Revoir le globe
Top


Cité Interdite: Le Jardin impérial (Pékin, Chine)
Heure locale

Dimanche 12 juin 2011

 

Souvenez-vous! L'année dernière, je mettais le pieds à Pékin pour la première fois. Et j'entreprenais la visite de la Cité Interdite, du moins, des dix premiers palais ( car on ne peut pas visiter un lieu si vaste et si riche culturellement en une seule fois). Cette Cité interdite appelée aujourd'hui le Musée du Palais car elle rassemble les trésors impériaux de la civilisation chinoise ancienne. Me revoici au même endroit, en face du grand escalier monumental en pierre, vous savez, derrière le Hall de l'Harmonie préservée.

L'escalier est toujours, et les touristes aussi. Je débute ma visite à 9h00 avant qu'il ne fasse trop chaud et pour éviter la foule. Car la Cité interdite reste l'un des endroits le plus visité au monde. Déjà, des groupes de nationalités différentes évoluent avec leurs guides qui crient leurs commentaires dans des haut-parleurs nasillards. Je poursuivrai mon périple avec aujourd'hui les dix attractions suivantes inscrites sur le plan qu'on m'avait remis la première fois. Et cette visite me conduit directement au Jardin Impérial.


Le jardin impérial fut construit en 1420 ( durant la 18 ème année de règne de Yongle sous les Ming) puis restauré sous la dynastie des Qing. Yongle ( qui voulait dire « joie éternelle) fur le troisième empereur de la dynastie Ming. C'est lui qui transférera la capitale de la Chine, de Nankin à Pékin, afin, entre autre , de mieux surveiller l'activité des Mongols, et fera construire la Cité interdite.

Ce jardin qui servait aux empereurs , impératrices et concubines impériales de lieu de divertissement et de repos, est le plus vieux et le plus grand des jardins de la Cité interdite. Pendant la dynastie des Qing, les filles du harem de l'empereur étaient même choisies à cet endroit. On y trouve de nombreuses espèces végétales dont plusieurs pins centenaires plusieurs fois, des cyprès et des glycines chinoises. Le jardin accueille aussi, vous le verrez, des pierres exotiques. Ses allées sont pavées grâce à des pavés de couleur représentant plus de 900 motifs de décoration différents. Ce jardin possède enfin plus de vingt salles, pavillons et tours qui furent construits principalement sous le règne des empereurs Jiajing et Wanli ( dynastie des Ming) , de façon symétrique et dans des styles divers.


Parmi ces constructions, on remarque le Hall de la Paix impériale (photo ci-dessus) . Ce bâtiment a été érigé dans l'axe central de la Cité interdite. Et demeure une construction majeure du Jardin impérial. Il fut d'abord construit en 1535 (sous le règne des Ming) puis on l'entoura d'un mur. Il offre cinq larges baies qui délimitent sa largeur (et trois baies en profondeur) Son toit est recouvert de grosses tuiles vernissées jaunes. Des parties de toit ont été sculptées en surplomb et donnent à l'ensemble beaucoup d'allure. On observe en fin en son sommet et tout en haut, un gros bouton plaqué or. Sous les Ming et les Qing, la statue du Dieu de l'eau, Zhenwu ( une divinité taoiste) était consacrée dans une salle de ce bâtiment. Et lors du règne des Qing, on dressait un autel sous la porte Tian Yi Men pour permettre à l'empereur de brûler de l'encens et de payer son tribu aux dieux à chaque Nouvel an chinois. Au milieu de la cour dans laquelle se trouve le Hall se trouvait la Porte Céleste (Tian Yi Men) qui accueillait un cyprès aux branches entrelacées . L'entrelacement des branches de cet arbre est le symbole d'un amour loyal. Et on prétend que l'empereur Puyi et sa première épouse, l'impératrice Wan Rong se firent photographier lors de leur mariage, en 1922, à côté de cet arbre. Wan Rong connaitra un sort tragique puisque, capturée par les Communistes, elle mourra d'une overdose dans la prison de Yanji en 1946. Le désir des jeunes mariés étant « de voler ensemble dans le ciel, tels deux oiseaux avec une seule paire d'ailes et de grandir ensemble sur terre, les deux branches entrelacées.


Quelques instants plus tard, me voici en face de Dui Xiu Shan ( la colline de l'élégance accumulée). Cette colline artificielle est faite de pierres empilées sur ce qui était à l'origine le site de Guan Hua Dian (Hall of Appreciating Flowers) et est appuyée contre la face nord du Palais. Ce lieu reçut d'abord le nom de « colline de broderie accumulée » jusqu'à ce que l'Empereur Qianlong lui attribue le nom actuel. Cette colline mesure dix mètres de haut et on peut apercevoir à son sommet le Yu Jing Ting ( Pavillon des paysages impériaux) accessible par un sentier. A chaque fête du double Yang ( ou double neuf), Empereurs, impératrices et concubines impériales gravissaient ce sentier. Cette fête du double Yang commémore le neuvième jour de la neuvième lune, soit la dernière lunaison de l'automne. Une cave en briques est aussi construite dans la colline, dans un axe est-ouest. Au-dessus de son entrée, on peut lire une inscription: Elégance accumulée. Des jarres en bronze figuraient aussi à cet endroit et servaient à entreposer l'eau. Celle-ci ruisselait du haut de la colline et s'écoulait sur les côtés.


A droite de cette colline se trouve le Pavillon de la verdure flottante (ci-dessous). Construit en 1853 ( sous les Ming), il repose sur un pont constitué d'une seule arche, pont situé au-dessus d'un bassin rectangulaire contenant poissons et nénuphars. CE bâtiment carré possède un toit pyramidal fait de tuiles vernissées vertes. Il est symétrique à un autre pavillon, le Pavillon du Jade déposé (situé dans l'autre aile du jardin). Désormais, empereurs et impératrices sont remplacés par les touristes ( flâneurs d'un autre style) qui viennent se détendre un instant sur les nombreux bancs. A condition de lever la tête, ils admireront le plafond superbement décoré même s'il souffre désormais un peu des affres du temps.


A proximité, j'aperçois un autre petit pavillon entouré de massifs végétaux. Il s'agit en réalité de pivoines mudan de Chine, fleurs prolifiques et odorantes considérées comme la reine des fleurs par les chinois. Depuis, la Cité interdite en conserve plusieurs variétés. Et on peut désormais apercevoir une centaine de plants de pivoine dans 17 parterres différents.


Se tenant derrière la Colline de l'élégance accumulée, le Pavillon du porteur de lumière (Yan Hui Ge)(ci-dessous) se dresse majestueusement , avec à ses pieds, un vieil arbre, un cyprès surnommé « lump tree ». Ce pavillon fut érigé à l'époque des Ming et son nom d'origine était le Pavillon des Attentes élevées (Pavilion of High expectations). On le rebaptisa ( de son nom actuel) sous la dynastie des Qing, et cet endroit devint bientôt le lieu où les concubines impériales étaient sélectionnées par l'Empereur. A cet endroit aussi, les Empereurs Qianlong, Daoguang et Xianfeng composèrent des poèmes et se divertirent. L'Empereur Jiaqing y entreposa plus de 10000 calligraphies impériales.


Je passe bientôt tout près de Pavillon du Jade déposé (Cheng Rui Ting). Symétrique au Pavillon de la verdure flottante, il fut construit en 1583, sur un pont, tout comme son voisin.

A côté, voici le Palais de Mille ans (Qian Qiu Ting) (photo ci-dessous). Construit sous la dynastie des Ming, il offre des vérandas sur ses quatre côtés. On le surnommait aussi le « Pavillon des dix Mille Printemps ». A l'intérieur se trouvaient des statues bouddhistes du temps des Ming et des Qing ainsi que des tablettes ayant appartenues à l'Empereur Tongzhi. Ce palais est situé dans la partie ouest du Jardin impérial, endroit symbolisant l'automne selon la tradition.


Je ne trouverai qu'une fleur à l'intérieur du Jardin. Ca ne doit pas être l'époque de la floraison mais j'en aurais au moins aperçu une: Bignogne (ou Trompette de Jéricho). Cette fleur s'épanouit surtout à la fin de l'été et en automne. Le présent arbre fut planté dans le jardin en 1949, peu de temps après la fondation de la République Populaire de Chine.


Le Jardin impérial offre également un bâtiment surnommé « Study of the cultivation of Nature ». Il s'agit d'une construction sur deux niveaux et en forme de U. Celle-ci fut érigée sous le règne des Ming. Les Empereurs Jiaqing et Daoguang y venaient souvent lire et s'y reposer. C'est aussi à cet endroit qu'un anglais, Sir Reginald Johnston, enseigna l'anglais à l'Empereur Pu Yi.


Fils de l'Empereur Qianlong, l'Empereur Jiaqing régna de 1796 à 1820 suite à l'abdication de son père. Il sera celui qui luttera contre l'arrivée dans son pays des Européens et contre leurs idées. Il sera un empereur faible et manipulable. L'Empereur Daoguang, huitième empereur de la dynastie des Qing, lui succédera jusqu'en 1850. Fils préféré de Jiaqing, il fournira à son tour le dernier empereur de Chine, Pu Yi. Il soutiendra la guerre contre les Britanniques qui voulaient introduire l'opium dans son pays , pour finalement devoir leur céder Hong Kong pour une bouchée de pain, puis d'autres ports comme Shanghai, Nankin, Canton.... Pu Yi, son fils, connaitra un sort encore moins enviable. Douzième (et dernier) Empereur issu de la dynastie des Qing, il est le septième fils de l'Empereur Daoguang. La dynastie mandchoue est alors contestée, et le jeune empereur devra abdiquer le 12 février 1912 mettant ainsi fin à la période féodale de la Chine. Remis en selle en 1917 par un général partisan des Qing, il abdiquera à nouveau la même année. Son histoire est pleine de rebondissements.

Ainsi s'achève ma visite au Jardin impérial. Lieu magique rempli d'histoire, il suggère une époque aujourd'hui révolue mais si passionnante.

 

INFOS PRATIQUES


  •  

    Cité Interdite , ouverte de 8h30 à 17h00 ( vente de billets de 8h30 à 16h00). Entrée: 60 yuans. Ce billet n'inclut pas les expositions spéciales. Gratuité pour les enfants mesurant moins de 1m20. Petit guide de la Cité ( avec plan) utile pour la visite et en anglais: 5 yuans (vendu à coté de la billetterie). Audioguides disponibles en plusieurs langues ( ils se déclenchent automatiquement lors de votre passage devant les lieux à visiter) disponibles à la porte Meridian. Prix 40 yuans ( + 100 yuans de dépôt de garantie, restitués au retour de l'appareil)

  • Bureau d'information à la Porte de l'harmonie suprême , avec possibilité de louer des audioguides. Deux écrans géants projettent des films sur la Cité interdite.

 









 



Retour aux reportages par pays