Revoir le globe
Top


La Namsan Seoul Tower (Séoul, Corée du Sud)
24 images disponibles
Heure locale


Mercredi 26 octobre 2016

 

Cela fait quelques années que je ne suis pas retourné à Séoul (Corée du Sud), l'occasion pour moi, cette fois, de vous emmener à la découverte de la N Seoul Tower (en photo ci-dessous) ainsi surnommée depuis 2005. Officiellement, la célèbre tour porte le nom de YTN Seoul Tower mais ici, les Coréens l'appellent plus familièrement la Tour de Namsan (N comme Namsan, la colline sur laquelle la tour a été construite), qui s'élève sur un mont élevé de 262 mètres et situé à Séoul même, endroit de détente par excellence pour les habitants de la capitale.


Namsan signifie en réalité Montagne du sud et porta autrefois le nom de Mongmyeoksan car j'apprendrai, au cours de ma visite, que Séoul est entourée de quatre montagnes correspondant aux quatre points cardinaux. On y vient désormais seul, ou en famille, pour pique-niquer, faire de la randonnée ou admirer la ville depuis son sommet. Le parc Namsan sert en effet de lieu d'évasion aux nombreux habitants de Séoul qui viennent ici pour se ressourcer. On y trouve aussi des tours de feu (ci-dessous en photo) qui firent longtemps partie intégrante d'un système de surveillance de Séoul, jusqu'en 1985. Une cérémonie du feu a d'ailleurs lieu quotidiennement avec des hommes en apparat, appelée Namsan Bongsudae (bong signifiant torche et su, fumée). Cette cérémonie représente l'allumage de torches qui avait lieu autrefois à des fins militaires pour envoyer des messages urgents d'une colline à l'autre, à l'aide de la fumée dégagée par ces mêmes torches. Le système était codifié ainsi : un signal était émis en temps normal, deux signaux étaient envoyés quand un ennemi était repéré, trois signaux, lorsque cet ennemi approchait de la frontière, quatre signaux lorsque l'ennemi franchissait la frontière et cinq signaux lorsqu'une attaque éclatait. Ces cheminées de feu étaient performantes car leurs signaux pouvaient, dit-on, être observés dans tout le pays. Doit-on aussi rappeler que le mont Namsan abrita aussi un sanctuaire Shinto Chosen Jingu, entre 1925 et 1945. Je m'engage dans le parc Namsan sur les conseils d'habitants qui m'indiquent le chemin. Ce matin, beaucoup de Coréens sont venus courir, marcher, ou tout simplement s'asseoir sur un banc pour admirer les couleurs de l'automne. Ce que j'ignore encore, je l'apprendrai bientôt grâce à HeungJe, un habitant de Séoul qui va très gentiment me proposer de me servir de guide pour ma sortie : il y a deux moyens de rejoindre la tour Seoul de Namsan, marcher trois kilomètres de plus, ou bien rebrousser le chemin déjà parcouru (soit un kilomètre) puis emprunter le téléphérique (moins fatiguant et plus rapide) ou grimper à la tour par un chemin avec des escaliers. Je choisis cette dernière option car cela me permettra de mieux observer le parc. Une enquête de 2011 plaçait le Mont Namsan parmi les plus beaux endroits scéniques de la capitale coréenne pour 63% des habitants. A plusieurs reprises, la télévision SBS (Seoul Broadcasting System) prit la fontaine et le parc de l'endroit comme décor naturel pendant le tournage de son film « Lovers in Paris ». Notons enfin que le Mont Namsan figure dans l'hymne national coréen. Tout un symbole.

Outre le parc Namsan, les visiteurs pourront se rendre au village Namsan Hanok, qui fut créé en 1990, sur des terrains abandonnés de longue date et réhabilités pour l'occasion. On trouve maintenant sur place des jardins et des maisons traditionnelles de type Hanok. Ce village étant à l'opposé de notre itinéraire, je ne m'y rendrai pas cette fois.


Le meilleur moyen de se rendre au Mont Namsan et à la Tour de Séoul N, en tout cas le moins éprouvant et le plus rapide est sans doute d'emprunter le téléphérique de Namsan (ci-dessous en photo). Construit en 1962, celui-ci opère de Hoehyeon-dong (près de la station de métro deMyung-Dong) à Yejang-Dong (près du sommet du Mont Namsan) et reste le premier transport ouvert au public de ce type en Corée du Sud. Le téléphérique possède un câble de 605 mètres et parcourt le trajet en l'espace de trois minutes environ, transportant jusqu'à 48 personnes à la fois, dont des personnes à mobilité réduite pour lesquelles il a été prévu un accès facilité. Une fois arrivé à la station téléphérique du mont Namsan, les visiteurs n'ont plus que quelques dizaines de mètres à parcourir avant d'atteindre la première attraction du site. HeungJe et moi nous arrêtons notamment devant des amas de cadenas d'amour symbolisant la liaison indéfectible de centaines de couples qui ont ainsi matérialisé leur lien par des cadenas de couleur (ci-dessous, deuxième photo), exposés au pied des cheminées de feu. De ce promontoire, on peut déjà prendre des photos sur le paysage environnant.

Revenons à présent à la Tour N Seoul Tower : Celle-ci, d'une hauteur de 236 mètres, fut érigée en 1971. Elle abrite en son sommet les émetteurs des principaux médias locaux comme KBS, MBC ou SBS. Et reste à ce jour la première station émettrice coréenne. Sa construction, qui débuta en 1969 s'éleva à 2,5 millions de dollars américains. Son troisième étage accueillait alors un pont d'observation, un musée, et une boutique de souvenirs avant que des travaux n'installent de nouvelles attractions pour un accès plus large du public. Au pied de la tour se trouve une place sur laquelle se dresse un pavillon d'inspiration chinoise (deuxième photo) où de nombreux visiteurs viennent prendre quelque repos, avant de repartir de plus belle. A deux pas de là, outre la cérémonie des tours de feu, se tient aussi régulièrement un autre spectacle, le carillonnement des cloches : cette cérémonie, appelée Bosingak, tient son nom du roi Gojong qui le lui attribua en 1895. Installée en 1468 au temple bouddhiste Wongaksa, la cloche Bosingak y restera jusqu'à la destruction du temple, avant d'être installée à Bosingak, à Gwancheol-dong, à Séoul pour sonner l'ouverture et la fermeture des quatre grandes portes et des quatre petites portes toutes les heures, tintant à 33 reprises à 4 heures du matin et à 28 reprises à 22h00. Cette cloche est désormais visible au musée national de la Corée, et la cloche qui officie au pied de notre tour est une réplique de la première, fondue en 1985 grâce au produit de dons divers. Un moment d'histoire locale est ainsi offert aux visiteurs, en souvenir des anciennes traditions.


Des milliers de touristes débarquent ainsi chaque année, tout spécialement la nuit tombée, afin de profiter des illuminations remarquables de la tour (ci-dessous). Et beaucoup de photographes d'admirer les alentours et de prendre des clichés. On estime chaque année à 8,5 millions le nombre de visiteurs venant découvrir non seulement la tour elle-même mais également les différentes attractions. La tour est divisée en plusieurs parties (N Lobby, N Plaza et N Tower). Le rez-de-chaussée de la N Tower est surnommé N Lobby et abrite l'entrée du pont d'observation, un bureau d'information, un café, un théâtre pour enfants et une crèche. Le N Plaza comporte deux niveaux et propose des restaurants, un petit jardin, une pelouse avec terrasse, un photographe et une boutique de souvenirs. Enfin, le N Tower comporte quatre étages et abrite quatre ponts d'observation, un restaurant tournant sur lui-même en 48 minutes, ainsi que d'autres points de restauration et des boutiques de souvenirs.


C'est en 2008 que fut inauguré le musée Teddy Bear avec son arbre de Noël de sept mètres de haut, constitué de 300 ours en peluche pour l'occasion. On pouvait ainsi tout apprendre de l'existence passée, actuelle et...future, de ces ours Teddy Bear à Séoul il y a encore trois ans (dont on retrouve d'ailleurs l'effigie dans bien d'autres quartiers de la capitale sud-coréenne), mais ce musée, désormais fermé, a laissé place à la célèbre Hello Kitty, si prisée de nos amis nippons ! Outre les cadenas, symboles de l'amour éternel qui sont souvent montrés sur les chaines TV, on peut également trouver un mur de la mémoire (Memorial Wall) qui porte les vœux de réussite et les souhaits des uns et des autres. Je ne l'ai pas croisé mais il semblerait qu'il existe enfin au même étage un bassin des vœux, où l'on jette des pièces dans l'espoir de voir son souhait se réaliser. En fait, les fameuses pièces sont récupérées puis offertes pour la création d'écoles en Chine et en Asie du sud-est. Le cinquième étage accueille pour sa part un observatoire qui fut rénové en 2011, et offre désormais un panorama des alentours sur 360° et l'histoire de la Corée sur 36 écran LCD. Et si vous êtes Français (ou pas), rendez-vous à ce même étage où un restaurant français vous attend (N Grill).

L'illumination de la Tour N Tower vaut vraiment la peine. Et dure du coucher du soleil jusqu'à 23h00 (ou 22h00 en hiver). La lumière est produite à partir des technologies LED les plus récentes et permet d'offrir différentes mises en scène lumineuses aux nombreux spectateurs. Pensez-y lors de votre prochain passage à Séoul ...

INFOS PRATIQUES :

  • Téléphérique de Namsan de Séoul. Tél:02 753 2403 et 02 757 1308. Opère tous les jours de 10h00 à 23h00, depuis Myung-Dong (empruntez une navette de transfert gratuite depuis Sogong-Ro (situé entre Toegyz-Ro et Namsan 3-tunnel), près des stations de métro Myung-Dond et Hoehyung. Billet A/R: 8500 won, aller simple: 6000 won : http://www.cablecar.co.kr/
  • Tour N Seoul, 105 Namsangongwon-gil, Yongsan-hu, à Séoul. Tél:+82 2 3455 9277. Observatoire accessible tous les jours de 10h00 à 23h00. Tarif observatoire : 10000 won. Site internet : http://www.nseoultower.co.kr/eng/

  • Métro de Séoul : https://www.seoulmetro.co.kr/eng/












Retour aux reportages par pays