Revoir le globe
Top


Tokyo vu d'en haut (Kanto, Japon)
Heure locale


Dimanche 20 janvier 2013

 

Cela faisait des mois que je n'avais pas remis les pieds à Tokyo. Il y a neigé abondamment il y a quelques jours et le froid est toujours de rigueur. Notre équipage étant cette fois hébergé à Shinjuku, c'est à une vue d'ensemble de la capitale nippone que je vais vous convier aujourd'hui, depuis le sommet de l'observatoire de la Mairie de Tokyo. Shinjuku est l'un des 23 arrondissements spéciaux de la ville fondés en 1947 en remplacement de la municipalité existante. Ces 23 arrondissements forment chacun une municipalité distincte mais n'ont pas de revenus propres autre que les transferts financiers concédés par la préfecture. La préfecture métropolitaine de Tokyo qui compte plus ou moins douze millions d'habitants dispose d'un statut administratif bien particulier, comparé à ses consœurs.

Dans le quartier d'affaires de Shinjuku se situe le Gouvernement métropolitain de Tokyo ( la Mairie centrale). Ce bâtiment imposant est constitué de deux tours jumelles. Sa construction débuta en 1988 et les tokyoites l'appellent même « la tour des impôts » vu son coût de construction. La bâtiment sera achevé en 1991 et restera l'endroit le plus élevé de la capitale japonaise jusqu'en 2006 , avec une hauteur de 242,9 mètres). Du haut de ses 48 étages, on peut apercevoir par beau temps une vue superbe de Tokyo. C'est le cas aujourd'hui.


 

Un panorama étonnant apparaît ainsi aux yeux des nombreux visiteurs qui montent chaque jour par ascenseur au 45ème étage d'un des deux observatoires disponibles. Deux observatoires sont accessibles aux visiteurs: Un observatoire nord et un observatoire sud. A l'intérieur du grand hall d'entrée de cette mairie se trouve un porte bonheur (ci-dessous) qui a été confectionné par des artisans et des commerçants de la région. Il est sensé apporter, bonheur, prospérité et richesse aux habitants de Tokyo, et deux bureaux de tourisme (un bureau pour Tokyo et un autre pour les autres préfectures japonaises) renseignent les visiteurs nippons et étrangers (voir infos pratiques). La hauteur des deux tours a aussi permis l'installation de puissantes antennes de télévision depuis l'ouverture du bâtiment ( deuxième photo ci-dessous).

 

C'est Kenzo Tange qui fut l'architecte de la Mairie de Tokyo. Né à Osaka le 4 septembre 1913, il sera élevé dans la préfecture d'Hehme, ll mourra à Tokyo le 22 mars 2005. Il fera d'abord des études d'architecte et d'ingénieur à l'université de Tokyo, puis travaille jusqu'en 1941 pour un disciple de Le Corbusier, Kunio Maekawa, et remporte en 1949 le concours pour le parc de la Paix et le musée de la bombe atomique de Hiroshima. Cette réalisation importante marquera le début de sa carrière internationale. Il crée alors sa propre agence d'architecte ( Kenzo Tange Studio). Son style réside dans des lignes épurées en béton le plus souvent brut revêtues ensuite de parois de verre ou de pierre. Une vingtaine de réalisations verront ainsi le jour au Japon mais aussi à Taiwan, en Chine et à Singapour. En 1987, il obtiendra le prix Pritzker d'architecte. Kenzo Tange prendra sa retraite en 2002.

Je commence ma découverte des lieux par la face est (ci-dessous) avec , de gauche à droite, le Shinjuku Sumitomo Building (210 mètres) qui est l'un des gratte-ciel du quartier d'affaires de Shinjuku et abrite le siège social de la firme Sumitomo, l'un des plus anciens et des plus vastes conglomérats industriels japonais. Juste à côté on peut voir le Shinjuku Mitsui Building qui culmine à 225 mètres, avec ses 55 étages ( voir infos pratiques). Puis le Sompo Headquarters Building (200 mètres), le Shinjuku Center Building (223 mètres) qui fut escaladé sans autorisation en 1998 par Alain Robert (encore un Français!). L'ascension dura quarante minutes et notre héros fut cueilli par la police à son arrivée au sommet. Un peu moins élevé (seulement 178 mètres) se trouve enfin le Keio Plaza hotel . Sur la même photo, on peut enfin distinguer, un peu en retrait, la Mode Educational Institution Cocoon Tower, d'une hauteur de 204 mètres ( deuxième photo ci-dessous). Comme son nom l'indique, cette tour accueille trois écoles: L'école de mode de Tokyo, HAL Tokyo School (spécialisée dans le design et la technologie) et Shuto IKO (faculté de médecine). Achevée en octobre 2008, c'est la deuxième plus haute tour au monde qui abrite des écoles, et le 17ème gratte-ciel de la ville. Son design est le résultat d'un concours qui fut lancé auprès de cinquante architectes. On reçut alors plus de 150 projets mais le cabinet Tange Associates remporta la mise avec son projet de tour en forme de cocon. La philosophie de la construction veut que le cocon (la tour) nourrisse de l'intérieur les étudiants des trois écoles. Son apparence extérieure est constituée d'aluminium blanc et noir, et de fenêtres bleutées. Le tout est traversé par un réseau de lignes diagonales blanches. Complètement à droite de la photo, on peut distinguer la majestueuse silhouette de la Tour SkyTree que je tarderai pas à visiter lors d'un prochain passage dans la capitale nippone. C'est actuellement la plus haute tour de la ville avec ses 634 mètres. Celle-ci abrite entre autre les émetteurs de radio et de télévision qui émettent sur toute la région du Kanto.


 

Je me rends maintenant sur la face sud ( ci-dessous). A cause du soleil, la lumière ne m'est pas favorable en ce début de matinée mais on distingue tout de même , toujours de gauche à droite, plusieurs lieux célèbres de la capitale nippone: On ne l'aperçoit pas sur la photo mais le Shinjuku Gyoen National Garden se trouve complètement à gauche: Jadis résidence de la famille Naito, fin XIX ème sous la période Edo, l'endroit devint bientôt un jardin dépendant de l'agence impériale japonaise, puis un parc géré par le ministère de l'environnement. Les jardins impériaux furent en effet complètement détruits à la fin de la seconde guerre mondiale et c'est en 1947 que l'on transféra la gestion de ce parc à ce ministère. Un peu plus à droite, la photo nous permet de distinguer une tour au bout pointu: Il s'agit de la Tour NTT Docomo Yoyogi ( deuxième photo) haute de 240 mètres et possédant 28 étages. Elle est située dans le quartier de Shibuya et demeure la troisième plus haute tour de Tokyo. Conçue par l'agence japonaise d'architecture Kajima Design, elle arbore fièrement une horloge de quinze mètres de diamètre sur sa façade depuis 2002 ( l'horloge la plus haute du monde), l'occasion de fêter le dixième anniversaire de cette opérateur téléphonique national. Juste à droite de cette tour, vous pouvez voir le National Stadium . Puis, encore plus à droite, la Tokyo Tower (333 mètres) tout près de la Tour Tokyo Midtown (248 mètres). Tour orange et blanche, la Tour de Tokyo fut construite sur le modèle de la Tour Eiffel, par l'architecte Tachu Naito. Haute de 333 mètres ( soit 7,6 mètres de plus que la Tour Eiffel), elle ne pèse toutefois que 4000 tonnes ( au lieu de 7300 tonnes pour notre tour). Sa construction démarra en 1957 pour s'achever un an plus tard. Les émetteurs qui étaient installés à son sommet ont depuis été déplacés sur la SkyTree Tower. A noter que l'antenne qui domine la Tour de Tokyo se tordit lors du puissant séisme du 11 mars 2011. Juste à côté de la Tour de Tokyo, la Tour Tokyo Midtown ( en référence au quartier américain) fut achevée en 2007 et se dresse depuis sur une hauteur de 248 mètres avec ses 54 étages. Roppongi Hills (238 mètres) n'est pas en reste avec ses 238 mètres. Appelée aussi Roppongi Hills Mori Tower, elle possède 54 étages aménagés en bureaux. Sa construction se déroula de 2000 à 2003, dans le fameux quartier de Roppongi. District de l'arrondissement de Minato, cet endroit est réputé pour sa vie nocturne et la présence de nombreux étrangers, qu'ils soient touristes ou expatriés (bien que la majorité de ses visiteurs soit japonais). Pour la petite histoire, le mot « Roppongi » signifie « six arbres » et la légende prétend que six daïmios (dont le nom contenait le caractère « arbre ») auraient vécu dans les environs pendant la période Edo. Après la deuxième guerre mondiale, l'armée des Etats-Unis s'installa à Roppongi, donnant ainsi la réputation de quartier étranger à ce lieu. Terminons l'exploration de la façade sud de l'observatoire avec le Meiji Jingu ( ou Sanctuaire Meiji) situé en plein cœur d'un immense parc. Ce sanctuaire shintoïste Meiji est dédié aux âmes divines de l'empereur Meiji et de l'impératrice Shoken ( bien que les deux époux reposent à Kyoto). Il fut érigé de 1912 à 1920, avec un musée, au milieu d'un jardin dessiné par l'empereur et composé de 100 000 arbres, don de la population japonaise. Détruit par les bombardements en 1945, le sanctuaire fut reconstruit en bois de cèdre à partir de 1958. C'est désormais le plus grand lieu shintoiste du pays et l'endroit accueille mariages et cérémonies.

 

La façade ouest me tend désormais les bras (ci-dessous) avec , à gauche, la Tour Shinjuku Park, haute de 235 mètres. Cet autre gratte-ciel de Shinjuku possède 52 étages et fut conçu par Kenzo Tange. Sa construction fut achevée en avril 1994 et la tour abrite depuis lors bureaux et hôtels. On peut aussi l'apercevoir dans le film « Lost in Translation » de Sofia Coppola. Plus à droite se trouve la Tokyo Opera City House (234 mètres) située dans le quartier de Shinjuku. Achevé en 1996, cet édifice est le troisième plus haut bâtiment du quartier avec ses 54 étages. L'endroit abrite le nouveau Théâtre national ( dans ses niveaux inférieurs) tandis que des bureaux ( du 5è étage au 52è étage) sont occupés par des sociétés comme NTT East Corporation ou bien Microsoft ou Apple. Sur la droite de la photo s'étend le district de Tanzawa Oyama, et, le temps étant dégagé ce matin, apparaît au loin le mythique Mont Fuji. On ne présente plus cette montagne qui culmine à 3776 mètres (point culminant du pays). Situé dans une région où se rejoignent les plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine, l'endroit est un stratovolcan toujours considéré comme actif bien que le risque éruptif est considéré comme faible (sa dernière éruption eut lieu en...1707!).


 

La façade nord (ci-dessous) me permet d'observer successivement de gauche à droite, les districts de Kofu, d'Okutama, de Chichibu et de Hikarigaoka. Un édifice attire mon attention (deuxième photo): Le Nakano Sun Plaza. Ce bâtiment blanc de 92 mètres de haut est un hôtel qui accueille aussi une salle de concert, le Nakano Sun Plaza Hall. Construite en 1973, cette salle, à l'acoustique exceptionnelle, peut accueillir 2222 personnes et des artistes du monde entier s'y produisent. Le chanteur David Cassidy s'y produisit en 1974, le groupe allemand Scorpion, quatre ans plus tard, et le groupe punk anglais, The Clash, en 1982.


 

Voilà un tour d'horizon, qui, je l'espère, vous aura permis de prendre plus de hauteur, en attendant de débarquer dans la capitale japonaise, peut être en 2020 pour les Jeux Olympiques (Tokyo fait partie des villes candidates).

 

 

INFOS PRATIQUES:

 



 

 









 



Retour aux reportages par pays