Revoir le globe
Top
Retour à l'historique des lettres
          

Lettre envoyée le 04/01/2021


 

Lundi 4 janvier 2021                                                                                                 La Lettre N°515

 

Après l'Annus horribilis...le pire est-il à venir?

 

Triste année que 2020 : celle-ci avait pourtant bien commencé puisque j'avais eu le temps de me rendre un mois à Florence (Italie) pour en découvrir les trésors. J'arrivais dans ce Berceau de la Renaissance à la mi-février, entouré de touristes étrangers (dont des groupes de Japonais) puis quittais l'endroit en mars dernier dans la plus grande confusion, après que la COVID ait fait fuir tous les touristes en l'espace de deux jours, et alors que le Premier ministre italien avait décrété la fermeture immédiate de tous les édifices culturels et religieux du pays en l'espace de quelques heures. La veille de mon départ, je parcourais mes derniers pas dans une cité florentine déserte, sous l'oeil désabusé des commerçants qui accusaient tant bien que mal le coup.

Une chose est sûre : la vie ne sera jamais plus comme avant. Dans la cacophonie la plus totale, notre président décrétait d'ailleurs que « nous sommes en guerre » et qu'il fallait adapter les mesures de précaution à cette situation épidémique inédite, face à laquelle nous ne disposions même pas du minimum (masques, blouses pour soignants...) sans parler des lits en unités de réanimation, dont on découvrait jour après jour qu'ils étaient en nombre insuffisants après des années d'écrémage en matière d'infrastructures hospitalières et de personnels soignants par les gouvernements successifs. Et le ministère de la santé de publier la sinistre directive de l'ARS Ile de France recommandant de procéder au tri des malades, pour finalement sacrifier les plus âgés (70 ans et plus) que l'on achevait ici et là au Rivotril ! L'horreur absolue que je découvrais jour après jour était mêlée à une immense inquiétude : ce génocide aurait pu toucher ma mère de 93 ans, et m'affectera peut être dans le futur. Qui sait ? Ma colère explose après avoir constaté que des hauts fonctionnaires payés pour veiller sur la santé publique à l'échelle planétaire (OMS) avaient failli, au même titre que notre ministre de la santé qui se voulait rassurante alors que nous ne disposions d'aucun stock de masques.

La situation fut telle que notre président se résolut à confiner la population, à fermer tous les cafés et restaurants, puis les lieux culturels pour une durée indéterminée, condamnant ainsi notre économie nationale à un repli jamais observé auparavant. Il fallait voir les avions d'Air France se vider à vitesse grand V pour comprendre le drame qui se jouait sous nos yeux, et les conséquences désastreuses durables que cette conjoncture allait créer dans le transport aérien. Trois ans avant mon départ en retraite prévu, je décidais de quitter l'entreprise prématurément dans le cadre d'un plan de départ volontaire. Après tout, je profiterai de mon temps libre pour me consacrer encore davantage à mon site internet. C'était sans compter sur la restriction des libertés en cours de mise en place au pays des ...droits de l'homme.

Disposant de temps, je me lance du jour au lendemain sur les réseaux sociaux, et m'interroge sur le grand reset dont on nous parle. Et d'apprendre peu à peu que cette pandémie avait déjà été prévue il y a plusieurs années : trop nombreux sur terre, les êtres humains devraient, dans l'esprit des dirigeants du gouvernement mondial à venir, n'être que deux milliards (au lieu de sept actuellement). Et de découvrir plus tard que cette « épidémie » (toujours trop mortelle c'est vrai, mais pas pire qu'une grosse grippe!) faisait bien le bonheur de l'industrie pharmaceutique, laquelle allait mobiliser ses forces pour trouver le vaccin salvateur en un temps record et profiter de cette aubaine pour faire la plus-value du siècle, après avoir gagné beaucoup d'argent avec le Remdésévir. Ce qui me surprit fut de constater la performance insolente de la Bourse (une situation qui contrastait alors avec un effondrement durable de l'économie mondiale), mais aussi la facilité avec laquelle les gouvernements obtiendront des prêts à taux zéro pour renflouer nos caisses. Je me souvenais alors avoir lu que les périodes de guerres sont toujours propices à certains investisseurs. Il se trouve alors que les deux secteurs les plus influents de la planète, l'industrie pharmaceutique et la finance, tirent admirablement leur épingle du jeu, le premier en écoulant par anticipation et à prix d'or le futur antidote de la COVID, et le second, en arrosant littéralement notre pays d'argent gratuit (pour l'instant!). Si certains se réjouissent de profiter de cette manne (via le chômage partiel...), d'autres réfléchissent déjà aux lendemains qui (dé)chantent et rappellent au passage qu'ils ne veulent pas d'aide publique mais juste la possibilité «de travailler ».

Curieusement, j'observe au fil des mois l'instauration d'une gouvernance française basée sur la peur : « port du masque obligatoire » (alors qu'il se servira à rien les toutes premières semaines, puisque...nous n'en avions pas!) et confinement avec limitation des sorties possibles et présentation obligatoire d'un « ausweis » sous peine d'une forte amende. Je me sens pris au piège mais respecte quand même les consignes. Et de fouiller sur internet pour trouver des explications alternatives à ce que nous délivrent quotidiennement les médias français. Un nouveau mot apparaît bientôt dans mon vocabulaire, celui de « complotisme ». Ce mot s'appliquera d'ailleurs aux sommités médicales qui auront l'audace de s'opposer à la doxa du Conseil scientifique national et au ministre de la santé. La France se partage désormais entre ceux qui savent tout (le gouvernement et un parti godillot) et les autres (dont des spécialistes français reconnus dans le monde entier, sauf chez nous!). En novembre, je m'intéresserai également aux élections américaines, en suivrai le déroulement et m'apercevrai du bidouillage (évident) du scrutin à l'aide de « machines à voter » électroniques, téléguidées depuis l'Europe (Allemagne et Espagne). Complot mondial contre la démocratie ? Nous en aurons bientôt la confirmation, car la vérité transparait toujours. J'ai de plus en plus l'impression qu'on nous prépare quelque chose de louche, comme par exemple un vaccin ARN, véritable thérapie génique. Oui , mais...

La mise en place d'un vaccin prend des mois, des années...sauf à vouloir prendre le risque de précipiter les choses au risque d'injecter un sérum pas sûr et d'occasionner des effets indésirables. D'ailleurs à l'heure où j'écris ces lignes, de graves effets indésirables ont parfois été relevés et preuve a été faite que ce vaccin n'immunise pas contre la Covid. En France, cafouillage au plus haut niveau de l'Etat. D'un côté, les sommités dissidentes promeuvent les bonnes vieilles recettes tandis qu'en face, on ne jure que par un vaccin (en fait il y en a plusieurs!) dont on n'a toujours pas pris connaissance des l'étude scientifique. Je vous rassure, les effets « désirables » de l'antidote ont déjà rapporté des fortunes aux actionnaires des laboratoires pharmaceutiques concernés. Mais quid de l'effet vaccinal ? Ce vaccin est-il sûr ? Bien entendu qu'il l'est. Avez-vous des preuves scientifiques ? Non mais les Chinois se sont déjà fait vaccine (avec leur propre vaccin, traditionnel). Nous voici rassurés...euh, pas tout à fait, car fin décembre , seuls 40% de nos compatriotes souhaitaient se faire vacciner. Et la France d'être classé comme le plus mauvais élève au monde dans ce domaine. Manifestement, les Français n'ont pas oublié le scandale du sang contaminé des années 1980 qui fit quelques 600 000 victimes par transfusion sanguine, et opposent au gouvernement un désaveu cinglant. On est loin du contrat de confiance d'une grande marque d'électroménager! Notre président avait pourtant bien affirmé que le vaccin ne serait pas obligatoire. Certes, mais c'était sans compter sur certaines personnes qui croient dur comme fer aux bienfaits du vaccin contre la Covid (même si celui-ci ne garantit pas grand chose!) et préconisent de mettre à l'écart les citoyens français refusant la vaccination, en créant un passeport « vert » de circulation. Ce nouvel « ausweis » conférerait le droit à son détenteur de poursuivre une vie sociale normale (aller au restaurant, au théâtre, voyager...). Je suis effrayé de voir la tournure que prennent les choses dans cette France pays des droits de l'homme. Quelques jours avant Noël, l'ennemi des « remontées mécaniques » déposait ainsi discrètement un projet de loi sur ce futur sésame sanitaire, projet qui défraiera finalement tant la chronique qu'il sera retiré (pour l'instant!).

Je n'attends rien de la nouvelle année, car, pour avoir observé nos dirigeants aliénés à la finance internationale, je sais que nos droits fondamentaux ne pèseront pas lourds dans la balance au moment du choix final et que la liberté de circuler ne sera peut être plus garantie pour longtemps. Epargné par la naïveté, je ne crois pas non plus à l'argent gratuit et m'attends à ce que le taux zéro, bondisse à 1, 2, 4%... après le départ en retraite d'Angela Merkel en septembre 2021. Poings et mains liés par la dette nationale, il se pourrait bien que l'Etat mette la main sur nos économies pour rembourser cette dernière. Il nous reste une seule et unique chose à faire : réveiller les endormis, nous serrer les coudes et soutenir les plaintes internationales déposées par de courageux avocats (dont Maitre Brusa sur www.reaction19.fr) pour refuser cette dictature d'un genre nouveau !

 

LE CLIN D'OEIL DE VALERIE !

Voyager depuis la pandémie reste un peu angoissant car on ne sait jamais qui nous serons amenés à côtoyer et quel risque on sera amené à affronter .L'application « EviteCovid.fr » évalue le risque lors de nos voyages, et je trouve cela très bien, mais j'apprends très vite que c'est à une jeune pousse française spécialiste de la mobilité, The Treep (https://www.thetreep.com/), que l'on doit cet outil bien pratique : cette application gratuite (https://evitecovid.fr/) est en effet destinée à aider et rassurer toute personne ayant besoin de se déplacer en France. Le programme fonctionne grâce au code source d'un algorithme de calcul de risque. Cet algorithme détermine la probabilité de contamination à la Covid 19 en déplacement en tenant compte de plusieurs facteurs, comme la circulation du virus dans les zones géographiques grâce aux données du Ministère de la Santé (www.data.gouv.fr), la densité de population, les précautions sanitaires prises par les gestionnaires de transport et les différents lieux traversés par les voyageurs, etc. Par ailleurs, « www.EviteCovid.fr » n'enregistre aucune donnée personnelle, cookies ou données de navigation. Bravo à la jeune équipe française !

 

SEQUENCE NOSTALGIE :

Cette première séquence nostalgie de l'année, c'est à Valérie que nous la devons : mon premier est une femme qui passa son existence dans de beaux draps sans pour autant être une vamp. Mon second usa ses genoux entre battoir et lavoir et mon tout finit sa carrière tambour battant ! Qui ? La Mère Denis, bien sûr. D'origine bretonne, cette adepte de « la grande lessive » sera repérée par le publicitaire Pierre Baton, alors en vacances à Barneville-sur-Mer (50), et à la recherche d'un concept pour vanter les mérites du lave-linge Vedette ! Sa bonhommie naturelle, son bon sens populaire et son amour du travail bien fait feront de Jeanne Denis la candidate idéale pour la célèbre marque de machines à laver (Mon lave-linge Vedette a plus de 25 ans et se porte comme un charme...). Cà c'est vrai çà ! De cette icône disparue en 1989, à l'âge de 95 ans, il nous reste la publicité (https://youtu.be/RN4lO7Jnjs0, https://youtu.be/5uFp8PFiZ6c?list=PLJ8eotAsBIXK3H2kMm8qkBQgrxPrSwA82 , https://youtu.be/0vGngrU2Eps?list=PLJ8eotAsBIXK3H2kMm8qkBQgrxPrSwA82, https://youtu.be/Wnew3izR4Ws?list=PLJ8eotAsBIXK3H2kMm8qkBQgrxPrSwA82), un livre, « La Mère Denis » de Serge Grafteaux ( https://www.amazon.fr/mère-Denis-Serge-Grafteaux/dp/2711300064/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=ÅMŎÕÑ&dchild=1&keywords=mère+denis&qid=1609266559&sr=8-1) et un personnage authentique de la vraie France, celle qu'on aime (https://youtu.be/UD-AzVoJkf4).

 

UN PEU PLUS D'HUMOUR :

Bien en finir avec 2020 (https://youtu.be/Su4XqeL-uXk) avant d'entamer 2021 ! Bravo Arnaud Demanche !

 

ACTIVONS NOS NEURONES :

N'en déplaise à (certains) de nos dirigeants, nous, les Français, ne serons jamais des Anglo-saxons dociles et rentrant dans le rang. On nous trouve arrogant (et alors, ça prouve qu'on existe!), râleur (l'esprit critique est avant tout français et je considère personnellement que de râler est un devoir national dès lors que la critique est justifiée), pas bon en langue (tiens donc, vous parlez bien sûr de notre accent, parce que pour notre « jeu de langue »,nous sommes reconnus comme les meilleurs. Avez-vous déjà entendu parler du French kiss?), pas respectueux des feux (pour nous, les Gaulois, un feu sert avant tout à faire bouillir le chaudron ou à alimenter le tournebroche!), épris de culture (encore heureux, car se cultiver est pour nous aussi important que de bien ripailler ! Sinon, à quoi servirait-il que neurone se décarcasse...), élégant (sachez qu'il est de notre nature d'être chic, d'une manière ou d'une autre. C'est d'ailleurs pour cela qu'on nous aime), respectueux de l'heure des repas (ma grand-mère me disait toujours qu'un sac vide ne tient pas debout!), gastronome (chez nous, c'est entrée, plat principal et dessert minimum, le tout arrosé d'un verre de bon vin – la carafe d'eau ne sert qu'à nous donner bonne conscience -), convivial (la table est peut être le meilleur endroit pour cela), radin (certes, le pourboire n'est pas systématique et vient normalement récompenser un service exceptionnel. Contrairement à d'autres nations, la France est suffisamment évoluée pour verser un -vrai- salaire aux salariés), et sexy (je veux, mon n'veu, c'est même à ce côté sexe à pile que l'on nous reconnaît. Et les étrangers de nous surnommer « French lovers » ou de chanter « Voulez-vous coucher avec moi ce soir ? », c'est dire...).

Gens naturellement de qualité, et bons vivants de naissance, il ne faut mieux pas nous fâcher, sauf à vouloir finir dé(ca)pités (les guillotinés s'en souviennent encore!). Pour ma part, je considère le peuple français comme inventif, généreux, (trop) accueillant et travailleur. Encore faudrait-il qu'il soit bien gouverné et c'est là que le bât blesse ! Puissions-nous nous réveiller en 2021 ! Bonne année ! https://vk.com/id623568955

 

L'Office de Tourisme de Hong-Kong vous adresse ses meilleurs vœux pour 2021, en musique avec l'Orchestre philharmonique de Hong Kong, qui interprète « Au Matin » d'Edvard Grieg (https://u2993374.ct.sendgrid.net/ls/click?upn=iVbkGEPwLzho0FyWtViy6JuSRtQe4wbzNUqfOqVUmfABxNcZqkXS-2Fqg4I5FUvout7V2TJYjCbkeLH3I74bn-2FBktiShwx0tKBaci5hBvgJ-2BM-3Dv0Ep_b0IY6lRA-2FQot9-2Bxcb6dw8oVX6MQ0MznjtxmJwpfEqvhwp9PFZ6-2FU9pyOaP5Cx0UmloxduEXHWiYpiv4IE9J8Cgk1K4pFLkXVzW2ZJHfsL7JQk81ZCSkKj9arj6EyV3-2Fwme0-2FTUabRyQSkxFzDUdM0-2BtQhoYwqfw8ULnqhNMff394AjF7MINTqxzZ60z4EN82WHsU1IX7WW4RyccD76fHGQ-3D-3D) depuis l'un des plus beaux parcs naturels de Hong Kong, celui de Sai Kung, à l'honneur dans les splendides images aériennes qui accompagnent les musiciens. 2021 sera placée sous le signe de la nature préservée de Hong Kong, à proximité immédiate de sa ville mythique.
Hong Kong est avant tout une région où la nature est protégée dans des parcs naturels qui couvrent 40% de son territoire. La destination abrite plus de 262 îles, de magnifiques plages de sable fin, des forêts et des montagnes parcourues de nombreux sentiers de randonnées. La petite superficie du territoire rend ces évasions sereines extrêmement faciles et rapides. 
Plus d'informations sur https://www.discoverhongkong.com/fr/explore/great-outdoor.html 


 

Voici ma liste de 30 morceaux favoris de chansons francophones (ou pas) pour le dernier trimestre 2020 : « Folo » de Dramatik (https://youtu.be/NLR5426wJlI), « Oh oui je t'aime » de Nach (https://youtu.be/wjUmbSArOJE), « Moon Star Lover » de Wild Black (https://youtu.be/MevDTorWnyo), « Orpailleur » de Gaëtan Roussel (https://youtu.be/7GKCHmbRP6o), « Le confort » de Voyou (https://youtu.be/mSXANDxQ1PM), « Echo » de Lili Poe (https://youtu.be/UDNx_cIBZ60), « Jaser jaser » de Fanny Bloom (https://youtu.be/rGCkB53m7DA), « Crier tout bas » de cœur de Pirate (https://youtu.be/lEVqmcdA54Y), « Celle qui chante » de Claude Bégin (https://youtu.be/KegAgN-rvFI), « Tout va bien » d'Orelsan (https://youtu.be/dq6G2YWoRqA), « Cool when yer Old » de P'tit Belliveau (https://youtu.be/iII1Bszfg9U), « A la folie » de Juliette Armanet (https://youtu.be/-GPkqoQz2vo), « Vaudou » de Dumas (https://youtu.be/B9F_QVNTaBc), « Traum » de Cro (https://youtu.be/8WQMBv2deYQ), « Nue » de Clara Luciani (https://youtu.be/zEh4_vdvbps), « Portofino » de Lola Le Lann (https://youtu.be/M7tQtFKTcEc?list=RDM7tQtFKTcEc), « Ca ira,ça ira » de The Pirouettes (https://youtu.be/N831j0zt0jE), « Château fort » de Fanny Bloom (https://youtu.be/S_zwCmuFVi8), « Tu vois c'que je vois » de Vanessa Paradis (https://youtu.be/Lm8pr9P-wSg), « Tatou Kité » de Témé Tan (https://youtu.be/4Rw2agzRMnk?list=RD4Rw2agzRMnk), « Collective mon Amour » de Elephant (https://youtu.be/JNNcIXRKTH8), « Nous » de Julien Doré (https://youtu.be/PpRgiaONETI), « La couleur de l'amour » de Nach (https://youtu.be/MPhNMFnV5KQ), « Jamais de trêve » de Dumas (https://youtu.be/4ZFLAoyOvkw), « Sous les néons » de Fanny Bloom (https://youtu.be/3W0ABEXsR2w), « Cœur d'artichaut » de Polo & Pan (https://youtu.be/xF-3jOMGfAM), « Potager » de Laf (https://youtu.be/4avJwqaUFOc), «Alibi » de Eli Rose (https://youtu.be/2WWQkfzlycc), « 7 seconds » de Youssou Ndour (https://youtu.be/wqCpjFMvz-k), « Pleure » de Louane (https://youtu.be/t6tSxfbk1-g)


 

Au cœur du chantier de Notre-Dame

Poursuivant son travail documentaire sur Notre-Dame de Paris, Le Pèlerin vous propose ces images exceptionnelles signées Stéphane Compoint. Depuis juin, ce photographe suit le démontage de l’échafaudage tordu par l’incendie et la dépose du grand orgue. Le Pèlerin est rentré dans la cathédrale pour vous faire vivre en direct le chantier du siècle :

https://www.lepelerin.com/patrimoine/notre-dame-un-chantier-hors-norme/au-coeur-du-chantier-de-notre-dame/

 

A tous les sportifs, cet été Trail the World organise le Trail de France à faire en solo ou en équipe du 8 au 14 juillet 2021: Avec des étapes de 10 à 90 km, en relais de 3 à 4 personnes, en solo dans son intégralité, ou en solo sur une étape au choix, le Trail de France a pour ambition de faire découvrir la France différemment aux participant(s) en leur permettant de vivre des moments uniques, générateurs de souvenirs inoubliables. Le Trail de France, événement éco-responsable, c’est ainsi : 6 étapes, 380 km et 14 000 m de dénivelé positif, 3 régions, 8 départements et plus de 30 communes, 9 parcs naturels, 7GR empruntés, et 500 participants. En traversant et en reliant les régions, cet événement contribuera au développement et à l’attractivité des territoires français. Le Trail se déroulera en 6 étapes, en 7 jours, dans différents départements et régions de France. Le parcours sera renouvelé tous les ans afin de découvrir toutes les régions de France.

Trois possibilités d’aventures s'offrent à nous :

• L’aventure équipe : Pour créer un esprit de groupe, une cohésion, une motivation supplémentaire et vivre une expérience unique à plusieurs pendant une semaine.

• L’aventure solo intégrale : Un ultra-trail d’un nouveau genre, pour les amoureux et amoureuses des longues distances et de la découverte, et simplement vivre l’aventure avec un grand A.

• L’aventure solo sur étape : Pour (re)découvrir une région et se challenger sur un défi personnel le temps d’une journée.

https://letraildefrance.com/

 

Sortie aujourd'hui du carnet de timbres-poste intitulé « MOSAÏQUE DE PAYSAGES » représentant des paysages typiques des douze régions françaises. Les timbres sont illustrés par des vues aériennes de paysages typiques des douze régions françaises, la région parisienne n’étant pas incluse. Chaque timbre est comme un élément d’une mosaïque aux motifs et couleurs variés, montrant la richesse abondante, naturelle ou travaillée de nos paysages. Ces vues aériennes sont étonnantes, ressemblant à des tableaux d’artistes, jouant entre réalisme et abstraction.

Le département du Bas-Rhin, dans la région du GRAND EST, est illustré par des vignobles. Le département de la Somme montre des prés salés avec des moutons dans la région des HAUTS-DE-FRANCE. La baie de Somme est devenue, le 28 juillet 2020, le 55e parc naturel régional de France sous l’appellation de Parc naturel régional Baie de Somme Picardie maritime. Ainsi, la Région Hauts-de-France est riche de 5 PNR (Parcs naturels régionaux). Le département des Bouches du Rhône est illustré par ses célèbres salins en région PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR. La région CORSE est représentée par une vue de plage de Corse-du-Sud. Le département de la Vendée est illustré par les très connus marais salants, département situé dans la région des PAYS DE LA LOIRE. Celui de la Seine-Maritime est illustré par des cultures maraichères, en région NORMANDIE. La Lozère, en région OCCITANIE, est illustrée par des pâturages, le Loiret, en région CENTRE-VAL DE LOIRE, est illustré par un de ses vergers. Le Puy-de-Dôme, en région AUVERGNE- RHÔNE-ALPES, est illustré par des forêts et orgues basaltiques, la Côte-d’Or, en région BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ, est illustrée par des champs de blé et de colza, la Charente-Maritime, en région NOUVELLE-AQUITAINE est illustrée par des parcs à huitres, et le Morbihan, en région BRETAGNE, présente son magnifique littoral (Présentation : 12 timbres-poste autocollants Valeur faciale : 1,28 € (Lettre Prioritaire) Prix de vente : 15,36 €. Tirage : 4 000 000 exemplaires).



Nouveaux titres du Petit Futé :

Dans la collection Monde : Algarve 2021-2022 (216 pages, 11,95€), Montréal 2021-2022 (264 pages et 9,90€), Patagonie 2021-2022 (216 pages et 18,95€), Rwanda 2021-2022 (192 pages et 16,95€), Seychelles 2021 (240 pages et 16,95€). Les Carnets de voyage présentent le Canal du Nivernais 2021 (144 pages et 4,95€), Djerba 2021-2022 (144 pages et 4,95€) et Lanzarote 2021 (144 pages et 4,95€). Côté France, on trouve deux villes, Annecy 2020-2021 (5,95€) et Rouen 2021 (160 pages et 5,95€), des départements & régions avec Ariège 2021-2022 (192 pages et 9,95€), Aveyron 2020-2021 (288 pages et 9,95€), Drôme-Ardèche 2021 (408 pages et 9,95€), Midi-Toulousain 2021-2022 (384 pages et 9,95€) et Pyrénées Orientales 2021 (144 pages et 9,95€). Deux guides thématiques font leur entrée : Lieux de mémoire 2021 (240 pages et 12,95€) et Oenotourisme France 2021-2022 (540 pages et 16,95€).

 

Une première en Europe : Airbus qualifie un réflecteur dépliable de cinq mètres pour satellites radar

Airbus a complété la qualification d’un réflecteur d'antenne radar dépliable de cinq mètres, le premier en Europe. Ce réflecteur dépliable de 70 kilogrammes permettra d'obtenir d'un instrument radar une meilleure résolution pour l'observation de la Terre. Avec sa conception exceptionnellement légère, sa rigidité et sa grande robustesse, la technologie du réflecteur semi-rigide offre des avantages significatifs par rapport aux réflecteurs à mailles classiques.
Avec son grand diamètre, le réflecteur ne tiendrait dans aucune coiffe de fusée; il doit donc être replié pour le lancement. Une fois la coiffe larguée, le réflecteur se dépliera comme une fleur - de 1,6 à 5 mètres. Le concept du réflecteur parabolique dépliable permet à Airbus de pénétrer le marché des missions ou constellations radar à coûts réduits.
A l’issue d’une campagne de tests de déploiement et d’environnement intensive, le modèle de qualification a été livré au client pour des tests supplémentaires au niveau du système satellitaire complet. Le modèle de vol sera livré en 2021 et son lancement est actuellement prévu pour le client export, en 2022.

 

Une invitation au voyage en ce tout début d'année, celle de la maison d'édition Souffles Littéraires (https://souffles-litteraires.fr), avec la publication d'un nouvel ouvrage, celui de Raphaël Paquereau, backpacker transcontinental et sac au dos, parti à la découverte de la Nouvelle-Zélande, du Pérou, de l’Équateur, du Vietnam, du Laos ou encore du Cambodge. Notre aventurier nous convie cette fois à parcourir l'Australie, celle qui chamboule. Extrait. « De l’ornithorynque au wombat, des jungles primaires aux sommets de la Tasmanie en passant par le désert et en longeant la Grande Barrière... Ce continent d’aventures doit être traversé de toute son âme. Un appel à vivre ce pour quoi on est venu et sans retenue. Une raison de plus pour tout quitter et s’envoler. L’Australie n’est pas anodine : c’est votre copine. Les jours et nuits passés à ses côtés m’ont comblé au-delà de mes espérances, alors saisissez votre chance. C’est tout ce que je vous souhaite : découvrir de vos yeux la terre des ancêtres. Et c’est maintenant. Faites votre sac et foncez, qui sait de quoi demain sera fait. » Dans cet ouvrage, Raphaël Paquereau propose de découvrir l’Australie sous un jour très particulier. « Le Monde des Backpackers - Australie » de Raphaël Paquereau. 352 pages-18€ (également disponible en version numérique) https://www.souffles-litteraires.com/produit/le-monde-des-backpackers-australie/


 

Réouverture l'été prochain du Musée de la Chasse et de la Nature (Paris)

Le musée va ouvrir l'été prochain avec  250 m2 de surface en plus, ce qui représente près d’un tiers de sa surface initiale, offrant aux visiteurs un meilleur confort de visite, une collection déployée dans un nouvel accrochage, de nouveaux espaces pour les expositions temporaires. le nouveau parcours juxtapose l’art contemporain et les collections patrimoniales, en abordant différents thèmes, comme la relation entre l’homme et l’animal, et en interrogeant les contours d’une nature réelle ou fantasmée. Plutôt que de traiter ces sujets de manière académique, la scénographie privilégie une approche artistique et émotionnelle, proposant aux visiteurs une expérience sensible. Dans l’hôtel de Mongelas, la salle d’exposition du second étage fait peau neuve. Avec ses cloisons en bois chaulé et ses fenêtres désormais ouvertes sur les toits du quartier du Marais, elle constitue désormais un affût confortable, offrant deux espaces distincts et modulables pour présenter par roulement une sélection d’œuvres majeures du Musée. Plus intimiste et résolument tourné vers les grandes questions environnementales de notre époque, le parcours se poursuit sous les toits de l’hôtel Guénégaud et s’ouvre sur un grand diorama illustrant la notion d’anthropocène. Point fort du second étage, les fonds peints du diorama ont été confiés à un jeune artiste français, François Malingrey. Le visiteur est immergé dans un environnement montrant à la fois la beauté de la nature et le caractère irréversible de l’intervention humaine. Les visiteurs percevront la nouveauté dès l’entrée du musée : le rez-de-chaussée réaménagé est désormais largement ouvert sur la cour intérieure et permet une fluidité de circulation entre les deux hôtels particuliers. Il comprend désormais un accueil plus spacieux et de nouveaux espaces dont une librairie-boutique et un café, libres d’accès. L’espace pédagogique à destination du public scolaire et des groupes a quant à lui doublé de superficie.

Pour sa réouverture, le musée de la Chasse et de la Nature invite un artiste éminent de la scène française contemporaine, Damien Deroubaix. Avec son exposition « La valise d'Orphée », il proposera la confrontation de deux univers : une extraordinaire collection privée de minuscules amulettes zoomorphiques antiques dont la provenance couvre tout le bassin méditerranéen, et un décor monumental à la façon d’une grotte ornée ou d’un temple primitif, réalisé par Damien Deroubaix en véritable scénographe-metteur en scène. Musée de la chasse et de la nature, 60 rue des Archives à Paris (3è). Tél : 01 53 01 92 40. https://www.chassenature.org

 

Dans le Pays châtillonnais, on se la joue virtuelle

Saviez-vous que le Musée du Pays châtillonnais faisait partie des incontournables de la route des Celtes ? Découverte en janvier 1953, la tombe de la Dame de Vix est la sépulture princière la plus prestigieuse de la fin du premier âge du Fer (vers 500 av. J.-C.). La Dame, allongée sur un char, était parée de bijoux précieux, dont un torque en or, chef-d’oeuvre d’orfèvrerie celte. A ses côtés, se trouvait le célèbre vase en bronze, d’une dimension hors du commun (hauteur : 1, 64 m) et d’une esthétique admirable. Il est l’un des témoignages les plus puissants de l’art grec. Mais voilà, les contraintes inhérentes à la COVID ne permettent pas aux visiteurs de pouvoir venir au musée et ces derniers restent alors dépités. C'était sans compter sur l'esprit imaginatif châtillonnais qui mit au point une application entièrement gratuite : Trésor de Vix. cette application pour smartphones et tablettes vous propose l'audioguide du musée. 45 minutes de visite commentée et 28 points d’intérêt vous entraînent ainsi à la découverte du lieu et des plus beaux objets des collections...mais donne aussi des informations utiles pour préparer votre visite dans les meilleures conditions.

Fermé le 1er janvier prochain, le musée s’est arrangé, en coulisse, pour offrir ses collections au public le plus large en les mettant en ligne. Via l’application l'ensemble des pièces du musée, de la protohistoire à l'époque contemporaine, s'affiche sur l’application mobile gratuite. A vous l'évasion à travers une vingtaine d’écrans, l’histoire et l’actualité du site de Vix se dévoile : 89 ans de recherches archéologiques « Fouille du monument funéraire de la Dame de Vix », les méthodes de l’archéologie contemporaine appliquées à la fouille de 2019, documentaires, fichiers audio/vidéo, déroulé en accéléré du chantier de fouille, photographies des objets découverts… Le site est reconnu comme majeur par la communauté scientifique internationale pour la connaissance de la période protohistorique européenne au premier âge du fer (800 à 450 avant notre ère). En attendant de connaître des jours meilleurs. Musée du Pays Châtillonnais, 14 rue de la Libération, Châtillon-sur-Seine (21). Réouverture attendue le 6 février 2021. www.musee-vix.fr/


 

La Montagne Pelée (Martinique) bientôt classée par l'UNESCO ?

Nous l'espérons tous et la décision devrait être connue au début de cette année pour ce qui concerne l'inscription au patrimoine mondial des « Volcans et Forêts de la Montagne Pelée et des Pitons du nord de la Martinique ». Le périmètre proposé à l’inscription au Patrimoine Mondial se compose de quatre massifs : le Mont Conil, la Montagne Pelée, les Pitons du Carbet et le Morne Jacob. Les forêts de cet héritage naturel, allant de 0 à 1 400 mètres d’altitude, sont représentatives de tous les types forestiers de l’île. Elles sont aujourd’hui reconnues comme un lieu d'exception mondial de biodiversité pour la faune et la flore endémiques irremplaçables et protégées qui s'y trouvent. Enfin, son histoire géologique en fait un site unique à l’origine de la biodiversité des Petites Antilles. De plus, si cette candidature est validée, la Martinique sera ainsi élevée au rang des « Merveilles du Monde ». L'ile possède des espaces naturels préservés qui sont uniques dans la Caraïbe. Ce projet d’inscription à l’UNESCO vise à renforcer l’intérêt faunistique, floristique et scientifique de la Montagne Pelée et constitue un instrument supplémentaire de visibilité internationale et un indéniable atout, tant touristique qu’économique.

En effet, outre la visibilité internationale prestigieuse qu’apporterait cette inscription (suscitant une augmentation de la fréquentation touristique de 30% à 40%), cette distinction augurera aussi et surtout des perspectives de préservation, de gestion et de mise en valeur des patrimoines culturels et naturels dans une dynamique d’ensemble. A suivre...

 

Atlas de l'environnement du Finistère - Édition 2020

L’environnement dans lequel nous évoluons subit des changements globaux comme le dérèglement climatique, l’élévation du niveau des mers, la perte de biodiversité. L’enjeu est d’atténuer au mieux ces évolutions et d’assurer la préservation de nos ressources naturelles et de notre cadre de vie. Le Conseil départemental du Finistère contribue directement à ces objectifs et souhaite accompagner les acteurs sur des bases fiables et partagées.

La nouvelle édition de l'atlas de l'environnement du Département du Finistère participe à ce partage d’information et, grâce aux nombreuses thématiques qu’il traite, constitue une contribution à la connaissance du Finistère. Elle aborde les questions du changement climatique, de la pression humaine sur les écosystèmes et des risques naturels. Elle met aussi en évidence l’ingénierie environnementale du Département et de ses partenaires (CAUE, PNRA…) et les actions d’information et de sensibilisation du public à l’environnement. Outil de connaissance fiable et indispensable à tous les Finistériens et Finistériennes qui ont le souci de s’informer objectivement sur leur environnement, il sera également un document profitable pour celles et ceux qui mènent l’action publique dans le respect des principes du développement durable. Ainsi l’atlas fait la part belle à la cartographie permettant de visualiser de façon synthétique les principaux éléments d’information destinés tant au grand public qu’aux professionnels et aux décideurs.

L'accès à cet atlas est disponible sur https://www.finistere.fr/Actualites/Atlas-de-l-environnement-2020 : pour consultation (en bas de page) ou pour téléchargement en .pdf (en haut de page à droite).

 

Les adolescents et l'argent

Kard (qui propose une carte de paiement pour les 10-18 ans) a fait une étude afin de savoir comment les adolescents dépensent l'argent dont ils disposent : avec un budget mensuel moyen de 21€ consacré au shopping, on observe que les achats relatifs aux vêtements et au prêt-à-porter représentent plus de 24% des dépenses des adolescents. La nouvelle génération privilégie le shopping en ligne auprès de boutiques abordables comme Vinted, Shein et Zara. A l'affût de bonnes affaires, les adolescents réalisent leurs emplettes sur des sites et places de marché adaptés à leur budget. Les courses alimentaires et du quotidien occupent la seconde place du podium des achats des adolescents, suivie de près par la restauration. En moyenne, les adolescents déboursent 6,5 euros lors de chaque passage en caisse chez Carrefour, au Monoprix ou chez Auchan. Pour ce qui est de la restauration, le restaurant préféré des adolescents reste sans conteste McDonald’s ! Puis arrivent en seconde position les plateformes de livraison UberEats et Deliveroo, confirmant ainsi le développement des habitudes de paiement digital des nouvelles générations. En matière de budget, les paniers moyens varient selon les enseignes. Pour McDonald’s, on se situe autour des 8 euros soit le tarif d’un menu étudiant alors que la note double sur les plateformes de livraison. Le domaine du divertissement ne représente que 17 % du volume de dépenses des jeunes. Là encore, le divertissement reste majoritairement digital puisque les enseignes les plus sollicitées sont Apple Store, PlayStation et Google Play Store.

L’étude Kard révèle enfin que les adolescents savent se montrer responsables, dépenser sans dépasser leur budget et même économiser. Seulement un mois après le lancement des Coffres (sous-comptes), c’est déjà plus de la moitié des adolescents détenant un compte Kard qui épargnent en mettant de l’argent de côté dans ces Coffres digitaux proposés par la néo-banque. Plus de 250 000 euros ont déjà été épargnés par ce moyen, pour préparer leur avenir et financer leurs projets futurs. Et ils s’y mettent dès l’âge de 10 ans ! L’étude marque également la prédisposition au digital grandissante des nouvelles générations et donc la nécessité de leur proposer des outils adaptés à leurs besoins. On observe actuellement une accélération de la bancarisation chez les adolescents, de l’ordre de plus de 30 % par rapport à l’avant Covid.

 

#ExploreParis et les visites virtuelles

Le site https://exploreparis.com/fr/ offre une multitude de visites historiques ou insolites engageant même les explorateurs à s'aventurer dans des territoires périphériques . Pour rappel, Explore Paris est une plateforme de réservation qui est née du Contrat de destination « Paris, la ville augmentée » signé en 2016 avec l’Etat, Atout France, l’Office de Tourisme et des Congrès de Paris, les Comités départementaux du tourisme de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, le Département des Hauts-de-Seine, la RATP, le Welcome City Lab, et l’IREST (Université Paris I). L’objectif de ce contrat de destination est de renouveler et de dynamiser l’image de la destination Paris en élargissant son périmètre géographique à l’échelle du réseau de transport métropolitain, tout en y impulsant de nouvelles formes de tourisme urbain, à l’échelle de Paris et sa banlieue. Cette plateforme de réservation a été mise en ligne au 1er semestre 2018 et est notamment issue de la fusion des deux plateformes du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, mais l’offre présentée est métropolitaine. Elle propose des offres de visites et loisirs sur l’ensemble du Grand Paris pour vivre des expériences insolites et participatives : visites, balades, croisières, ateliers, à la découverte du Grand Paris insolite, alternatif et méconnu…

Depuis deux ans, et malgré la crise sanitaire qui frappe durement le secteur touristique, Explore Paris a proposé près de 8 000 visites insolites dans le Grand Paris sur des thématiques aussi variées que l’art dans la ville, la ville cosmopolite, les savoir-faire, la ville festive etc. Plus de 500 acteurs partenaires sont associés (guides, associations, artistes, collectivités, etc.). Aujourd’hui, Explore Paris adopte un fonctionnement collaboratif original. D’un commun accord, la plateforme est gérée au quotidien par les deux comités de tourisme (Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis) avec un travail de développement de l’offre, d’accompagnement des partenaires, de communication et de gestion de la boutique (technique, commerciale, relations clients). Le Département des Hauts de Seine aide au développement de l’offre sur son territoire et l’OTCP accompagne la communication et la promotion de cet outil. Et, depuis ce 1er janvier 2021, un GIE a d’ailleurs été mis en place pour faciliter la gestion de cette boutique. Bref, les gens en manque de contenu culturel devraient vite rendre visite à ce site fort attractif...


 

Inscription à l'UNESCO des savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d'art

L’UNESCO a inscrit le 17 décembre dernier les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cette inscription met en valeur une tradition vivante emblématique de l’Arc jurassien franco-suisse. Les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art comprennent l’artisanat horloger situé le long de l’Arc jurassien de Genève à Schaffhouse, de Bienne à Besançon mais aussi la fabrication d’automates et de boîtes à musique, caractéristique de la région de Sainte-Croix. A la croisée des sciences, des arts et de la technique, ces savoir-faire conjuguent des compétences individuelles et collectives, théoriques et pratiques, dans le domaine de la mécanique et de la micromécanique. Dans cet espace franco-suisse, une grande diversité d’artisans, d’entreprises, d’écoles, de musées et d’associations valorisent et transmettent ces techniques manuelles à la fois traditionnelles et tournées vers l’innovation. Partant d’une fonction économique, elles ont aussi façonné la réalité sociale quotidienne des régions concernées.

L’activité horlogère se perpétue à Besançon et dans le Pays horloger depuis plus de deux siècles, marquant aussi bien l’architecture que l’activité économique, l’enseignement et la recherche qui singularisent aujourd’hui encore le territoire. Le Musée du Temps présente des collections d’une richesse remarquable, et l’Observatoire de Besançon est aujourd’hui encore l’un des trois établissements dans le monde à homologuer les mouvements. Cette certification est reconnaissable depuis 1897 par la gravure du célèbre poinçon de la vipère. Et l’horlogerie franc-comtoise de concentrer 80 % de la filière française. Les activités de recherche (FEMTO-ST et UTINAM) et d’enseignement initial et continu (UFC, ENSMM, AFPA, Lycée Edgar Faure...) témoignent également de sa vivacité. On dénombre une cinquantaine de sociétés (PMI et PME) liées à l’horlogerie dans le bassin du Grand Besançon et une trentaine de sociétés dans le Haut-Doubs dont une quinzaine spécialisées dans la montre mécanique, ainsi qu’un certain nombre d’artisans indépendants (horlogers complets et restaurateurs). L’activité de sous-traitance est très marquée, la filière luxe (en particulier la maroquinerie) caractérisant également notre région. On note l’arrivée progressive d’une nouvelle génération d’horlogers davantage portée sur le design et la finition esthétique. Enfin, dans tout l’Arc jurassien, on apprécie le travail bien fait et le vocabulaire de tous les jours portent les traces d’une « identité horlogère commune » : t’as meilleur temps, ça se goupille bien...https://www.investinbesancon.fr/horlogerie-luxe-besancon.html


 

Le temps des étrennes avec Madelen

Et si, en guise d'étrenne, vous offriez à vos proches une carte de 6 mois ou 12 mois d'abonnement aux archives de l'INA ? Séries et fictions, documentaires, émissions, spectacles et concerts. Trois clics suffisent pour choisir l'une (à 16,99€) ou l'autre (à 29,99€) formule. A découvrir sur https://madelen.ina.fr/achat-carte-cadeau


 

2021 et l’année Flaubert (76)

L'année 2021 célèbre le bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert et organise à cette occasion de nombreuses manifestations sur tout le territoire de la Seine-Maritime (76). Ainsi le département, en collaboration avec l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie et Seine-Maritime Attractivité, a t-il souhaité développer un dispositif intitulé « A table avec Flaubert », aux côtés des restaurateurs. Pour participer à ce réseau, ceux-ci devront créer un plat ou un menu « Flaubert » à mettre à leur carte. Dix fiches cuisine d’aide à l’inspiration culinaire, en rapport avec les œuvres ou des éléments biographiques de la vie de Gustave Flaubert (réalisées en partenariat avec Valérie Duclos, auteur culinaire, qui vient de réaliser un très bel ouvrage « A la table de Flaubert ») seront offertes aux restaurateurs.

Pour chaque table ayant pris un ou plusieurs plats estampillés Flaubert, un pass’à table sera délivré, donnant droit à une entrée gratuite pour une entrée payante dans les sites et musées départementaux, tout au long de l’année 2021, histoire de mieux s’imprégner de l’univers Flaubertien ! Les restaurateurs du réseau A table avec Flaubert seront facilement reconnaissables par le macaron dédié à l’opération qu’ils devront apposer sur leur vitrine. L’ensemble des informations, restaurants, menus et plats sera disponible sur l'application A table avec Flaubert, qui sera disponible prochainement.

La vie et l’œuvre de cet écrivain majeur du 19ème siècle sont intimement liées au territoire, de la Côte d’Albâtre à la Seine, en passant par la campagne cauchoise ou brayonne si bien décrites dans ses romans. Pour lui rendre hommage, la programmation culturelle départementale 2O21 lui est entièrement dédiée. Une vingtaine d’initiatives, entre le mois de mars et décembre, notamment dans les sites et les musées départementaux, mais également des publications en lien avec les éditions Gallimard, accompagneront ainsi l’année Flaubert : expositions, conférences, parcours jardins, spectacles, collaborations avec les restaurants…

 

S-Camp, tribu pour sportifs heureux

Les amoureux de sports en extérieur et de fitness, qui ont été freinés dans leur pratique en raison de la pandémie, ont plus que jamais besoin de se remettre en forme et de relever de nouveaux challenges. Ce nouveau club est un concept précurseur qui va redonner le sourire à tous les amateurs des squats et des burpees : séjours 100% sportifs et bien-être, en pleine nature (organisés autour de la pratique du CrossFit), programmes complets alliant WODs, activités outdoor (VTT, Rando, Paddle...), yoga, médiation, ateliers (gainage, équilibre...), et moments de jeux et de détente sont d'ores et déjà proposés au public. Tous les participants sont accompagnés par un entraineur expérimenté utilisant une méthode démonstrative et participative très motivante, dans une ambiance bienveillante.

Les séjours s’adressent à tous : débutants ou experts, familles, solos et couples, pratiquants de CrossFit, de Cross-Training, de Fitness ou autres. Les participants sont logés dans des hébergements éco-responsables et authentiques qui ont un charme fou, dans un cadre idyllique. Les repas sont sains et copieux, équilibrés et adaptés à la pratique sportive. Quant aux activités, elles sont adaptées en fonction du niveau de chacun car S-Camp, c'est aussi un service sur-mesure et toujours aux petits soins.

Trois séjours sont disponibles : Voyage au bout des haltères (5 jours/ 5 nuits), Bons Burpees de Normandie (3 jours/ 2 nuits) et Le dernier guerrier des Landes (5 jours/5 nuits). https://s-camp.fr/

 

Les Départements franciliens financeront la reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis (93)

Ce projet permettra de restituer à la basilique vieille du 13è siècle sa tour et son clocher, démontés en 1847. Le chantier actuellement en cours devrait durer une décennie. Il constitue l'un des plus grands chantiers patrimoniaux de France et engage des corps de métiers très spécialisés. A terme, la flèche reconstituée constituera un nouvel atout culturel et touristique pour la Seine-Saint-Denis. Les présidents des départements franciliens ont validé à l’unanimité le déblocage de 20 millions d’euros en faveur de ce projet hors normes. Ils ont également sollicité une rencontre avec la Ministre de la Culture pour entériner cette aide exceptionnelle qui représente environ la moitié du budget estimé de cette reconstruction. Par cette nouvelle intervention, le Fonds de Solidarité Interdépartemental et d’Investissement confirme sa place d’acteur public majeur de l’investissement utile en Ile-de-France.>

 

Il était une fois Terra Botanica, le plus grand parc végétal d'Europe, à la découverte duquel Muriel, Odile et moi partîmes le temps d'une journée en septembre dernier. Oxygénation garantie en ce début d'année 2021. Mes vœux ? Que vous vous mainteniez dans la meilleure forme possible. N'est-ce pas l'essentiel ?

Yves

Classement des dix premiers pays qui ont visité ce site la semaine dernière : 1) France 2) Chine 3) Canada 4) Italie 5) Emirats Arabes Unis 6) Belgique 7) Suisse 8) Colombie 9) Allemagne 10) Espagne




Le Parc Terra Botanica (Angers, Maine-et-Loire, France)


De passage chez des amies dans la région angevine, c'est tout naturellement que j'ai fait une halte au parc d'attraction du végétal, Terra Botanica. Accompagné de deux « belles plantes », Muriel et Odile, je pars me mettre au vert le temps d'une visite partielle de ce parc à thème de 27 hectares (dont douze sont accessibles au public). C'est dimanche, et nous y sommes dès l'ouverture histoire d'éviter la foule. Et d'effeuiller en fin d'article la marguerite : « je t'aime, un peu, beaucoup... ». Quant au bouquet final, n'oubliez pas de visualiser ma vidéo associée à ce reportage. (...)


Lire la suite
Leglobeflyer







Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile