Revoir le globe
Top


Nagano et le Temple Zenko-ji (Nagano, Préfecture de Nagano, Japon)
Heure locale

Vendredi 25 janvier 2013

 

A peine rentré mardi soir dernier de ma rotation sur Tokyo, je repars cette fois en voyage d'agrément pour deux semaines du côté de Nagano et des Alpes japonaises. Les conditions du voyage sont excellentes et je reprends très vite mes marques une fois arrivé à l'aéroport de Narita. Il ne me faudra que quelques minutes pour échanger mon billet de train JR Pass contre un passeport ferroviaire qui me permettra de voyager librement sur tout le réseau JR. Bien pratique ce pass! Je monte à bord du NEXT ( vous savez ce RER dont beaucoup de Parisiens et de visiteurs étrangers rêveraient pour Paris!) toujours aussi bien entretenu, propre et confortable. Je descends en gare de Tokyo, pour monter, une demi-heure plus tard, à bord du Shinkansen Asama 521 pour Nagano. Un peu en avance sur le quai 23, j'aperçois l'Hayabusa, le train vert, en stationnement ( ci-dessous) pendant quelques instants. Puis mon train entre en gare, juste le temps de subir le toilettage de rigueur de la part de dizaine d'hommes et de femmes de ménage qui saluent les passagers déjà sur le quai. Nous sommes sur une autre planète! Mais je préfère cette planète-là à la nôtre. L'ambiance est ponctuée d'annonces, de petites musiques, d'arrivées et de départs de trains. Nous sommes bien à Tokyo et nulle part ailleurs. Le ciel bleu apparaît petit à petit encore dissimulé par quelques nuages mais la journée s'annonce sous d'heureux auspices. Il me faudra environ une heure trente afin d'atteindre Nagano. Le shinkansen désenclave ces régions parfois isolées comme cette partie du Kanto, montagneuse et accidentée. Nous quittons Tokyo à la minute prévue puis marquons un arrêt à Ueno avant d'atteindre Omiya, cette ville où j'ai séjourné il y a deux ans déjà, lors de mes premiers stages de langue japonaise. Nous repartons ensuite en direction de Takasaki, pour nous arrêter quelques instants à Karuizawa, Sakudaira, et Ueda. On m'avait promis beaucoup de neige mais celle-ci n'apparaitra qu'à Karuizawa. Cette petite ville est l'un des points de chute de nombreux tokyoites pour le weekend à cause de la proximité du Mont Asamayama ( au sud-est de Nagano). Une autre bonne raison de visiter l'endroit est cette distillerie de whisky, construite en 1955 et qui produit des breuvages extraordinaires et hors de prix. J'aperçois la montagne enneigée( dexuxième photo ci-dessous) sur le parcours et le shinkansen traversera plusieurs tunnels avant d'atteindre notre destination finale.


 

Mon premier contact avec Nagano est cet autobus anglais insolite aperçu au centre ville ( sur l'avenue conduisant au temple Zenkoji) et transformé en bar-restaurant. J'y ferais une pause salutaire après ce long voyage. Que dire de Nagano City? Son emblème est la fleur de pommier ( on trouve de nombreuses spécialités à base de pomme dans cette ville), son arbre est l'arbre de Shimano et la cité contient environ 390 000 habitants. Capitale de la préfecture de Nagano, celle-ci accueillit en 1998 les Jeux olympiques d'hiver mais il ne reste guère de souvenirs apparents de cet événement aujourd'hui, excepté une stèle rencontrée sur ma route vers le temple Zenkoji ce matin. Ce célèbre temple bouddhiste du VII ème siècle avait alors donné lieu à l'apparition d'un petit village en contrebas de celui-ci et face à lui: Ce petit village est désormais devenue une ville, Nagano-City. On la surnomme pour cette raison « Monzen-Machi » car la ville fut créée en face de la porte Niomon du temple. Face à cette porte d'entrée (ci-dessous) se trouve une avenue pavée ( les pavés sont considérés comme l'un des trésors nationaux depuis 1997) bordée de boutiques, de restaurants et d'hôtels qui reçoivent les pèlerins de tout le pays (troisième photo). J'ai de la chance car la neige qui avait commencé à tomber tôt ce matin a fait une trêve. Le ciel bleu et le soleil referont même leur apparition en cours de matinée.

 

C'est en 644 qu'est construit le temple bouddhiste Zenkoji (l'un des trésors nationaux japonais) autour duquel le village se développera, sous le règne de l'empereur Kimmei. L'endroit voit croitre son influence religieuse et le village prospère grâce au commerce. Le temple sera déplacé à plusieurs reprises avant d'atteindre son emplacement actuel, un ancien village appelé Motozen. A l'époque de Kamakura, d'autres temples japonais copièrent la fameuse statue de Bouddha du temple Zenko-ji. Durant la période Sengoku, l'abbé en chef, craignant que le temple ne soit brûlé durant lors des combats, en fit construire une réplique à Kofu ( préfecture de Yamanashi). En 1598, Toyotomi Hideyoshi (le second des trois unificateurs du Japon) déplaça même l'hibutsu à Kyoto. Cet hibutsu ainsi que le temple rejoindront plus tard Shinano. Le temple Zenko-ji constitue l'un des derniers sites de pèlerinage du Japon, qui tient peut être sa célébrité des combats entre Uesugi Kenshin (seigneur de guerre nippon) et Takeda Shingen durant le XVI ème siècle. C'est en effet ce temple qui servit de camp de base pour les opérations de Kenshin. Le temple Zenko-ji fut aussi fondé avant que n'apparaissent dans le pays différents écoles bouddhistes. On retrouve sur place deux d'entre elles, l'école Tendaï et l'école Jodo Shu, auxquelles ce temple appartient. 25 prêtres de l'ancienne école et 14 de l'école la plus récente gèrent le lieu. Le temple contient des images du Bouddha Amitabha ( bouddha régnant sur la Terre pure occidentale de la béatitude). L'image de ce bouddha avait été immergée jadis dans un canal, puis repêchée par Yoshimitsu Honda et consacrée dans le Pavillon principal (Main Hall, en photo ci-dessous). Cette image bouddhiste cachée de tous serait la première statue de Bouddha, mais une copie (Maedachi-honzon) de cette statue fut créée, qui peut être montrée au public tous les sept ans lors de la cérémonie rituelle du Gokaicho. Il s'agirait de la première statue du Bouddha importée au Japon via la Corée en 552 après Jésus-Christ. Le public peut alors se recueillir devant cette image puis participer aux différentes activités prévus à l'occasion du Gokaicho ( événement qui attire jeunes et anciens pèlerins du Japon tout entier).

 

A l'intérieur du Pavillon principal se trouve la statue de Binzuru, un médecin fidèle au Bouddha. Et ce matin encore, nombreux étaient les visiteurs à toucher cette statue sensée guérir les maladies. Une chambre de prière intérieure est aussi à la disposition des pèlerins. Pour y pénétrer, il faut s'acquitter des 500 Yens de droit d'entrée et se déchausser. La prise de photos est par ailleurs interdite dans ce Pavillon. Tous les matins, un office a lieu ( appelé Asaji) en présence d'un révérend et d'une religieuse qui sont accompagnés d'autres prêtres. Tous prient alors avec les pèlerins pour le salut de toutes les âmes à travers le monde . Depuis la chambre intérieure, un escalier conduit à un couloir sombre où les fidèles tentent de toucher une clef suspendue au mur dans l'espoir d'accéder à l'éveil et d'être ainsi assuré du salut de son âme. Cette clef représente la clef du paradis occidental du bouddha Amitabha. Depuis le Pavillon central, je domine tout l'ensemble. Le chœur du Pavillon rassemble les statues de la famille du fondateur du temple et le labyrinthe souterrain contenant ce couloir sombre mentionné plus haut. Ce Pavillon fut achevé en 1707 et abrite la vénérable statue du Bouddha Amida Nyorai (aussi surnommé le triptyque rayonnant d'une même lumière) et est voisin d'un pavillon annexe du soutra, appelé Kyozo ( en photo ci-dessous). Cette construction en bois qui se trouve à gauche du Pavillon central est classée Patrimoine culturel national et abrite une copie gravée d'un soutra. Elle ouvre ses portes à certaines périodes de l'année et les visiteurs peuvent alors pousser un énorme moulinet octogonal à l'intérieur duquel se trouve le soutra. Chaque tour de moulinet représente une lecture. Ce moulinet date de 1694 tandis que le bâtiment, lui, date de 1759. Je vous ai tout à l'heure parlé des deux écoles du bouddhisme qui sont présentes à l'intérieur du temple Zenko-ji: L'école Tendaï possède son temple dans l'enceinte de Zenko-ji. Il s'agit du temple Daïkanjin, résidence du révérend principal (deuxième photo ci-dessous). Dans son enceinte se trouve un jardin comptant parmi les cent jardins célèbres du Japon, ainsi qu'une salle des trésors fermée au public et qui contient des rouleaux manuscrits du célèbre roman antique « Le Dit du Genki ». Le Temple de la secte Jodo appelé aussi Daïhongan, (troisième photo ci-dessous) représente quant à lui le couvent de religieuses qui sert de résidence à la Supérieure de la secte. Cette religieuse supérieure est obligatoirement choisie parmi les membres de la famille Impériale.


 

Le complexe du temple Zenko-ji contient en effet de nombreux bâtiments et est organisé de manière linéaire, du sud vers le nord, pour que tous les fidèles puissent les admirer tous. A première porte d'accès, appelée Niomon (Porte des Divinités Dêva) fut reconstruite en 1918 après un incendie et abrite les statues des deux divinités Dêva (ci-dessous) qui terrassent les ennemis du bouddhisme. L'écriteau se lit JO-GAKU-SAN (appellation secondaire du temple). Je passe cette porte, marche tout droit et accède bientôt au pont Komagaeri ( qui ne ressemble pas du tout à un pont!). Cet endroit a une histoire: Un jour de l'année 1197, le shogun Minamoto Yoritomo s'arrêta au temple, juché sur son cheval. La légende prétend que l'animal coinça son sabot dans un trou , provoquant une ruade et obligeant le shogun à marcher jusqu'au temple Zenko-ji. Depuis ce jour-là, shoguns et empereurs accédèrent à pied au temple. Un peu plus loin, à droite de la chaussée pavée, je remarque six statues de pierre: Les six Jizô ( ou Roku-Jizô, en japonais). Il s'agit là de Bodhisattva, c'est à dire d'êtres ayant atteint l'illumination mais qui retardent leur entrée au paradis bouddhique afin de venir en aide à d'autres créatures. Ces Jizô ( deuxième photo ci-dessous) se manifestent dans les six mondes où évoluent les âmes: L'enfer, le monde de la famine, le règne animal, le monde de la discorde, le monde des humains et celui des êtres célestes.


J'atteins ensuite la Porte principale, appelée Sanmon ( ci-dessous). C'est l'autre monument classé au patrimoine culturel national dans ce temple. Cette porte contient en effet cinq statues bouddhiques ( malheureusement pas visibles au public). A remarquer aussi l'écriteau (deuxième photo) ZEN-KÔ-JI ( lecture chinoise du prénom japonais Yoshimitsu, celui qui sauva l'image du bouddha jetée dans le canal!) calligraphié par un prince impérial, qui cache dans les pleins et les déliés du pinceau les silhouettes de cinq pigeons. Le Temple Zenko-ji me transporte ainsi en quelques instants à travers 1400 ans d'histoire ponctuée parfois de légendes comme celle de cette vieille femme incrédule, laquelle, attirée vers le temple alors qu'elle poursuivait une vache, fut aussitôt touchée par la foi. Devant le Pavillon central, il est de coutume de brûler de l'encens dans un grand encensoir au sommet duquel trône un lion (en photo ci-dessous) qui crache la fumée dont les pèlerins s'aspergent dans l'espoir de conserver santé et bonheur. C'est à cet endroit que le révérend et la religieuse supérieure donnent leur bénédiction en touchant le front des pèlerins avec leur chapelet, avant et après l'office du matin. Jusqu'en 1908, le Pavillon central résonnait des prières des pèlerins même la nuit et tout au long de l'année. Désormais, seules les cérémonies nocturnes des mois d'octobre et de novembre subsistent. Le temple Zenko-ji offre toujours aujourd'hui une atmosphère particulière qui a pratiquement disparu des autres temples japonais. Les nuages de fumée du grand encensoir, mais aussi les voix innombrables des pèlerins récitant les soutras font de ce lieu à la fois un lieu de prière, un lieu dédié à la lumière et un lieu permettant l'illumination. Chacun est en effet le bienvenu, sans discrimination de sexe. Contrairement à d'autres temples, le Zenko-ji a toujours été accessibles aux femmes ( qui constituent d'ailleurs la majorité des huit millions de visiteurs annuels). Le temple est aussi au service des deux sectes Tendaï et Jôdo dont les prêtres et les religieuses se succèdent pour chaque office. Ensuite, ce temple , construit autour d'une statue de Bouddha interdite aux regards, promeut un culte qui transcende toute idolâtrie et la statue cachée de la trinité du Bouddha Amida symbolise la lumière qui doit guider vers la connaissance et la vérité. Enfin, dans le labyrinthe souterrain obscure, tous les êtres humains sont à égalité, à la recherche de la fameuse clef du Paradis, libérés des contingences du monde pour se retrouver face à soi-même, ce qui facilite l'illumination


 

Sur le chemin du retour, j'aperçois ne petite affiche arborant de jolies poupées revêtues de soie. Il s'agit d'une exposition qui se tient depuis aujourd'hui à la galerie Omotesando ( détails dans les infos pratiques) et qui présente des poupées réalisées par Keiko Arais, une artiste de Nagano. Ces poupées sont faites de verre coloré mais aussi de statues peintes et revêtues de superbes vêtements en tissu de soie (ci-dessous). Il faut compter environ 1500 € pour acquérir ces poupées mais le prix en vaut la peine. Je n'ai pas réussi à trouver d'informations sur cette artiste. Je sais simplement qu'elle est membre d'une institution artisanale, Kokugakaï.


 

 

INFOS PRATIQUES:

 


  • Restaurant Bus JOY STYLE. Tel: 026 223 2228. Mèl: joystyle@mopera.net

  • Office du tourisme de Nagano ( Gare ferroviaire JR): http://www.nagano-cvb.or.jp/foreign/en/index.html

  • Temple Zenkoji: http://www.zenkoji.jp/

    Motoyoshi-Cho 491, Nagano City. Tel: 026 234 3591. Photos interdite à l'intérieur du Pavillon central. Entrée: 500 Yens. Brochure disponible en Anglais et en Français au prix de 50 Yens. Musée du Temple ouvert tous les jours de 9h00 à 16h00. Entrée: 500 Yens (Photos interdites). Ce musée est situé à l'intérieur du Mémorial de guerre en forme de pagode.

  • TOYOKO Inn, Nagano Eki, Minamiishido1315-8, Nagano. Tel: 026 228 1045. De 5 à 20% de remise en détenant la carte de membre (gratuite). http://www.toyoko-inn.com/french/

  • Galerie Omotesando, B1F Nibankan Grande, 21 Higashi-gocho, Nagano. Tel: 026 217 7661. http://omotesando-nagano.com/

     

    Exposition des poupées jusqu'au 3 février 2013. La galerie est ouverte de 10h00 à 18h00 tous les jours. Entrée libre. Vous pouvez contacter Keiko Arai au 026 221 8837.








 



Retour aux reportages par pays