Revoir le globe
Top


Le Gosier (Guadeloupe, France)
Heure locale

Vendredi 10 août 2012

 

Je ne me rends que rarement aux Antilles. Cette fois, j'ai du déposer mon passeport pour le renouvellement de mon visa Chine et l'on m'a affecté sur un vol en partance pour la Guadeloupe. Située dans la mer des Caraïbes, cette île française se trouve à environ 6700 kilomètres de la métropole, mais seulement à 2200 kilomètres des Etats Unis. La Guadeloupe se compose de plusieurs îles dont les deux principales : la Grande Terre et la Basse Terre. Autour ce cette île « papillon », gravitent d'autres terres célèbres par leurs noms : La Désirade, Marie Galante et l'archipel des Saintes. Autant d'évocations au voyage...

La « Gwadloup » (en créole) signifie « l'île aux belles eaux » (émanation du nom karukera) et a été surnommée ainsi à cause de l'influence directe de la Vierge de Guadeloupe, sainte espagnole à laquelle Christophe Colomb croyait. En 2009, cette île comptait environ 402000 âmes. Notre arrivée sur l 'aéroport Pôle Caraïbes de Pointe à Pitre s'effectue sous les applaudissements. Ils sont comme çà les Guadeloupéens, spontanés et démonstratifs ! Nous sommes accueillis par une chaleur différente de celle que j'ai rencontrée à Séoul : Sèche et accompagnée d'un petit vent marin. Par chance, aujourd 'hui, aucun ouragan n'est prévu sur la région et j'ai prévu de me promener dans la ville de Gosier (ci-dessous), notre point étape durant cette rotation.


 

Le Gosier est une petite ville située à proximité de Pointe à Pitre, en bord de mer. Nos équipages font habituellement relâche à l'hôtel de la Vieille Tour (Groupe Accor), les pieds dans l'eau. Cet endroit est idéal pour les quelques heures de repos dont nous disposons avant notre vol retour vers la métropole. J'entreprends de partir à la découverte de cette petite cité, dès le premier jour, car il me reste encore deux bonnes heures avant le coucher du soleil. Les Gosiériens sont très accueillants et je n'éprouve aucune difficulté à trouver mon chemin. L'ambiance sur place est bon enfant, et j'aperçois très vite ce qui est l'emblème de la ville : Un pélican (ci-dessous). En effet, au XVII ème siècle, il existait dans la région un pélican appelée grand gosier du fait de l'importance de son bec et de sa poche. Cet oiseau vivant à l'époque en colonies à cet endroit, ce qui n'est malheureusement plus le cas de nos jours, on donna à la ville le nom de Gosier.


 

Située au sud de la Grande Terre, Le Gosier est intégrée à l’agglomération de Pointe à Pitre, et se situe non loin des Abymes et de Saint Anne, en bord de mer. Le soleil tropical tape encore à cette heure de la journée mais il fait bon se promener malgré les voitures qui ont la fâcheuse habitude de stationner sur les trottoirs en certains endroits. Je passe devant le parc paysager du Calvaire située sur une petite colline en face du cimetière(ci-dessous). Ce parc est surmonté d'un Christ blanc crucifié et offre aux habitués ainsi qu'aux visiteurs de passage un lieu de promenade, ombragé par endroits, agrémenté d'une jolie vue sur les alentours. Des iguanes en liberté peuvent y être observés tandis que quelques jeunes se sont regroupés à l'ombre des grands arbres. Le cimetière du Gosier, lui, se trouve juste à côté de l'église de la commune. Je suis surpris par la grandeur des tombes, qui ressemblent parfois à des résidences secondaires. Certaines d'entre elles sont caractérisées par un carrelage en damier, noir et blanc comme sur cette photo ci-dessous.


 

L'église du Gosier possède un clocher voisin du lieu de culte (ci-dessous). Ce clocher est une tour sur laquelle on a peint des scènes de la vie locale avec ses habitants et bien entendu l'incontournable pélican (deuxième photo). Ce même pélican, dont sont fiers les Gosiériens, puisqu'on en retrouve la statue à un carrefour tout proche. Un vieux monsieur qui tient une boutique de souvenirs et à qui je demande mon chemin me conseille de poursuivre tout droit pour apercevoir de vieilles cases traditionnelles. Je m’exécute et découvre, ici et là, quelques-unes de ces habitations traditionnelles. Cette case créole fait partie intégrante de l'univers de vie des créoles, et prend des formes différentes selon l'endroit où on se trouve. Elle est souvent construite avec des morceaux de bois de la forêt tropicale, d'une longueur de 4 mètres en prenant soin de ne pas laisser de chutes. On construit la case , si possible , en choisissant une orientation vers l'est, dans la direction du soleil levant. On gardera ainsi la maison ensoleillée le plus longtemps possible. Les cases situées en altitude ont un plafond bas, permettant de réchauffer l'intérieur. Le toit est disposé en quatre versants pour permettre à l'air de mieux circuler. Des bidons d'huile et des tôles sont utilisés pour ce toit et même pour construire les murs. On chauffe des coraux afin d'obtenir la chaux dont on enduira ces derniers. En guise de décoration, un lambrequin, acier plié dans lequel on dessine des motifs originaux est utilisé pour la décoration de certaines cases créoles. Il sert à réduire le débit de l'eau provenant du toit en cas de forte pluie, évitant ainsi de raviner la terre du sol. On plante souvent des géraniums, du jasmin, de l'Ylang Ylang ou de la citronnelle devant ou autour de la case. Ces plantes servent de diffuseur de parfum naturel mais éloignent également les moustiques.


 

Sur un panneau indicateur, je lis « Musée des Costumes et de la tradition ». Il est 16h30, mais ai-je encore le temps d'y aller ? Ce musée se situe à Périnette, à la sortie de la ville, mais à une bonne encablure du centre.La galerie royale présente les modes d'habillements des rois et des reines dans des régions et à des époques différentes. La première salle offre d'admirer les Amérindiens, Christophe Colomb, les souverains de l'époque, la mode de l'époque de l'Empire, la tenue militaire d'alors, les madras, le linge de corps, ainsi que des broderies diverses. Dans la deuxième salle, on peut observer différentes scènes : Salle d'école su début du XX ème siècle, des jeux et des jouets d'autrefois, des personnages ayant marqué la société antillaise, des robes à corps, de l'artisanat, des coiffes et des chapeaux...On découvre aussi la case d'Olympe, ses activités et ses croyances. Le musée propose aussi un jardin médicinal et floral.Je tente le coup et, après une vingtaine de minutes de marche (en sandales), j'arrive sur les lieux et aperçois une inscription : »Il est interdit de prendre des photos ou de filmer ». Le musée est ouvert, les propriétaires s'entretiennent quelques instants avec moi mais me font comprendre qu'il ne me sera pas possible de prendre des clichés, les pièces à l'intérieur étant trop précieuses. Je ne visiterai donc pas ce lieu, faute de disposer des photos indispensables pour illustrer mon commentaire. C'est dommage !


 

Il y a de nombreuses aires de promenades en plein air au Gosier. Tenez, le Jardin d'Alexina par exemple. Situé au centre ville, ce jardin permet de découvrir ou de redécouvrir le patrimoine agricole des îles de la Guadeloupe. Créé par la famille Silvestre, ce grand jardin est un havre de paix regroupant une grande variété d'espèces végétales antillaises. On y apprend beaucoup sur les plantes guadeloupéennes ainsi que sur leur utilisation.La maitresse des lieux agrémente d'ailleurs la visite de nombreuses anecdotes avant d’offrir aux visiteurs une dégustation de produits frais tout droit venus du jardin. Je me rends sur place mais cette dame est malheureusement absente. Ca sera pour autre fois.


 

L'îlet du Gosier est une petite île d'un kilomètre de long située à seulement quelques centaines de mètres au large de la cité. Les fameux pélicans grands gosiers y chassaient autrefois dans la lagune nourricière. Cet îlot de type corallien est, depuis 2003, sous la protection du Conservatoire du littoral afin d'assurer sa préservation, conjointement avec l'Office national des Forêts et le service maritime de la DDE. Un garde littoral veille d'ailleurs au maintien de cet espace espace naturel.

L'endroit, inhabité, possède cependant un phare implanté au sud de l'îlot. Chaque jour, de nombreuses personnes embarquent sur des bateaux de pêcheurs locaux afin de franchir la passe (voir les infos pratiques à ce sujet). D'un côté de l'îlot se trouve la plage, tandis que l'autre face est occupée par des rochers. L'îlot offre plusieurs points de vue et l'on peut aussi parcourir son sentier sous-marin avec des palmes, un masque et un tuba, ou bien en s'adressant à l'association « Tamata O fil de l'eau », laquelle propose cette activité. C'est en effet à son initiative que le sentier sous-marin vit le jour, à l'occasion de la journée mondiale de l'océan. Trois années de travail furent nécessaires pour obtenir le financement de l'opération et les autorisations nécessaires, baliser le sentier et installer les panneaux. Ces panneaux informent les visiteurs de ce qu'ils vont trouver dans la mer ( des herbiers et des coraux) , ou comment se déplacer sans abimer l'endroit.


 

Le Gosier possède nombreuses plages parmi lesquelles les plages de Bas du Fort (entre les Abymes et Le Gosier), la plage de Grand Baie (non aménagée et souvent déserte), les plages des hôtels de la Pointe de la Verdure tout près du casino, plages artificielles faisant face à Basse-Terre, la plage de l'Anse Tabarin, près de la plage de la Datcha(en sous-bois), la plage municipale de la Datcha (ci-dessus), en plein bourg et face à l'îlet du Gosier, fréquentée jusqu'à 23h00, les petites plages de Dampierre, de l'anse Vinaigrie ou d'autres encore plus sauvages, la plage des Salines, ventée et sauvage, réputée pour les kite surfeurs et les planchistes,la plage de Petit Havre en direction de Saint Anne et la plage de l'anse à Jacques, près de celle de Petit Havre, qui accueille une cocoteraie.

 

Si vous disposez d'une voiture, rendez visite à la source de Poucet, un endroit paysager très reposant à ne pas manquer. Située à la sortie de Gosier, en direction de Pointe à Pitre, cette source offre un jardin aquatique avec une végétation étonnante.Des panneaux indiquent les espèces animales peuplant cet endroit (dont des poissons et des crustacées, des rainettes, des tortues d'eau douce, des mulets, des crabes de terre, mais aussi des oiseaux comme ces pics noirs, hérons verts,rouge gorges colibris et sucriers...)

L'aquarium de Guadeloupe, situé à la marina de Bas du Fort de Gosier fut créé en 1985 et est le musée le plus visité de l'île. Dans 450 000 litres d'eau de mer, il offre près de 80 espèces de poissons et 50 espèces de coraux provenant de la mer des Caraïbes. C'est le plus grand aquarium des Antilles.

Côté histoire, le Fort Fleur d'épée est la plus importante fortification de Grande Terre. Inscrit en tant que monument historique en 1979, il fut bâti entre 1750 et 1763, fut pris d'assaut par les Anglais puis repris par un bataillon français mené par Victor Hugues qui repoussa les envahisseurs hors de la Guadeloupe le 3 juin 1794. Construit sur un plan polygonal de Vauban, il est composé de boyaux souterrains qui mènent à des petites salles. On peut encore y observer la poudrière et la cuisine. Et les vastes couloirs accueillent tout au long de l'année plusieurs expositions d'art. On ignore l'origine du nom Fleur d'épée mais on imagine qu'il s'agissait du sobriquet d'un soldat qui vivait à cet emplacement. A voir.


 

« Si ma ville m'était contée... ». C'est le thème retenu par la ville du Gosier pour la fête patronale de cette année, qui se tiendra du 16 au 26 août 2012. Une façon de faire référence au patrimoine matériel et immatériel du Gosier qui entraine le visiteur au pays des histoires de vie, du savoir-faire et du savoir-vivre de cette petite commune. Je n'ai pas pu obtenir des informations précises sur le programme des festivités mais une visite sur le blog mentionné dans les infos pratiques vous apporteront les détails de la manifestation.

 

 

 

INFOS PRATIQUES :

 


  • Site de la Préfecture de la Guadeloupe : http://www.guadeloupe.pref.gouv.fr/

  • Site de la Région Guadeloupe : http://www.cr-guadeloupe.fr/

  • Site du Conseil Général de la Guadeloupe : http://www.cg971.fr/

  • Site officiel du Tourisme de Guadeloupe : http://www.lesilesdeguadeloupe.com/

  • Site de la Ville du Gosier : http://www.villedugosier.fr/

  • Musée des Costumes & des traditions, Périnette , Le Gosier. Tel : 0 590 83 21 70. Ouvert du mardi au dimanche. Durée de la visite : 2 h00 environ.

  • Le Jardin d'Alexina, 62 rue Nicolas Ballet, Quartier de l'Enclos, au Gosier. Tel : 0 590 84 27 01. Demander la maison Silvestre.

  • Ilet du Gosier : Prendre le bateau sur l'embarcadère situé près de la piscine d'eau de mer. Là, se trouvent des pêcheurs qui vous proposent, de 9h00 à 17h00, une traversée (pour 3 € l'aller retour). Durée de la croisière : 5 minutes. Pas d'horaires de départ fixes. Se renseigner sur place.

  • Association Tamata Au fil de l'eau. Tel : 0 690 47 44 69. Email : aquadream971@yahoo.fr

  • Aquarium de Guadeloupe : http://www.aquariumdelaguadeloupe.com/

  • Fête patronale du Gosier :http://97plus.fr/blog/?p=4830

  • Office du Tourisme du Gosier, Rue Félix Eboué, Gosier. Tel : 0 590 84 80.80.Ouvert en juillet et en août , du lundi au dimanche de 9h00 à 16h00.












Retour aux reportages par pays