Revoir le globe
Top


Ross, Hokitika, Greymouth, Punakaiki, la Baie de Tauranga et Wesport (Nouvelle-Zélande, Océanie)
95 images disponibles
Heure locale

 

Vendredi 23 septembre 2005

 

Distance totale parcourue : 2252 kilomètres

 

 

Il fait soleil ce matin et une nouvelle journée s'annonce. Aujourd'hui , je pars à la conquête de l'ouest néo-zélandais: Ross, Hokitika, Greymouth, Punakaiki, la baie de Tauranga et Wesport.

Je sillonne toujours la même route, la highway 6 , qui tantôt m'emmène en montagne , tantôt en bord de mer.

Pour commencer je longe le lac Mapourika puis le lac Wahapo. Il est déjà 9h30 mais il y a très peu d'automobilistes sur la route. Seuls m'accompagnent les petits animaux morts ,tués par des chauffards peu préoccupés par la sauvegarde des animaux de prairies ou des bois. Il est vrai qu'à cet endroit, ces petites créatures foisonnent et qu'attirées par la lumière des phares des voitures la nuit, elles ne prennent pas garde et traversent au mauvais moment la chaussée.


[image]

Le lac Mapourika

[image]

Le lac Wahapo

 

Une petit tout sur le bord de mer et hop! Me voici longeant un autre lac , le lac Ianthe.

Je traverse bientôt la rivière Waitana sur un pont à une voie comme on en trouve beaucoup dans ce pays. Les réserves naturelles se succèdent sans cesse et je ne me souviens plus de leurs noms. Chaque réserve invite le visiteur à faire une halte dans un relais d'information géré par un organisme équivalent à nos Eaux et Forêts. On peut ainsi se procurer de la documentation, visionner des films sur la réserve en question, demander des renseignements aux agents d'accueil et même acheter des petits souvenirs.

 

[image]

Le lac Ianthe

[image]

Traversée de la rivière Waitana

[image]

[image]

 

La route reste dangereuse et contraignante. Il y a parfois des travaux sur certaines portions et il me faut ralentir mais ce n'est jamais très long. Il y a aussi beaucoup de virages (surtout en montagne) mais la signalisation est très bien faite et informe l'automobiliste suffisamment à temps pour qu'il adapte sa vitesse. Le réseau routier est de bonne qualité et on trouve même par endroits, là où les montées sont difficiles, des voies de dégagement pour les véhicules les plus lents, ce qui évite aux automobilistes de geindre éternellement derrière un gros camion par exemple

 

[image]

 

[image]

 

Bienvenue à Ross , cité minière consacrée à la recherche de l'or. A vrai dire ce village, situé à 28 km au sud de Hokitika, découvrit en 1909 la plus grosse pépite de Nouvelle Zélande.De quoi faire des envieux! L'exploitation se poursuit toujours de nos jours mais avec des moyens plus modernes, d'autant plus que le sous-sol de la région contiendrait encore pour des millions de dollars du précieux métal. Un petit musée lui est consacré ainsi qu'à l'histoire de Ross pendant la ruée vers l'or.

 

[image]

 

 

 

Je me rue quant à moi vers Hokitika. Cette ville passe pour être la ville la plus agréable de la côte ouest. C'est l'or, là encore , qui transforma en moins de deux ans , de 1864 à 1866, ce qui n'était qu'un campement en un centre marchand animé. Les mineurs venaient alors d'Australie par bateaux entiers jusqu'à Hokitika.

 

[image]

 

Me voici arrivé à Greymouth, une ville qui profita elle aussi de la ruée vers l'or, puis des mines de charbon un peu plus tard vers 1848. C'est la ville la plus grande de la côte ouest mais je dois dire que je n'y passerais pas mon existence.Cette ville est traversée par la rivière Grey , connue pour ses crues légendaires (dont deux rien qu'en 1988). On y trouve aussi un port de pêche car les eaux sont poissonneuses dans cette région.

[image]

La rivière Grey

 

Plus intéressante, Puna kaiki , à cause de ses Pancakes Rocks situés au Dolomite Point. Une très jolie promenade que j'ai faite pour vous, grâce au conservatoire naturel de la région qui a eu l'idée d'inaugurer en 1987 une zone végétale que l'on traverse au milieu des plantes et qui est en réalité un circuit de visite des fameux rochers sculptés. Et tout cela gracieusement. Comme dans toutes les réserves néo-zélandaises , le visiteur peut toujours laisser un don dans une petite caisse située discrètement à la sortie.

 

[image]

 

[image]

 

 

 

Je ne suis plus loin de Wesport mais soudain, sur mon parcours, un panneau indicateur mentionne: Baie de Tauranga, colonie d'otaries à 14 kms. Je ne me fais pas prier et je bifurque sur une route toute droite sur les dix premiers kilomètres. Des poules d'eau traversent devant mon véhicule et je prends garde de ne pas les écraser (le menu de ce soir est déjà prévu!). Un quart d'heure plus tard, je me gare non loin de la colonie des otaries. Il me faudra encore marcher une dizaine de minutes sous la pluie battante (un grain passe sur la région) avant de découvrir stupéfait des dizaines d'otaries en train de prendre le frais sur les rochers.Cette fois, j'ai plus de chance qu'à Nugget Point et je peux les prendre en photos.

[image]

 

[image]

[image]

[image]

 

A Wesport, tout est consacré au rugby. Dans les vitrines , on lit : Go bullers (Allez les rugbymen!) .La rivière s'appelle la Buller River, les joueurs de rugby ont même leurs vétérinaire, et leur pharmacien aussi. Mais la ville a vécu de l'or et vit toujours aujourd'hui du charbon. Je n'ai pas trouvé véritablement de choses intéressantes là-bas mais les habitants sont, comme partout ici, adorables.

 

[image]

Wesport, la mairie

[image]

 

[image]

 

Un dernier regard sur cette journée avant de refermer pour ce soir mon journal de bord. Celui d'une plage de la mer de Tasmanie, la Carters beach où je me suis promené tout à l'heure au coucher du soleil. Bonne nuit!

 

[image]



Retour aux reportages par pays