Revoir le globe
Top


La Rue Russell (Toowoomba, Queensland, Australie)
38 images disponibles
Heure locale


Jeudi 15 février 2018

 

La présence des Aborigènes dans la région de Toowoomba date d'il y a 40000 ans au moins. On estime entre 1500 et 2500 le nombre d'individus alors présents sur ce sol, avec une prédominance de membres de la tribu Jagara au pied des montagnes, tandis que la tribu des Giabal occupait l'actuel Toowoomba et les Jarowair, eux, se trouvaient plus au nord et dans les montagnes Bunya. Dans les Darling Downs, ces peuples indigènes pratiquaient la chasse en brûlant d'abord des étendues de terre et en guettant ensuite l'approche des animaux venant se nourrir de l'herbe de repousse.

Avec l'arrivée des Européens, les Aborigènes subiront violence et perte d'autonomie : dès 1897, ces peuples furent mis sous la tutelle du gouvernement du Queensland, considérant de fait la suprématie de l'homme blanc. La première loi votée fut l'Aborigines Protection & Restriction on the Sale of Opium Act cette même année. Puis on isola ces peuples de la population européenne, en les chassant de leurs territoires sous n'importe quel prétexte et en les installant dans des réserves spécialement dédiées. Les Aborigènes des Downs seront par exemple envoyés sur l'île Fraser puis, plus tard, dans la réserve Taroom. La réserve Barambah accueillera pour sa part quelques 141 Aborigènes issus des Darling Downs, en coupant tout net tout ce qui les reliait à leur vie antérieure. Quant aux Blancs, ils considéraient ces êtres comme des personnes non civilisées qu'il fallait absolument éduquer.

Viendra ensuite l'assimilation à partir de 1957 et jusque dans les années 1980 : lors de la seconde Guerre mondiale, indigènes et non indigènes d'Australie furent envoyés au combat et se retrouvèrent par conséquent mélangés, ce qui provoqua un changement de comportement des Blancs envers les Aborigènes dont on découvrait qu'ils pouvaient adopter la culture de la blanche Australie. Et la politique d'assimilation d'être lancée pour donner aux uns les mêmes droits qu'aux autres. Cela supposait bien sûr que les Aborigènes survivants renoncent une fois pour toutes à leur culture et adoptent le mode de vie européen.


 

La rue Russell, que je vais vous faire découvrir aujourd'hui, est un concentré de culture et d'histoire de Toowoomba. Celle-ci porta autrefois le nom de Farm Road car elle était empruntée par les premiers Européens et leurs troupeaux pour se rendre à Brisbane lors des ventes de bétail. Vers 1854, la rue fut rebaptisée avec son nom actuel en hommage à Henry Stuart Russell, éleveur, explorateur, homme politique et historien australien. Ma première visite sera pour la gare (ci-dessus en photo) de Toowoomba qui fut officiellement inaugurée le 1er mai 1867. Il fallut déployer beaucoup d'énergie pour construite la voie de chemin de fer menant à Ipswich puis Brisbane, tant le terrain est montagneux. L'actuel édifice date de 1874 et fut rénové en 1998. La pierre de construction utilisée pour cet ouvrage de style classique provint à l'époque de Murphy's Creek. Cette gare fut aussi des années durant, le centre de toutes les attentions puisque gouverneurs et hôtes de marque débarquèrent en ville par le train.

Plus loin, sur la partie haute de la rue Russell, se dresse l'église anglicane Saint James, dont la première pierre fut posée un certain 1er mai 1869, le jour de la fête de ce saint. L'intérieur de cet édifice abrite des hommages aux plus grandes familles de la ville, dont les Taylors, Renwick et Groom.


 

Sur le même trottoir, mais un peu plus haut, se trouve à l'angle de la rue Rens, Vacy Hall (en photo ci-dessus) : œuvre de l'architecte James Marks à la fin des années 1880, cette superbe demeure fut bâtie pour le maire Gilbert Gostwyck Cory. La maison d'origine sera détruite par un incendie puis reconstruite en 1900. Les Marks avaient des prédispositions pour bâtir des maisons puisque les fils de James, Henry et Reginald, et même son petit-fils Charles deviendront plus tard architectes.

Au N°126, Russell Street, se trouve la maison Kensington, noyée au milieu de la végétation. La demeure fut érigée au début des années 1900, puis rénovée pour être utilisée comme local commercial.

En redescendant la rue, je découvre au N°120, la maison Clifford (en photo ci-dessous), une magnifique demeure en grès construite au début des années 1860, à l'origine conçue pour servir de résidence à des Européens mais qui ne fut jamais occupée en tant que telle. En 1869, James Taylor, qui sera maire de Toowoomba à plusieurs reprises puis membre du Parlement, la racheta. On donnera d'ailleurs à cet homme le surnom de « roi de Toowoomba », compte tenu des nombreuses innovations que la ville connaitra durant ses mandatures. La maison est aussi entourée par des jolis jardins.

 

Et me voici devant le Taylor Memorial Institute (en photo ci-dessous), construction d'inspiration anglicane réalisée par la famille Taylor en mémoire de leurs parents James et Sarah. D'un style architectural plutôt inhabituel, cette maison fut inaugurée le jour de la Saint James, le 1er mai 1912.

Matilda House (deuxième photo), elle, se dresse toujours à l'angle des rues Russell et Station. Bâtie entre 1885 et 1890, cette demeure fut longtemps connue sous le nom de « Coffee Palace ». Francis Schaffer, du temps où il fut le propriétaire des lieux, avait fait inscrire « Pension de famille Schaffer » sur l'arc métallique situé sur le toit. On peut encore distinguer l'armature métallique en regardant avec attention. Quant aux écuries, elles donnaient sur Station Street. En 1919, Mme Ada Cross racheta la maison et lui donna le nom de « Central Coffee Palace », tout en offrant le gite et le couvert pour pas cher.


 

A deux pas, se trouve l'hôtel Norville (ci-dessous), jadis appelé Grand Hotel. Encore une fois, c'est le cabinet d'architectes James Marks & Sons qui en tracera les plans. L'édifice, achevé au début de 1903, sera la première construction à trois étages de la ville. On remarque au passage l'imposante façade du bâtiment avec ses balcons d'où les clients pouvaient observer l'activité de la gare. Autrefois, Russell Street n'était pas franchie par la voie de chemin de fer. C'est seulement à partir de 1915 que sera prolongé le réseau ferré, franchissant ainsi la rue. Au bord de cette voie, on peut encore observer les anciennes toilettes pour hommes (deuxième photo) qui furent érigées là en 1919. et dont on dit qu'elles furent alors le premier raccordement d’égout de la ville, à partir de 1926. Ces toilettes, bien que sans toit, étaient opportunément situées à deux minutes de la gare et près des hôtels, et avaient été construites à l'endroit anciennement appelé le marais Ouest.


 

Je m'engage maintenant dans la dernière partie de la rue Russell, qui débute avec l'imposante enseigne de la maison Rowes, où s'élevèrent autrefois le commissariat de police, le tribunal ainsi qu'un paddock dans les années 1860. Puis, en 1898, le premier moulin à farine fut bâti sur ce même site sous la forme d'un bâtiment à deux étages, dont la partie arrière servit à entreposer la farine dès 1897. Celui-ci fut l' œuvre de l'architecte James Marks. Plus tard, l'endroit, connu sous le nom de « People's Palace » (Palais du Peuple), offrira gite et couvert à bon marché. Les bâtiments, revendus en 1958, seront repris par le magasin de meubles Rowes. La majorité des immeubles furent ici érigés de 1890 à 1903 et l'édifice du N°26 Russell Street (en photo ci-dessous) ne fait pas exception. A l'origine bâti pour un certain TJ Keogh, cet édifice abritera la sellerie de A.Gaydon pendant de nombreuses années. J'admire la superbe façade aux couleurs bleues, œuvre du jeune architecte HWK Martin, qui mourra prématurément à l'âge de 36 ans de la fièvre typhoïde.

C'est en septembre 1865 qu'ouvrira le bureau de Poste de Toowoomba (deuxième photo) à l'angle des rues Russell et Ruthven, avant d'être transféré dans Margaret Street au cours des années 1870. On appela aussi longtemps cet angle de rue le coin de Jubb, car ce pharmacien y tiendra boutique durant un certain laps de temps.

 

De l'autre côté de la rue Russell s'élèvent d'autres façades d'immeubles (ci-dessous) comme au N°37, qui abrita jadis la quincaillerie Wyeth, dans un bâtiment conçu par James Marks et qui ouvrit pour la première fois en 1907. En ce temps-là, l'architecte avait fait en sorte d'incorporer plusieurs ouvertures pour laisser largement entrer la lumière extérieure. Au N°55-63 de la même rue se trouve encore aujourd'hui le National Hotel, connu d'abord sous le nom de European Hotel. L'établissement sera inauguré en 1883, avant de connaître de graves inondations dix ans plus tard et de subir des travaux de rénovation au fil des ans, tout particulièrement en 1930. Quant à l'édifice s'élevant à l'angle des rues Russell et Victoria (deuxième photo), il reflète le style architectural favori de la famille Marks. L'endroit abritera d'abord un moulin à farine, avant d'être occupé par plusieurs petits commerces.


 

INFOS PRATIQUES :

  • La balade ci-dessus a été réalisée à l'aide du dépliant Toowoomba's Russell Street. D'autres dépliants de ce genre vous attendent à l'office du tourisme dont Queens Park & surrounds, East Creek Park & Paddington Estate, Mort Estate, Caledonian Estate, Newton, et Toowoomba's cultural and legal precinct historic Walk.
  • Office de tourisme, 86 James Street, à Toowoomba (sur la Warrego Highway). Tél : 07 4639 3797. Site internet : http://www.tr.qld.gov.au/our-region/discover/visitor-info-centres








 



Retour aux reportages par pays