Revoir le globe
Top


La Rue Wangfujing à Pékin (Chine)
Heure locale

Vendredi 28 octobre 2011

 

Non loin de mon hôtel se trouve l'une des rues les plus animées de Pékin: La rue Wangfujing. Située dans le district de Dongcheng, c'est l'une des rues commerçantes les plus célèbres car on y trouve de nombreux commerces. Vieille de 700 ans, cette rue qui mesure 810 mètres de long a une largeur de 40 mètres. 600 000 personnes la fréquentent chaque jour. Tour d'horizon.

Au N° 74, je m'arrête quelques instants à l'église Saint Joseph (ci-dessous): Se dressant fièrement à deux pâtés de maisons de la Cité interdite, cette église catholique se remarque par le style romanesque de son architecture. L'aspect massif, la solidité et la grandeur de la construction en imposent. Elle fut bâtie sous le règne de la dynastie des Qing, en 1655 et aura traversé bien des épreuves depuis (tremblements de terre, révolutions....). C'est en effet l'Empereur Shunzhi qui subventionna la construction d'une maison à cet endroit , au profit de deux prêtres européens, l'italien Lileisi et le portugais An Wensi, voulant ainsi leur offrir un lieu de résidence. L'empereur Shunzhi monta très jeune sur le trône (à l'âge de cinq ans) et subira longtemps l'influence de sa famille Mandchoue. Il fera enseigner le chinois à ses enfants et tentera d'encourager la participation des Han au gouvernement. Pendant un temps, il prendra pour conseiller le Jésuite allemand Johan Adam Schall von Bell mais les documents officiels montrent l'intérêt que cet empereur portait au bouddhisme: Il laissera d'ailleurs un testament inattendu, contenant une liste de 24 fautes qu'il se reprochait.

Quelques temps plus tard, il fut bâti une petite église à côté de la maison des prêtres. Les prêtres Tang Ruowang, Nan Huairen et Lang Shining y vécurent et y travaillèrent. Mais en 1720, un puissant tremblement de terre détruisit l'église. Celle-ci sera reconstruite l'année suivante. En 1807, ce fut un incendie qui mit le feu à la demeure des prêtres. La dynastie des Qing prit alors pour prétexte cet incendie afin de confisquer l'église qui fut fermée. En 1884, l'évêque Tianleisi lança une souscription dans le but de reconstruire une seconde fois l'église Saint Joseph. Le 13 juin 1900, l'église déplore encore un incendie dû au mouvement Yihetuan (plus communément appelé la révolte des boxeurs). Cette révolte chinoise fut initiée par les Poings de la Justice et de la Concorde, une société secrète dont le poing fermé servait de symbole et qui s'illustra dans le pays de 1899 et 1901. Ce mouvement était à la fois opposé aux réformes, aux étrangers et à la dynastie mandchoue des Qing. Mais le mouvement , utilisé par l'Impératrice Cixi, ne s'en prendra finalement qu'aux étrangers donnant lieu aux 55 jours de Pékin et se soldant par la victoire des huit nations étrangères alliées contre la Chine.

En 1905, l'église Saint Joseph est rebâtie pour la troisième fois et est restée depuis. Elle passera heureusement sans encombres les affres de la Révolution culturelle chinoise (à partir des années 1960) et fut rattachée au Diocèse catholique de Pékin. Elle connut une rénovation avant de rouvrir pour les célébrations de Noël en 1980. Elle fut reconnue en tant que bien culturel lors de la refonte de la rue Wangfujing le 11 novembre 2000.


La place de l'église est fréquentée par quelques chinois âgés dont certains se déplacent en fauteuil roulant, mais aucun signe de mendicité n'est visible. La rue Wangfujing bruisse d'activités, et il est assez surprenant de compter quelques sex-shops parmi les boutiques présentes face à l'église Saint Joseph ( le confessionnal n'est pas loin!).

 

Au N°22, j'observe une grande bâtisse , qui s'avère être le Théâtre Artistique Populaire de Chine (ci-dessous). On y donne régulièrement des représentations puisque quelques affiches placardées annoncent les pièces à venir. Mais impossible pour moi de visiter les lieux gardés par un jeune soldat qui ne parle pas un mot d'anglais. Ce théâtre est situé face à l'hôtel de Wangfujing. Le théâtre parlé, appelé aussi huaju, fut introduit en Chine au début du XXè siècle. Dès les années 1920, apparurent le réalisme et l'expressionnisme sur les scènes nationales. Dix ans plus tard, le théâtre chinois avait atteint sa maturité. Le Théâtre d'Art du Peuple chinois , fondé en 1952, symbolise le plus haut niveau du théâtre moderne chinois. Des pièces comme la Maison de Thé, le caniveau de barbe du dragon, ou encore ls Gens de Pékin, restent très populaires.


Je remonte la rue Wangfujing jusqu'à atteindre l'hôtel Hua Qiao Da Sha (au N°2)mais je ne remarque rien d'intéressant. Je redescend donc cette rue , à la recherche d'une fameuse librairie: Foreign Language Bookstore. Au passage, je traverse un carrefour à la hauteur de la rue Dengshikou (photo ci-dessous). Le vélo et le tramway restent des moyens de transports très populaires ici. Je me méfie tout le temps en traversant dans les passages cloutés car les Chinois ne sont pas très respectueux des feux et ne s'y arrêtent pas toujours. Mieux vaut être prudent!

La Foreign Language Bookstore se trouve dans l'autre partie de la rue Wangfujing, la portion piétonnière qui accueille aussi le plus de monde (dont de nombreux touristes). Au N°235, se trouve la librairie célèbre pour ses plans de Pékin (ci-dessous). On y trouve aussi de nombreux ouvrages sur la ville, et en anglais (en entrant dans l'immeuble à droite).


A ce niveau de la rue Wangfujing, de nombreuse tentes sont dressées et abritent des vendeurs ambulants. On y vend de tout (ou presque) sinon on n'est plus chinois. Je remarque des friandises locales (photo ci-dessous) mais n'ose pas y goûter. D'autant plus que personne ne peut m'expliquer en anglais de quoi il s'agit. Je poursuis ma promenade et tombe sur le grand magasin Dongan au N° 138). Juste en face, se trouve une autre grand magasin, reconnaissable par sa tour de l'horloge (photo). Face au Dongan Department Store, se trouve l'office de tourisme de Pékin. On y parle un bon anglais et le personnel vous fournit des informations touristiques sur la ville.


La rue Wangfujing est connue pour ses nourritures exotiques. En effet, un marché de nuit s'y tient tous les jours à partir de 17h30. L'occasion est offerte aux passants de déguster les mets les plus surprenants. Mais ce matin, je suis attiré par une porte d'entrée d'une ruelle qui s'avère contenir de nombreuses échoppes, dont certaines se consacrent à la restauration: Sucreries, fruits secs et ….insectes vivants (ci-dessus) sont au menu. Heureusement que Brigitte Bardot ne traine pas dans le coin car elle s'offusquerait de voir ces pauvres bêtes embrochées vivantes sur les tiges de bois ( tout comme d'ailleurs de petits hippocampes) en attendant de finir en brochettes grillées.

On aura beau me vanter les bienfaits de la cuisine chinoise ( la rue Wangfujing est d'ailleurs réputée pour son canard laqué!), j'en resterai pour ma part au traditionnel croissant que je trouverai à deux pas de là, chez Paris Baguette, au sous-sol du Mall of Oriental Plaza. L'endroit est bruyant mais pas pire qu'ailleurs. Et la qualité des mets est acceptable.


Me voici maintenant devant le Arts & Craft Emporium (photo ci-dessus), un immeuble de cinq étages qui offre tout ce qui peut exister en artisanat et souvenirs chinois. Si vous êtes en quête de petits cadeaux pour vos proches ou pour vous-même, une visite s'impose.

A quelques pas seulement, se trouve la station du métro de Pékin: Wangfujing Station. Celle-ci appartient à la ligne 1 d'un réseau qui comporte plusieurs lignes. La première ligne du réseau fut inaugurée en 1969 et l'on renforça les dessertes à l'occasion des Jeux Olympiques de Pékin dans les années 2000. On compte désormais 8 lignes, 336 kilomètres de voies ferrées et 172 stations. Rien que cela!

Revenons maintenant au marché de nuit qui caractérise la rue Wangfujing. Curieusement, les échoppes invitant les curieux à déguster des spécialités locales ne se trouvent pas dans cette rue mais sur une rue perpendiculaire qui conduit à la Cité interdite (photo ci-dessous). Passant inaperçues en journée, ces échoppes sont illuminées par des dizaines de lanternes après la tombée de la nuit. C'est alors le moment de plonger dans l'exotisme: Brochettes en tout genre, de calamars, de crevettes, de grillons, mais aussi de serpents, de pénis de moutons (photo ci-dessous) et j'en passe. On me propose de déguster mais j'adresse un « Non merci » poli à chaque fois. On propose aussi des plats mijotés ( oui, mais avec quoi?) à emporter ou à déguster sur place. Les commerçants sont très aimables et se laissent prendre facilement en photo. Il faut dire qu'ils sont habitués au déferlement quotidien des touristes. Ce marché de nuit clôture ma visite de cette rue commerçante de Pékin. D'autres photos de ce marché de nuit vous attendent sur la Médiathèque, album Asie!


 

 

INFOS PRATIQUES:


  • Eglise Saint Joseph, 74 rue Wangfujing à Pékin. Tel: 86 10 652 406 34.Messes en semaine à 6h30 et à 7h00 en chinois. Le dimanche, messes en chinois à 6h15, 7h00, 8h00 puis messe en anglais à 16h00.

     

    Http://blog.sina.com.cn/dongtangmudao


  • Théâtre d'Art Populaire de Pékin: http://www.bjry.com/English/index.htm

  • Foreign Language Bookstore, 235, rue Wangfujing, Pékin. Tel: 6512 6903. Ouverte tous les jours de 9h30 à 21h30. Site internet: http://www.bpiec.com.cn/

  • Bureau du Tourisme de Pékin, 269, rue Wangfujing , Pékin. Ouvert tous les jours de 9h00 à 21h00.

  • Paris Baguette, au sous-sol du centre commercial The Mall of Oriental Plaza.

  • Dongan Department Store, 138, rue Wanfujing à Pékin. ouvert quotidiennement de 10h 00 à 22h00.

  • Arts & Craft Emporium, 200, rue Wangfujing à Pékin. Ouvert de 9h30 à 21h30 tous les jours. Vous y trouverez artisanat local et souvenirs.

  • Métro de Pékin: http://www.bjsubway.com/








Retour aux reportages par pays