphie et de la peinture. Sans oublier de superbes collections de jade (le jade était en Chine, symbole du pouvoir absolu), de meubles, de pièces et de sceaux. Le Musée ,créé en 1952, rejoignit le bâtiment actuel en 1995 qui symbolise « un ciel rond et une terre carrée ». Tout comme le Louvre, ce musée se visite en plusieurs fois afin d'en apprécier les richesses. Je vous y donne à nouveau rendez-vous prochainement.


 

INFOS PRATIQUES:


  • Musée de Shanghai, 201 Ren Min Da Dao à Shanghai. Tel: 021 63723500. Entrée libre  http://www.shanghaimuseum.net/en/history/history.html

    Ouvert de 9h à 17h. On y observe en moyenne 5000 visites par jour et le musée se réserve le droit de fermer son accès si ses galeries deviennent trop bondées.

  • Salon de thé au 1er étage ( les pâtisseries ne sont pas de grande qualité, mais le café est correct). Accueil sympathique. Paiement cash uniquement.

  • Attention! Si vous souhaitez louer un audioguide pour la visite, merci de vous le procurer AVANT le passage des filtres de sécurité. Prix: 40 yuans ( + dépôt d'une pièce d'identité avec photo ou de 50 US$ ou 400 Yuans en garantie). Un petit prospectus vous est remis avec les numéros des commentaires disponibles, salle par salle , et un mode d'emploi .














 

 



Retour aux reportages par pays