Revoir le globe
Top


Le Musée de la Laque de Takayama (Préfecture de Gifu, Japon)
Heure locale

Samedi 9 juillet 2011

 

Parmi les curiosités de Takayama, voici le Musée de la laque. Il s'agit d'un musée rassemblant des collections d'objets réalisés en bois laqué. Sous la période Keicho ( il y a environ 390 ans), de 1596 à 1615 ,Arishige Kanamori, lord de Takayama, construisit des sanctuaires et des temples dans la région.

La beauté du grain du bois de cyprès local frappa un charpentier, Kizaemon Takahashi. Il sculpta un plateau dans ce même bois et le présenta à Shigechika, le fils du lord de Takayama. Shigechika ordonna alors à un laqueur, Sanaemon Narita, d'enduire le plateau de laque japonaise sans altérer la beauté du bois. Similaire à la couleur jaune de la théière Hida Shunkei , réalisée par le poitier Kagemasa Kato, on surnomma cette laque « Shinkei Nuri ». Shunkei signifie « joie printanière » (car il fut offert à Shigechika au printemps).

 

Le 17 février 1974, le Ministère japonais du commerce international et de l'industrie reconnut cette laque comme produit artisanal traditionnel. La caractéristique principale de cette laque est de faire apparaître le brillant du bois tout en offrant un rendu naturel. Immédiatement après le laquage, la couleur de l'objet est sombre puis s'éclaircit peu à peu en séchant, offrant le rendu authentique du bois au bout de quelques heures. Plus l'objet sera utilisé et plus celui-ci gagnera en beauté.

La laque est posée sur des bois provenant de cyprès japonais (Hinoki), cyprès Sawara, et châtaignier souple.

 

La visite du musée est rapide et consiste en quelques vitrines reconstituées offrant aux visiteurs de découvrir des objets en bois laqué. Il est à noter que l'Occident doit tout ou presque à la laque japonaise. Dunand (artiste laqueur de la période Art-déco) sera initié à cette matière en 1912, par Sugawaraainsi que Katsu Hamanaka ( qui résida à Paris et fera connaître largement la laque japonaise, laquelle sera utilisée dans l'expression de l'Art moderne par la suite). La laque japonaise traditionnelle est réalisée à partir de résine extraite de l'urushi (arbre), émulsion naturelle diluable dans de l'eau ou de l'essence. L'urushi est un arbre sumac surnommé « arbre à laque » ou encore « vernis du Japon ». Certaines variétés seulement de ce sumac donnent la résine permettant de faire la laque. Il existe au Japon plusieurs types de laques: Les laques sculptées ( technique Guri) avec arabesques, et les laques décorées par l'incorporation de pigments ou de poudre d'or ou d'argent en utilisant plusieurs types de décors: Togidashi, hiramaki-e, takamaki-e.

 

 

L'inro fait partie des objets laqués. Tout particulièrement à Takayama, où il y avait autrefois un musée de l'Inro ( fermé désormais). L'inro ( « panier de cachets ») est classé dans la série des objets pendants (sagemono) et est porté uniquement par l'homme. C'est un petit étui à vocation utilitaire (dès la période Temmon) que l'on accroche à la ceinture d'un kimono par une cordelette. Il est généralement réalisé en bois Paulownia ou en bambou, ou même tressé à partir de lanières en bambou, puis recouvert de laque unie . L'inro permet de ranger différentes petites choses et servirait notamment de pilulier. Les inros que l'on m'a présenté dans une boutique (photo ci-dessous) contenaient deux dés à jouer. Malheureusement, l'utilisation de ce petit boitier décroitra à partir de la période Meiji ( alors que les Japonais adopteront le costume occidental, avec poches).

 

D'autres photos de ce musée vous attendent dans la section Médiathèque!

 

 

 

INFOS PRATIQUES:

 


  • Musée de la laque, Hida Takayama Shunkei Hall. Tel: 0577 32 3373. Boutique disponible avec vente d'objets en bois laqué. CB acceptées. Ouvert tous les jours de 9h à 17h. Entrée adulte: 300 yens. http://www.nande.com/shunkei/

 

          (site en japonais uniquement)

 


 









Retour aux reportages par pays