Revoir le globe
Top


Le Château de Matsue ( Ouest de Honshu, Japon)
Heure locale

Samedi 25 juin 2011

 

Ce premier weekend de mon séjour, j'ai décidé de le passer à Matsue, ville côtière située sur la Mer du Japon, plus exactement sur la côte Ouest de Honshu, dans la préfecture de Shimane. J'y suis arrivé hier soir après 7 heures de train, depuis Tokyo. J'ai emprunté le Shinkansen depuis Omiya, puis me suis arrêté à Okayama. Pour remonter à bord du train express N°25 YAKUMO qui m'a conduit jusqu'ici. Mon hôtel est simple mais confortable. Les Japonais sont charmants ( certains me reconduiront même à mon hôtel en fin de journée) et la conversation est facile . Pour débuter ma visite, je me rends au château de Matsue. Matsue-Jo est un château du 17è siècle faisant partie intégrale du patrimoine culture de la cité ( Matsue a d'ailleurs reçu le grade de ville internationale culturelle et touristique en 1951), le dernier château de samourais encore existant dans la région.


La ville est restée identique à ce qu'elle était autrefois. En 1875, le château et ses terres furent cédées au gouvernement et l'on s'inquiéta alors de l'avenir de celui-ci. Certains craignaient même sa destruction. Finalement, le château survécut grâce aux efforts et aux dons de la famille Katsube Motouemon, de riches propriétaires terriens e la région. Un ancien homme de clan, Takagi Gonpachi, apporta aussi sa pierre à l'édifice.

Le château de Matsue fut érigé en 1607 par Yoshiharu Horio et sa construction durera cinq années. Yoshiharu Horio était un daymio de la période Azuchi-Momoyama. Il fut nommé par Toyotomi Hideyoshi qu'il servit lors de l'attaque du château d'Inabayama. Yoshiharu participa a de nombreuses batailles comme celle de Yamazaki. En 1590, il reçut 120 000 koku de la main d'Hideyoshi ( Hamamatsu, province de Totomi) en remerciement de son concours au siège de Odawara. Pour information, un koku équivaut à cinq boisseaux de riz , c'est à dire la consommation annuelle de riz d'une personne. On imagine aisément l'importance du cadeau reçu. Yoshiharu avait un tel sang froid et faisait preuve d'un tel calme qu'on le surnommait Hotoke no Mosuke (terme bouddhiste), le saint homme. Il deviendra daimyo (seigneur local) de Matsue de 1600 à 1604 , en récompense de sa qualité de bataille lors de la guerre de Sekigahara.


Le château , surnommé « château noir » ou encore « le château du pluvier » sera utilisé par trois générations du clan Horio ( le clan auquel appartenait Yoshiharu), une génération du clan Kyogoku (Tadataka Kyogoku régnera durant une courte période, de 1634 à 1637. Il sera celui qui prendra les mesures nécessaires pour éviter que la rivière Hiikawa ne déborde. Sans successeur, c'est la famille Matsudaira qui prendra la suite) et dix générations du clan Matsudaira ( à partir de 1638, Naomasa Matsudaira régnera dans ce château. Il fit preuve d'une telle bravoure lors de la bataille d'Osaka-Fuyunojin qu'il fut loué par son ennemi, Yukimura Sanada). Le clan Matsudaira était un clan médiéval originaire de la province de Mikawa. Il fut lié aux shoguns Tokugawa (Ieyasu Tokugawa en était membre).

Le château ne fut jamais endommagé par la guerre. Il est considéré aujourd'hui comme bien hautement historique. Une première fortification l'entoure, suivie d'une seconde fortification (intérieure). Durant la période Edo, celle-ci accueillait la résidence du Lord ainsi que les bâtiments servant à la gestion des affaires d'état. Un grand mur de protection avait été érigé ainsi qu'une tour de guet. DE l'extérieur, on dirait que le château possède cinq étages. En fait, il en possède six , donnant à la construction une hauteur de trente mètres. La surface de l'édifice, elle, est de 119,25 m² ( 11 mètres par 11 mètres environ).

Le bâtiment fut classé trésor national du Japon le 13 mai 1935, puis bien culturel d'importance en 1950. La tour de guet offre une vue superbe des quatre côtés ( voir photo ci-dessous). A l'intérieur, on trouve une cave contenant entre autre d'anciens ornements de toits (ces ornements avaient pour certains la forme de Shachi-Hoko, animal marin imaginaire possédant la tête d'un tigre et le corps d'un poisson, et étaient faits en bronze alors que, de nos jours les shachi-hokos sont faits en bois. L'animal de gauche était mâle et celui de droite , femelle. Les deux avaient une envergure de 2,08 mètres). Un puits se trouvait au même endroit.


Il s'agit de regarder autour de soi pour admirer la qualité de construction de l'ouvrage: Les pierres du mur de base sont posées savamment ( on appelle cela la pose Gobozumi) de telle sorte qu'elles offrent une solidité à toute épreuve malgré l'apparence. Comme pour les châteaux de Himeji et Hikone, très peu de parties des murs sont peintes de blanc. Les murs sont au contraire recouverts d'un enduit noir protégeant de l'humidité. Au troisième étage, on peut observer une fenêtre centrale (appelée fenêtre fleur) similaire à celles qu'on trouve dans les temples. La beauté de l'ensemble réside précisément dans la symétrie entre le toit, le pignon et cette fenêtre fleur. Le pignon Irimoya représentant un oiseau (pluvier) les ailes déployées contribue à la beauté du toit triangulaire. Les tuiles faitières à l'angle de chaque toit sont différentes des tuiles généralement utilisées à l'époque de la construction du château. Cette forme de tuile est innovante. Enfin, la porte située sous la tourelle est recouverte d'acier plaqué . Il était alors difficile à l'ennemi de pénétrer dans l'enceinte sans se faire remarquer.


A l'intérieur, plus de 200 objets provenant de la famille Matsudaira sont répartis sur les six niveaux. Pour accéder aux différents étages, des escaliers en bois de Paulownia ont été réalisés. Les objets présentés sont variés. On trouve notamment des casques (comme ci-dessus) d'armures de guerriers. Les casques constituaient autrefois la pièce la plus représentative de l'armure. On y décelait souvent la personnalité de celui qui le portait. Des épées sont aussi présentes. Sur la photo ci-dessous, on observe une épée réalisée par Kanchira, un artisan de l'ère Chobo. On trouve aussi des armures (ci-dessous) plus ou moins colorées. Dans les temps anciens, les batailles se remportaient avant tout à dos de cheval, puis plus tard, grâce à des guerriers à pied. Cela nécessitera la mise au point d'armures plus souples.


Trois tourelles extérieures ont été restaurées (Tourelle centrale, Tourelle des tambours (Taiko) et tourelle sud) en 2001, 125 ans après leur démolition en 1875 (ci-dessous)


Le château de Matsue est le seul restant encore debout dans la région de Sanin ( parmi les douze châteaux encore existant au Japon). C'est le second château par sa grandeur, le troisième par sa hauteur et le sixième plus vieux château du Japon. Il subira une complète reconstruction entre 1950 et 1955. Chaque année, il s'y déroule un festival: Le Festival des Cerisiers en fleurs du château de Matsue , où l'on peut admirer plus de 400 cerisiers fleuris.

 

INFOS PRATIQUES:


  •  

    Château de Matsue: Ouvert toute l'année, de 8h30 à 18h30 ( du 1er avril au 30 septembre), de 8h30 à 17h00 (du 1er octobre au 31 mars). Entrée: 280 yens (au lieu de 550, les touristes étrangers bénéficiant d'une remise de 50% sur présentation du passeport)

    Tel: 0852 21 4030. Site internet: http://www.matsue-tourism.or.jp/m_castle/m_castle.htm

             La visite du château nécessite de se déchausser à l'entrée ( des boites à chaussures sont mises à     disposition    gratuitement). Présenter son ticket d'entrée à la guichetière au deuxième niveau.

     










Retour aux reportages par pays