Revoir le globe
Top


Les Gorges du Buller, Victoria Forest Park, Murchison, Wakefield, Richmond et Nelson (Nouvelle-Zélande, Océanie)
74 images disponibles
Heure locale

 

Samedi 24 septembre 2005

 

Distance totale parcourue : 2653 kilomètres

 

 

Mine de rien , j'avance dans ma visite de l'île du Sud, à force de kilomètres. Aujourd'hui, je vous emmène à Nelson, ville qui devint la capitale de la province qui porte le même nom en 1858. Mais je suis toujours à Westport et une distance de 230 kilomètres sépare les deux villes. Notre itinéraire: Les réserves des Gorges du Buller (vous savez, cette fameuse rivière..) , la réserve écologique de la rivière Blackwater, Victoria Forest Park, avant d'arriver au milieu (ou presque !) de notre parcours , à Murchison (où je ferai à nouveau le plein de carburant car les stations service ne sont pas légions en montagne) , puis Wakefield, Richmond (où je passerai la nuit) et Nelson.

 

[image]

Gorges du Buller

[image]

 

[image]

Paysages du Victoria Forest Park

[image]

 

 

Je retrouve très vite sur mon chemin, ces virages de montagne bordant les Gorges du Buller (voir photos).

Je replonge dans ce paysage grandiose fait de montagnes et de forêts, de rivières et de ponts. Parfois, la route est si escarpée qu'elle se réduit à une voie. Mais on y croise malgré tout des camions à remorques (on se demande comment il n'y a pas plus d'accidents). Je travers alors la réserve Kahurangi.

[image]

Réserve de Kahurangi

 

 

La route devient un peu monotone et c'est avec impatience que j'attends d'atteindre Murchison, petite ville nichée dans une vallée. Cette ville ne présente pas beaucoup d'intérêt et je me demande à quoi les gens (les jeunes que je croise sur mon chemin notamment) peuvent-ils passer leurs journées. J'ai la réponse en ce qui concerne deux vieilles grand-mères : Elles s'occupent du Musée local , où je m'arrêterai quelques instants afin de demander ma route.

 

[image]

Musée de Murchison

 

 

Je reprends très vite en direction de Richmond, pour atteindre bientôt des forêts de sapins (exploitation forestière) , puis la rivière Clark et une jolie vallée du nom de Norris Gully.

[image]

Norris Gully

 

J'atteins alors Wakefield, joli petit village qui sent bon le printemps. D'ailleurs, cette journée de samedi sera la plus ensoleillée des journées, et il fera même un soleil d'été l'après midi à Nelson.

Puis, très vite, retour à la « civilisation » avec Richmond, située à 15 kilomètres de Nelson. C'est le pôle urbain de la région horticole qui l'entoure. On peut y déjeuner au restaurant Redwood Stables , construit avec des briques de la première écurie de courses du pays. Le visiteur peut aussi y admirer les verriers en train de travailler à Hoglund Art Glass.

 

[image]

 

Un paysage superbe , la Mer de Tasmanie s'offre alors à mes yeux. J'arrive à Nelson. Réputée pour son climat et sa communauté d'artiste et d'artisans, Nelson offre un centre riche en galeries , ateliers et sites historiques. Je n'aurai malheureusement pas le temps de visiter tout cela.

D'abord le parc Anzac. On y trouve le principal mémorial de la guerre au milieu de parterres fleuris et de hauts palmiers. Là , jusqu'en 1901, le long du parc, une voiture à cheval assurait le transport de passagers sur un tronçon de la première voie ferrée de la Nouvelle-Zélande.

[image]

 

 

La Cathédrale anglicane s'élève au sommet de Church Hill. On peut d'abord y admirer un escalier en granit appelé Cathedral steps .Cette cathédrale est la troisième église élevée au sommet de la colline sur un site qu'occupa également un poste de guet. Je ne pourrai pas visiter cette église car les portes en étaient fermées. Celle-ci est, par contre, entourée de jardins superbes.

 

[image]

 

A l'est de Church Hill, s'étend un quartier historique: 16 habitations ouvrières construites entre 1863 et 1867 , et restaurées depuis , servent désormais à l'accueil de touristes ou à des artisans d'art.

 

[image]

[image]

[image]

 

La rue Trafalgar fait penser grâce aux façades de certaines de ses maisons, à la Californie. Cette rue commerçante tombe soudain dans un mutisme total le samedi dès 16 heures. Il n'y a plus un chat dans les rues de Nelson (ni un néo-zélandais non plus d'ailleurs!) et tout le monde se retrouve chez soi ou dans les pubs.

 

[image]

[image]

 

Je reprends la route en direction de Motueka puis de l'Abel Tasman National Park , le plus petit des parcs nationaux néo-zélandais avec ses 225 kilomètres carrés. Doté de plages dorées, d'estuaires sableux bordés par la forêt primitive, il méritera une visite plus approfondie de ma part un autre jour.

 

[image]

[image]

 

[image]

 

A demain!



Retour aux reportages par pays