Revoir le globe
Top


Villages de Provence - Cucuron (Vaucluse, France)
Heure locale

Mardi 20 décembre 2011

 

Ouf, j'ai enfin réussi à faire les photos de Cucuron, ce petit village situé au coeur du Parc Naturel Régional du Luberon, avec ses remparts, ses tours portes, son beffroi et son donjon. Je me lève tôt ce matin et m'emmitoufle car il fait très froid en cette période de l'année. Le village dort encore et je pars me promener dans les rues, appareil-photos en bandoulière. Je monte au pied de la Tour de Sus-Pous (photo ci-dessous). Cette tour appartenait à la troisième enceinte de remparts. Bâtie au sommet d'un mamelon, elle faisait partie de la Citadelle au moment des guerres de la ligue au XVIè siècle. Des générations jeunes cucuronais ont usé leur fond de culotte sur les pentes abruptes de cette glissade (resquiau). Depuis le pied de cette tour, on peut profiter d'une vue superbe sur tout le village (deuxième photo).


 

Cucuron compte environ 2000 habitants et bénéficie de 300 jours de soleil chaque année. Il n'empêche que la région offre un climat extrêmement contrasté: Très chaud l'été et très froid l'hiver. Le nom de Cucuron doit son origine au lieu géographique du lieu, c'est à dire la présence des deux mamelons sur lesquels le village est construit. On releva la présence de grosses exploitations agricoles dès l'époque romaine mais le village de Cucuron que l'on connait aujourd'hui date de 1004. Et il était alors situé sur la colline Saint Michel, appelée « Castrum ». La côte est rude mais que la vue est belle à son sommet! Je monte un large escalier de pierres afin d'atteindre le Donjon Saint Michel (photo ci-dessous). Abandonné vers le milieu du XVIIè siècle, cet édifice tomba progressivement en ruines. Il ne reste désormais qu'une tour tronquée appelée Donjon Saint Michel, qui fut classée monument historique en 1921. Ce bâtiment rectangulaire est flanqué d'une tour d'escalier qui fut ajoutée fin XVIè siècle. Elle porte encore les traces de nombreux remaniements. On y pénètre par une porte à linteau orné d'une accolade et un escalier à vis permet l'accès à l'étage où se trouve une salle voûtée dans le sens de la longueur qui accueille toujours des expositions temporaires. Le deuxième étage permet d'accéder à une terrasse fermée au public.

Au XIIIè siècle, le village de Cucuron s'agrandit et s'étend hors des remparts protecteurs (photo). Surnommés « barris » en provençal, ces remparts furent construits à des époques différentes. La première enceinte entourait le mamelon de Saint Michel sur lequel se trouvait le château seigneurial. Elle date du XI ème siècle mais il n'en existe plus aucune trace de nos jours. La deuxième enceinte date des XIIè et XIIIè siècles et supporte encore les quartiers de Mourre Frès au nord et Cousto Caudo au sud. La troisième enceinte fut construite lors de la période précédant les guerres de religion et est la mieux conservée. Elle comporte le portail de l'Etang , le portail de Ginous et la Tour de Sus-Pous.

Le premier portail fait référence à un bassin: Le bassin de l'Etang (photo ci-dessous). A l'origine, c'était une mare alimentée par des sources du Luberon dont l'eau faisait tourner des moulins à farine. Au début du XIXè siècle, elle fut aménagé en bassin tel que je peux le découvrir aujourd'hui. Les grands platanes qui l'entourent sont très appréciés surtout l'été à cause de leur ombrage et ils furent plantés à la même époque. Cet arbre est emblématique de Cucuron et on le retrouve partout dans le village (deuxième photo). L'Etang deviendra ainsi un lieu de fêtes et de rassemblements.

Je vous parlais des moulins à farine mais il y avait aussi un moulin à huile, le vieux moulin de Cucuron. Il faut se souvenir que Cucuron est une terre de production oléicole et le vieux moulin témoigne d'un riche passé. Situé dans la rue de l'église, il se visite librement et permet de découvrir des pièces d'antiquité et des tableaux ( l'endroit sert aujourd'hui de galerie de peintures). On débouche soudain sur une cour intérieure , on traverse un passage et à l'intérieur d'une grotte qui doit se trouver sous les remparts du village, on découvre un très ancien moulin à huile.


C'est à l' époque de l'agrandissement du village , au XIIIè siècle, que l'église Notre Dame de Beaulieu (photo ci-dessous) devint église paroissiale. Autrefois, l'église Saint Michel, qui datait de 1292 était devenue trop petite. Il fallut donc ériger un nouveau lieu de culte, plus vaste dans un quartier à la fois proche et peu construit. On choisit le quartier de Pous (proche de la Tour du même nom) situé sur une hauteur de 200 mètres à l'est de la ville fortifiée. On pense qu'elle fut conçue, commandée et financée par la communauté de Cucuron qui était gérée par les consuls. L'existence de cette église remonte à 1292 sous le nom de Notre Dame de Pous puis en 1348 sous celui de Notre Dame de Beaulieu. L'édifice est composé de différentes parties de styles différents qui sont venus s'ajouter les uns aux autres au cours des âges. Son noyau primitif est constitué par les trois premières travées de la nef, et les voûtes en berceau brisé sur doubleaux de style roman provençal. La quatrième travée est d'un style différent et est couverte d'une croisée d'ogives . Les deux chapelles qui l'encadrent et le coeur pentagonal furent rajoutés à la nef romane au milieu du XIVè siècle. La paroisse sera définitivement transférée en 1541. En 1587, le conseil communal fit bâtir une tour-clocher sur la façade.

A ne pas oublier: La Chapelle de l'Ermitage, située sur un contrefort du Luberon au-dessus du village. Il fut d'abord un simple lieu de pélerinage puis une confrérie y fit construire un ermitage au début du XVIIè siècle.


 

Une autre curiosité de Cucuron réside dans les lavoirs et les fontaines. Ces dernières sont nombreuses dans le village (photo) et représentent un lieu de rendez-vous pour toutes les femmes de Cucuron jusqu'à l'installation de l'eau courante en 1952. Certains lavoirs sont adossés aux remparts (deuxième photo). Les femmes s'y retrouvent et se chipotent même parfois.


Un autre lieu de renom à Cucuron: La Tour de l'horloge ou Beffroi (photo). Ce beffroi fut construit en 1541, sur une porte de la deuxième enceinte des remparts, qui avait perdu son rôle défensif après la construction de la troisième enceinte. Il est surmonté d'un campanile dont le clocheton sert de support à une croix. On pouvait autrefois distinguer sous cette croix un ornement évoquant la forme d'un insecte. Les Anciens prétendaient qu'il s'agissait d'une sorte de charançon, celui qui s'installait dans les greniers. Sa présence symbolique au sommet du clocher était sensée protéger les récoltes de céréales.


Le Mai de Sainte Tulle a lieu chaque année. Cette fête la plus traditionnelle de Cucuron se déroule le samedi qui suit le 21 mai et ses origines sont à la fois païennes et religieuses, un voeu fait par la population du village lors de la grande peste de 1720: Pour supprimer ce fléau qui avait déjà fait disparaître le tiers de la population, les habitants promirent à Sainte Tulle, la patronne de Cucuron, de lui consacrer chaque année un peuplier aussi haut que l'église.

Cucuron, ce sont aussi des maisons et des rues. De nombreux hôtels particuliers et maisons nobles témoignent de l'importance du village autrefois: L'Annonciade, ancien couvent des Pères Servites, la maison de la Reine Jeanne, la maison des Consuls, l'hôtel de Bouliers (dans lequel se trouve actuellement le musée Marc Deydier), l'hôtel Bérard du Roure ( hôtel de ville), et le château de Gabaru.

La partie médiévale du village comporte de nombreuses ruelles et places aux noms évocateurs: Rue de la Juiverie, rue du Tubet, Place de la Cabreyrade, rue de la Chapelle des filles.... ou la rue de la mer (ci-dessous).


 

 

INFOS PRATIQUES:

 


 

 

 

 












Retour aux reportages par pays