Revoir le globe
Top


Tokaïdo, la Route de la Mer de l'Est- Hakone (Préfecture de Kanagawa, Japon)
Heure locale


Mercredi 25 février 2015

 

Dixième station du Tokaïdo, Hakone est un bourg de la Préfecture de Kanagawa. Depuis Tokyo, il est très facile de s'y rendre à partir de la gare de Shinjuku. Cet endroit fait même partie des destinations favorites des Tokyoites. J'y suis allé plusieurs fois car il y a toujours quelque chose à découvrir sur place. Hakone prit de l'importance au XVIIè siècle avec la création de la route de la mer de l'est et sa station occupa une place importante à l'époque. Les onsen (bains chauds) faisaient déjà partie des attractions locales, en contribuant au repos des voyageurs. Ces derniers avaient bien besoin de se reposer après avoir cheminé à travers le relief accidenté et les profondes vallées des environs. Un poste de contrôle (première photo ci-dessous) avait d'ailleurs été instauré par le gouvernement à Hakone, pour contrôler ce difficile point de passage stratégique, qui se situait entre MotoHakone et Hakone. La bourgade est assise sur un volcan datant de trois mille ans environ. C'est autour de ce volcan que se formèrent, à la même époque, le lac Ashi, puis les lits des rivières Haya-kawa et Sukumo-gawa. On aperçoit, non loin de là, les monts Kami et Komagatake. La région est très jolie et constitue l'endroit idéal où se rendre pour profiter d'un peu de fraicheur durant la période estivale.


 

Depuis Tokyo, je connais deux moyens de me rendre à Hakone: Le train omnibus (environ deux heures) et le Romance Car (85 minutes), plus confortable. Le Hakone Free Pass sert à la fois de billet de train et de laissez-passer pour certaines attractions visitées sur place. Les autres lieux touristiques vous accordent généralement une remise sur le droit d'entrée à condition de présenter ce pass. Un petit supplément (870 yens) est par contre nécessaire afin d'accéder au train Romance Car. Ce train appartient à la compagnie ferroviaire Odakyu et sa cabine de pilotage est souvent située au-dessus de la voiture de tête, afin d'offrir aux passagers privilégiés se trouvant dans celle-ci, le meilleur panorama possible. Le train touristique de luxe traverse la banlieue de Tokyo, puis Odawara avant d'atteindre la gare d'Hakone Yumoto une heure trente plus tard, petite ville perchée dans la montagne et parcourue par des sources d'eau chaude (onsen). La région abrite le parc national de Fuji-Hakone Izu. Outre les onsen, on trouve dans ce superbe endroit le sanctuaire d'Hakone.

Pour se rendre au sanctuaire, il faut rejoindre MotoHakone, une petite ville située dans la même circonscription ,nichée au bord du lac Ashi. Plusieurs lignes d'autobus sont disponibles dans la région et acceptent le Hakone Free Pass. Vous ne trouverez pas d'indication en anglais sur place, et il vous faudra au besoin demander votre chemin, sinon longer le lac, jusqu'à atteindre un grand torii rouge (grande porte) donnant l'impression de flotter sur la berge (ci-dessous). Ce monument marque l'entrée du sanctuaire par le lac (on peut aussi y accéder au sanctuaire par l'intérieur). Ce torii, rebaptisé aussi torii de la paix, rappelle l'histoire du traité de paix de San Francisco qui fut signé en 1951 par le Japon, en la personne de Shigeru Yoshida, alors ministre. En octobre 1964, le sanctuaire d'Hakone tint un service solennel en faveur de la paix dans le monde, et à l'occasion du 1200 ème anniversaire du sanctuaire. C'est alors que Shigeru Yoshida calligraphia deux idéogrammes sur un papier spécial, l'un représentant la paix et l'autre l'amitié. Un long chemin ombragé , bordé de vieux cèdres, conduit au sanctuaire d'Hakone dont le premier dieu (kami) est Ninigi no Mikoto. Dans la mythologie japonaise, il est le fils de d'Ame no Oshihomimi no Mikoto et petit fils d'Amaterasu, la déesse du Soleil. Il était aussi le grand père de l'Empereur Jimmu. Le grand livre Nihon Shoki parle de Ninigi no Mikoto.


 

L'autre dieu important du sanctuaire d'Hakone s'appelle Konohanasayuka-hime. Dans la mythologie, ce dieu représente la fleur symbole de la Princesse ainsi que la délicatesse de la vie. C'est la fille du dieu de la montagne Ohoyamatsumi, représentée par la floraison des cerisiers (Sakura). Elle est aussi l'épouse de Ninigi qu'elle rencontra au bord du lac. Elle en tomba immédiatement amoureux et Ninigi alla voir son père pour demander la main de Konohana (la fleur du lac) , également princesse du Mont Fuji. Le père lui proposa alors sa fille ainée, Iwa Naga, la princesse de pierre. Mais c'est Kono hana que Ninigi voulait épouser et le père accepta à contre cœur. A cause de son refus d'épouser Iwa Naga, la princesse de pierre, les êtres humains ont depuis une existence éphémère, tout comme les fleurs de cerisiers, au lieu d'être éternels comme le sont les pierres. En une nuit, la princesse Ko no Hana devint enceinte, jetant le doute chez Ninigi qui craignit qu'elle ne fut enceinte d'un autre dieu. Furieuse de ces soupçons, Ko no Hana partit alors se réfugier dans une cabane et donna bientôt naissance à trois fils: Hoderi, Hosuseri et Hoori.

Le troisième dieu est Hoori no Mikoto. Troisième fils de ninigi et Ko no Hana, il est l'un des ancêtres des empereurs japonais. Connu aussi sous le nom de Hohodemi, on l'appelle également Yamasashihiko (Prince de la montagne fortunée). Le Nihon Shoki (le grand livre) relate cette légende: Hoori, alors chasseur, se disputa avec son frère Hoderi, pêcheur pour une histoire d'hameçon. Alors qu' Hoori plongeait pour repêcher l'hameçon égaré, il tomba sur la Princesse Toyotama , fille du Dieu de la mer Ryujin. Ryujin aida Hoori à retrouver l'hameçon et hoori épousera ensuite sa fille. Le nouveau couple vécut dans un palais sous la mer durant trois années jusqu'à ce qu'Hoori tombe malade et décide de regagner son pays. Son frère, Hoderi , lui a depuis pardonné et la princesse Toyotama a donné un fils à Hoori, du nom de Ugayafukiaezu. A la naissance de celui-ci, la princesse Toyotama avait obtenu d 'Hoori qu'il ne cherche jamais à découvrir le véritable visage de son épouse. Mais il ne tint pas parole et découvrit alors que son épouse était un dragon (wani). Honteuse, la princesse s'enfuit chez son père pour ne jamais revenir. Quant à Ugayafukiaezu, il épousa la sœur de la princesse Toyotama. Le couple donnera naissance à Jimmu, connu comme le premier empereur du Japon. Hoori régna ainsi pendant 560 ans à Takachiko (Province de Hyuga). Le culte d'Hoori est souvent associé à ses deux parents et à son épouse. C'est le dieu des céréales et du grain , suggérant des récoltes (de riz) nombreuses et abondantes. Ces trois dieux du sanctuaire d'Hakone sont surnommés Hakone Gongen. A l'intérieur du sanctuaire, se trouvent d'autres sanctuaires annexes, plus petits, dédiés à d'autres dieux.

La date de la fondation du sanctuaire d'Hakone reste inconnue mais doit être fort ancienne car on n'en retrouve aucune trace dans les documents anciens. La tradition prétend qu'il a été érigé sous la règne de l'empereur Kosho , par l'ermite yamabushi, connu aussi sous le nom de moine Mangan, du Mont Komagatake, puis transféré à son emplacement actuel en l'an 757. Sous la période Heian, le sanctuaire était florissant et l'on dit même que Minamoto no Yoritomo, premier shogun de Kamakura, y aurait trouvé refuge lors de la guerre de Gempei. Le sanctuaire, compte tenu de son rôle dans la création du shogunat de Kamakura, fut soutenu par les classes de samouraïs durant la période Sengoku. Il sera cependant incendié par Toyotomi Hideyoshi lors de la bataille d'Odawara. Il fut reconstruit par Tokugawa Ieyasu qui lui attribua 200 koku (1 koku correspond à la quantité de riz nécessaire pour nourrir une personne pendant une année) de rente. Les générations successives de shoguns de Tokugawa supportèrent le sanctuaire. Après la restauration Meiji, en 1875, le sanctuaire d'Hakone fut élevé au rang de Kokuhei Shosha (classement moderne des sanctuaires shinto).

On trouve sur place un petit musée (malheureusement uniquement en japonais) qui offre au public de découvrir les trésors du sanctuaire , dont cinq objets classés comme biens culturels importants du Japon.


 

Située à 725 mètres d'altitude, Hakone est la plus haute station du Tokaïdo, et aussi celle qui fut la plus difficile à entretenir pour les bakufu (shogunats). Hakone-juku fut établie en 1618 dans une petite zone située entre le col d'Hakone, tout près du lac Ashi et le point de contrôle d'Hakone. L'étape d'origine était tournée sur la face donnant vers Edo (par rapport au poste de contrôle), mais les habitants refuseront de bâtir une auberge (honjin) de ce côté. On l'installera donc sur l'autre bord (donnant vers Kyoto) ce qui donna naissance à une nouvelle station qui fixa bientôt des habitants des stations voisines (Odawara et Mishima). Le chemin d'Hakone, peint ici par Hiroshige, est situé entre l'auberge Odawara et l'auberge Mishima, et constitue la partie la plus difficile et la plus dangereuse du trajet. Les voyageurs étaient en effet contraints de traverser de profondes vallées et d'escalader des cols très escarpés. La région, ancienne caldeira volcanique, est plutôt inhospitalière. En haut de la passe, se trouvait un poste de péage étroitement surveillé par la police shogunale, police armée jusqu'aux dents qui se livrait à des contrôles pénibles sur les voyageurs, ce qui accentuait encore plus la difficulté de cette portion du voyage. Au fond, on distingue le Mont Fuji. Cette estampe est sans aucun doute la plus expressive de la série des 53 étapes de la route du Tokaïdo. Contrastant avec l'intensité des couleurs, le lac, situé en contrebas, parvient à susciter une impression de sérénité.

 

INFOS PRATIQUES :

  • Site internet sur Hakone : http://www.hakone.or.jp/

  • Site officiel de la ville d'Hakone : http://www.town.hakone.kanagawa.jp/

  • Hakone Town Tourist Association, 256 Yumoto, Hakone Town. Tel: 0460 85 7410.

  • Sanctuaire d'Hakone: Musée situé à l'intérieur du sanctuaire. Tel: 0460 83 7123. Site internet : http://hakonejinja.or.jp/











Retour aux reportages par pays