Revoir le globe
Top


Les Restes du Château de Nakijin (Okinawa, Préfecture d'Okinawa, Japon)
23 images disponibles
Heure locale

Mardi 28 janvier 2014

Je vous emmène maintenant à la découverte des restes de l'ancien château de Nakijin. Le village de Nakijin se trouve dans la partie nord d'Okinawa et occupe le nord-est de la péninsule de Motobu. Avec ses 9600 âmes, le village possède aussi le port d'Unten-ko (à l'est) et les ruines du château (à l'ouest). Ce sont ces villageois qui sont les héros de l'histoire de ce village et de son château. Il y a environ 600 à 700 ans, l'île principale d'Okinawa était divisée en trois régions : Hoku-zan (Royaume du nord), Chu-zan (Royaume du centre) et Nan-zan (Royaume du sud). Le Château de Nakijin était la résidence du roi de Hoku-zan. Ce château, dont les propriétés s'étendent sur 8 hectares, serait apparu à la création du royaume et plusieurs rois y auraient vécu, comme les rois Hanji, Min, ou Han'anji. La forteresse de Nakijin abritait à l'époque plusieurs bosquets sacrés, appelés Utaki, reflétant l'importance de cette forteresse en tant que centre religieux. Sous le règne du roi Han'anji, Sho-Hashi, le roi du Royaume du centre, envahit les deux autres royaumes avec l'intention de créer un seul et même royaume sur toute l'île. La rébellion du royaume de Hoku-zan fut si terrible que Sho-Hashi dut nommer un représentant, un gouverneur en poste permanent à Nakijin. Ce gouvernorat se poursuivra jusqu'en 1655.


 

On mentionna pour la première fois le nom de Nakijin dans un livre de géographie coréen datant du XV è siècle. Mais ce nom de Nakijin ne sera couramment utilisé qu'à partir du XVII è siècle. Le château, situé sur un promontoire rocheux faisant face à la Mer méridionale de Chine, est situé dans la péninsule de Motobu. Il est séparé du massif principal de Motobu à l'est , par une importante dépression dans une gorge avec, au fond, un ruisseau. Autrefois, un petit port desservait ce même château.

Sur place, des fouilles importantes eurent lieu dans les années 1980, et mirent à jour la partie principale de la forteresse. Mais ce sont vingt ruines différentes datant des XII è – XVI è siècles qui furent retrouvées dans la région, mettant à jour de la vaisselle moyenâgeuse, comme des porcelaines blanches, des céramiques, mais aussi des pièces de monnaie chinoises, des outils en fer (probablement venus de l'archipel principal du Japon) et des poteries. Autrefois, le magiri de Nakijin était le district administratif de cette région. Il subira des changements jusqu'en 1736, époque à laquelle il prendra sa taille définitive. La ville de Motobu fera partie de ce magiri jusqu'en 1666.


 

La résidence royale était localisée dans la partie haute et la plus interne du complexe, entourée d'un petit jardin possédant une source. Trois sanctuaires étaient situés sur le point le plus élevé au bord d'un précipice. Les résidences de certains vassaux se trouvaient quant à elles dans un zone plus extérieure et à une altitude un peu inférieure. Au même endroit, étaient aussi installées des bâtiments administratifs. La maçonnerie des murs était solide mais assez grossière. La pierre utilisée était du calcaire, et les pierres de différentes tailles, étaient ajustées avec plus ou moins de précision. On peut encore admirer un mur de 1500 mètres bâti à l'aide de ces pierres (ci-dessous)


 

Le Château de Nakijin vécut trois générations de gouverneurs avant d'être attaqué puis détruit par l'armée du Royaume de Chu-zan, en 1416. Mais les seigneurs de Hoku-zan, bien que sous la tutelle du roi de Shuri, continueront de vivre sur les lieux plusieurs siècles durant.

Les fouilles des années 1980 permirent de découvrir que ce château avait été probablement érigé au XIII è ou XIV è siècle, d'après des techniques de construction chinoises. Au commencement, on creusa des trous pour y planter de simples poteaux de bois. La pierre n'était pas encore utilisée au XIII è siècle. De cette époque, on mit à jour des porcelaines et des poteries chinoises. Au milieu du XIV è siècle, on érigea la forteresse en elle-même, c'est à dire le château, le palais du roi, les bâtiments attenants et les murailles de pierre. De la fin XIV è au début du XV è siècle, les échanges commerciaux avec la Chine s'intensifièrent. Cette période correspond aux règnes des rois Naniji, Min et Han'anji. De la première partie du XV è siècle à la fin du XVII è siècle, on assiste à la confiscation du Royaume de Hoku-zan par le Royaume de Chu-zan. Et un gouverneur est mis en place au château de Nakijin. En plus des restes de porcelaines et de poteries, on retrouve aussi de cette époque des objets provenant de Thaïlande et du Vietnam.


 

Des fouilles furent aussi entreprise dans le Shigema, c'est à dire l'endroit où le roi et sa famille vivait. On y découvrit des armes, des jouets, du riz et du blé carbonisés, mais aussi des restes de porcelaines et de poteries. Une pierre commémorative porte un poème de Shigema Utudaru, dont voici l'histoire : au sud de la forteresse se trouvait le village de Shigema. Là, résidait une femme aux cheveux noirs, d'une telle beauté que tous les gens du Royaume en parlaient et avaient fini par la surnommer déesse de Nakijin. Elle devint bientôt la concubine du roi Sanhoku. Et coula au château des jours paisibles. Mais le roi vieillissait et s'inquiétait de ne pas avoir encore d'héritier. La reine et Shigema Utudaru se mirent alors à prier très fort pour obtenir un fils, et leur demande fut exaucée. Le poème sur cette pierre fait un parallèle entre cet heureux événement et un oranger du parc qui donne des oranges quelque soit la saison.


 

La cour Umiya aurait joué un rôle similaire à celle du château de Shuri à Naha. C'est là que se tenaient les réunions politiques et les cérémonies religieuses. Une fois en haut des marches de Shichi-go, on pouvait observer cette cour avec en face le Seiden, puis à droite le Nanden (au sud), et à gauche le Hokuden (au nord). Des traces des fondations du Hokuden sont d'ailleurs toujours visibles. La photo ci-dessus montre le rite annuel, Gusuku-Uimi, qui a lieu chaque année au mois d'août du calendrier lunaire. Lors de cette cérémonie, la prêtresse de Nakijin Noro conduit le cérémonial et offre aux dieux des prières pour la sauvegarde du village, la prospérité de la descendance et le bonheur du peuple.

A l'intérieur de l'ancien château se trouvent deux Ibe, des lieux considérés comme sacrés. Les archives nous parlent du Soitsugi (au nord-ouest de la cour Umiya). Cet endroit est, avec Tenchiji-Amachiji, et le site Kami-Hasagi le lieu le plus sacré. Le point le plus élevé sur la face nord du site de Hokuden, appelé Ochimaru, était le lieu de résidence des dames de la cour. On y trouvait aussi un Ibe (lieu sacré). De l'Ochimaru, la vue est grandiose : on peut distinguer les montagnes de Kunigami, les îles d'Iyeha et d'Izena et on prétend même que, par beau temps, on peut apercevoir le Comté d'Oshima (Préfecture de Kagoshima, Kyushu).


 

On tomba lors des fouilles , sur une carte des Ryukyus, datant du XV è siècle et tiré d'un livre de géographie coréen. Elle fut réalisée en 1471 en Corée. On y parle du château de Shuri en tant que « capitale des Ryukyu » et Nakijin est décrit comme la forteresse « Imakijiri ». Unten-ko est aussi mentionné comme port important et l'île de Kori-jima est prétendue déserte. Quatorze lettres de nominations furent aussi découvertes dans l'ancien château : elles décrivent les tâches des officiels et des noros (les femmes chargées des cérémonies religieuses).

Un autre monument, le San-Hoku Kanshu, en photo ci-dessus, fut érigé en mémoire des gouverneurs qui surent maintenir la paix au château de Nakijin. On peut y voir, gravée, l'histoire des gouverneurs.

Les archives nous apprennent qu'en 1609, le clan Satsuma (clan influent dans le sud du Japon) envoya des troupes armées de fusils au Royaume des Ryukyus. Et brûla le château de Nakijin, impactant durablement l'histoire du royaume.

Un musée, situé au centre culturel du village de Nakijin, offre au visiteur une page d'histoire détaillée sur le château. Je n'aurai malheureusement pas le temps d'y faire un tour. Mais cette promenade dans les ruines de l'ancien château de Nakijin me laissera un souvenir mémorable, après avoir parcouru notamment l'allée empierrée conduisant à la porte Heirojo, sous les cerisiers en fleurs (ci-dessous). Nakijin est en effet le premier endroit au Japon à célébrer le sakura (cerisiers en fleurs). A visiter absolument !


 

 

INFOS PRATIQUES :


  • Restes du Château de Nakijin, 5101 Imadomari, Nakijin. Tel : 098 56 4400. Site internet : http://nakijinjo.jp/english/index.html

  • Centre culturel et musée du village de Nakijin, 5110 Imadomari, Nakijin. Tel : 098 56 5767. Ouvert de 8h00 à 18h00 (de janvier à avril, de septembre à décembre) et de 8h00 à 19h00 (de mai à août). Entrée: 400 yens ( valable pour toutes les activités). Site internet : http://rekibun.jp/

  • Cette visite fait partie de l'excursion consacrée à l'ouest d'Okinawa (coût : 5400 yens, buffet inclus). Départ de l'excursion à 8h45 et retour à 18h30. Accès WiFi gratuit à l'agence.

    Okinawa Bus Tour (excursions) (en japonais) : http://okinawabus.com/

    Izumizaki 1-10-16, Naha-shi ( à deux minutes de marche du terminal de bus de Naha), Naha. Tel : 098 861 0083. On parle anglais à l'accueil. Mèl : kankou@okinawabus.com

     












 



Retour aux reportages par pays