Revoir le globe







Reportages en Europe

Les Patios du Palais de Viana (Cordoue, Andalousie, Espagne)

A Cordoue, il était (et il est encore) de tradition de se rassembler autour du patio, cette cour qui constitue le cœur de l'habitation typique. L'endroit permet à l'air et à la lumière de pénétrer dans la maison. Les orangers, citronniers et fleurs en pot qui le garnissent font du patio un paisible lieu de retraite et un oasis de fraicheur durant les heures chaudes de l'été. Il est souvent décoré d'arcades en brique, de tuiles de couleur vive ou d'éléments en fer forgé. Les Andalous aiment leurs patios, tout particulièrement à Cordoue, qui y consacre d'ailleurs une fête annuelle (photo dans les infos pratiques). Les plus beaux se trouvent dans les quartiers de San Lorenzo et la Juderia, dans le quartier de San Basilio et à l'ouest de la Mosquée (...)


Lire la suite

La Mosquée Cathédrale (Cordoue, Andalousie, Espagne)

La Cathédrale de Cordoue fait partie des incontournables de cette ville. Lors de mon arrivée sur place, je suis un peu perdu : comment appellerais-je cet endroit ? Mon guide touristique parle de la Mosquée de Cordoue, et le dépliant qui m'est remis à l'entrée de la Cathédrale, mentionne Cathédrale de Cordoue. Il est vrai qu'il est peu commun de se retrouver dans un lieu aussi hétéroclite. Le gigantesque édifice parle de la Mosquée-cathédrale, également connue sous son ancien nom, la grande mosquée de Cordoue. Bref, intéressons-nous à l'histoire afin de clarifier les choses. Je me trouve ici sur un ancien temple romain qui devint plus tard église, puis mosquée, dans laquelle sera ensuite érigée une cathédrale (...)


Lire la suite

Le Musée vivant d'Al-Andalus (Cordoue, Andalousie, Espagne)

Située sur le Guadalquivir, Cordoue compte un patrimoine historique impressionnant, désormais classé depuis 1994 au patrimoine mondial de l'UNESCO. Mes premiers pas dans cette ville me conduisent tout naturellement au bord de ce fleuve, long de 657 kilomètres et qui occupe le 5è rang des cours d'eau d'Espagne. Prenant sa source dans la Sierra de Carzola, il traverse Cordoue. C'est là, encore nonchalant et non navigable qu'il croisera des moutons chargés de nettoyer ses berges tout au long de l'année. A ce niveau-là, le Guadalquivir est occupé par la végétation. Il se fraie un chemin entre des petits îlots et les arbres mais alimentait encore autrefois des moulins à eau. On le franchissait par le pont romain (deuxième photo) de 247 mètres, datant du 1er siècle avant J.C (...)


Lire la suite

page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5 - page 6 - page 7 - page 8 - page 9 - page 10 - page 11 - page 12 - page 13 - page 14 - page 15 - page 16 - page 17 - page 18 - page 19 - page 20 - page 21 - page 22 - page 23 - page 24 - page 25 - page 26 - page 27 - page 28 - page 29 - page 30 - page 31 - page 32 - page 33 - page 34 - page 35 - page 36 - page 37 - page 38 - page 39 - page 40 - page 41 - page 42 - page 43 - page 44 - page 45 - page 46 - page 47 - page 48 - page 49 - page 50 - page 51 - page 52 - page 53 - page 54 - page 55 - page 56 - page 57 - page 58 - page 59 - page 60 - page 61 - page 62 - page 63 - page 64 - page 65 - page 66 - page 67 - page 68 - page 69 - page 70 - page 71 - page 72 - page 73 - page 74 - page 75 - page 76 - page 77 - page 78 - page 79 - page 80 - page 81 - page 82 - page 83 - page 84 - page 85 - page 86 - page 87 - page 88 - page 89 - page 90 - page 91 - page 92 - page 93 - page 94 - page 95 - page 96 - page 97 - page 98 - page 99 - page 100 - page 101 - page 102 - page 103 - page 104 - page 105 - page 106 - page 107 - page 108





Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Boutique - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Guillaume HARARI - Page d'accueil réalisée par Anode et Cathode
Disclaimer