Revoir le globe
Top
Retour à la médiathèque


La Vendée pour les Nuls, de Michel Chamard (First)
La Vendée, tout le monde a son idée à son sujet. Une idée parfois très tranchée ! Pour les uns, c’est le comble de l’abomination : un territoire arriéré, peuplé de royalistes et d’ennemis de la République. Pour les autres, c’est l’incarnation d’un idéal : « Dieu et le roi », inscrit sur les drapeaux brandis par une armée de « chouans » conduite par « M. de Charette ». Pour d’autres encore, c’est selon : un souvenir de plages, de vacances, ou – depuis peu – le pays du Puy du Fou ou le point de départ et d’arrivée du Vendée Globe… Quelques érudits savent que Richelieu y fut évêque et que Clemenceau était vendéen. Et pourtant : la Vendée ne se limite pas à la guerre du même nom et à une ou deux îles. Aliénor d’Aquitaine, Richard Cœur de Lion, Gilles de Rais, Rabelais, Réaumur, de Lattre en ont été des célébrités locales, la Renaissance française y a eu l’un de ses principaux foyers, le département couvre 60 % de la surface du Marais poitevin, le canard nantais vient de Challans et le cœur de ce que les économistes appellent le Choletais bat en fait aux Herbiers… Découvrez l’exceptionnelle histoire de la Vendée, la diversité de ses paysages et son riche patrimoine, mais aussi la réalité contemporaine d'un département vivant, avec un riche réseau d’entreprises performantes, un tissu associatif dynamique et solidaire, des habitants attachants et ouverts.
La fabrique de pauvres: ... et comment ne pas vous faire prendre dans l'engrenage, de Simone Wapler (Ixelles Editions)
Lorsque même ceux qui ont suivi un parcours sans faute se retrouvent au bord de la route ou partent chercher meilleure fortune à l’étranger, le doute n’est plus permis. Ce ne sont pas les vilains immigrés, la méchante mondialisation, la finance sans visage, la crise, le libéralisme sauvage ou encore le manque de qualification qui sont en cause. Il y a autre chose ! La France est devenue une fabrique de pauvres ! Il ne s’agit pas de dresser un énième bilan déprimant de la décadence et du gâchis national mais de comprendre les mécanismes fondamentaux qui y conduisent : • la chape de béton idéologique, • la machine à fabriquer des chômeurs qu’est devenue l’Éducation nationale, • la réglementation, machine à broyer l’initiative, • les exceptions françaises que-le-monde-nous-envie, • la fin de la croissance… Vous découvrirez ainsi que la fabrique de pauvres est en réalité le résultat d’un système qui pousse dans ce sens. Une fois les engrenages bien identifiés, vous trouverez dans ce livre des solutions personnelles concrètes pour éviter de vous faire happer par ces rouages. Quelles études conseiller à vos enfants, comment maintenir votre « employabilité », comment épargner, où trouver des revenus complémentaires, quelles précautions prendre pour votre retraite, comment préserver votre santé sans plomber votre budget ? Après avoir lu ce livre, vous grossirez les rangs des Français qui ne craignent plus la précarité.
Le Mur de l'Ouest n'est pas tombé, de Hervé Juvin (Pierre-Guillaume De Roux)
Le capital paie des salaires quand les tanks le menacent. Enlevez les tanks, l esclavage est de retour, la globalisation s y emploie ; et voilà pourquoi George Soros finance la destruction des unités nationales à travers ses Open Society Foundations, voilà pourquoi les mafieux ukrainiens ont le soutien de leurs confrères américains et de leurs mercenaires, voilà pourquoi Israël se tourne vers la Russie et vers le monde orthodoxe, un monde qui sait ce qu il en coûte de ne plus défendre son identité ! Car la chute du Mur de l Est a laissé l Europe sans défense contre des systèmes, des principes et des intérêts venus d ailleurs... Ceux de l US Empire. Le but de la manoeuvre ? Séparer l Union européenne de la Russie et ruiner tout projet d alliance eurasiatique qui, s il se réalisait, reléguerait la puissance américaine aux marges du monde... Si la chute du Mur de Berlin mit fin aux dictatures communistes en 1989, nul ne s est inquiété de cet autre Mur qui allait à son tour diviser le monde : le « Mur de l Ouest ». Celui que les États-Unis bâtissent au centre du continent eurasiatique. Hervé Juvin démontre, au fil d un dessous des cartes extrêmement mobile, l urgence du « non-alignement » européen qui délivrerait enfin nations et frontières du glacis artificiel que l hyperpuissance américaine ne cesse de développer au nom de la globalisation libérale désormais synonyme de crise mondiale majeure.
Sur les chemins des pardons et pélerinages de Bretagne, de Bernard Rio (Le Passeur éditeur)
Il y avait foule à Lorient. Un samedi soir d'août, à la fin des années quatre-vingts, c'était fête et foire dans les rues du port, un mélange des genres urbains et touristiques. D y avait là le Breton du coin et son cousin de Paris, l'estivant d'ailleurs et le frère d'Écosse. C'était bruit et chahut sur le bahut du bord. Un ami normand que j'avais entraîné au Festival interceltique de Lorient me dit tout de go au milieu de la foule animée : «Pourquoi ne me montres-tu pas un pardon breton ?» Qu'à cela ne tienne, nous partîmes le lendemain, dos à la mer, à l'intérieur des terres et nous nous retrouvâmes devant une chapelle de l'arrière-pays. Le chapiteau était dressé dans le placître où les dames crêpières s'affairaient déjà tandis que les cloches battaient le rappel des fidèles. Nous passâmes une grande partie de la journée en ce lieu champêtre, propice au repos, à la méditation et à la communion. Quel contraste avec la fureur lorientaise ! Étonné par l'intergénération de cette fête mariant le profane et le sacré, l'ami Jean me confia que les Bretons avaient de la chance de conserver un tel patrimoine vivant. Il m'avait fallu ce regard extérieur pour voir l'évidence et comprendre une réalité qui m'avait échappé : le décalage entre un monde qui se donnait en spectacle et cet autre monde à l'écart des modes dont la permanence défiait les temps acoquinés de la raison et de la jouissance. Depuis lors, je n'ai jamais manqué une occasion d'assister à un pardon, que ce soit en Basse ou Haute-Bretagne. Si loin des clichés de cartes postales, le pardon ne cultive ni la nostalgie ni le folklore. Il faudrait réduire la Bretagne à cinq semaines d'été et à la bande côtière pour considérer le pardon comme une manifestation à voir. La réalité est différente. On ne regarde pas le pardon, on y vient et on y participe. Il serait vain d'imaginer le pèlerin sur le chemin de Saint-Jacques vêtu à la mode médiévale. Il en est de même en Bretagne, que ce soit dans la plupart des pardons, des troménies et plus encore du Tro Breiz.
Les Nehru-Gandhi, de Renée-Paule Guillot (Pygmalion)
«Un étrange destin m'a plongé dans un genre de vie pour lequel je n'étais pas fait», disait Nehru. Qui, en effet, aurait pu croire que ce jeune avocat sans grand talent, élevé par un père ami des Anglais, deviendrait le leader de l'indépendance de l'Inde ? Sa fille Indira, qui lui succéda, puis son petit-fils Rajiv, enfin Sonia l'épouse de ce dernier, n'avaient pas plus que lui le goût de la politique dont ils redoutaient les méandres. Ils durent néanmoins prendre en main les rênes de leur pays. Quelle force irrésistible les a propulsés, de génération en génération, dans l'arène politicienne ? Quel formidable destin les a métamorphosés - de Motilal, le fondateur de la dynastie, à Rahul, son ultime héritier - en incarnation du rêve indien et en précurseurs d'une future grande puissance ?
India Express, de Constantin Simon (Le Passage)
"Caméra à la main, je sillonnais l'Asie avec pour jardin l'Hindoustan. Parfois mon métier me désespérait tant il confinait à l'absurde, jouait de l'obscène. D'autres fois il me remplissait de bonheur. Sacrée cuisine tout de même que cette affaire de caméra... un objet magnétique. Sortez un crayon, personne n'y fait attention. Ouvrez votre caméra, les gens viennent se coller. La vertu de l'aimant. Le monde en boîte." Derrière sa caméra-revolver, Pierrot gamberge un peu trop... C'est qu'il en rêvait depuis l'adolescence : devenir reporter de guerre. Alors quand le jeune homme, tout juste diplômé, se voit proposer une mission au Sri Lanka, il fonce, emmené par une journaliste un peu loufoque dont il est le caméraman, l'esclave puis l'associé. Des fumeurs de cannabis de l'Himalaya aux être-bigorneaux du Japon de l'après-tsunami, des sâdhus nus du Gange aux vrais-faux talibans de Karachi, Pierrot croisera des personnages truculents, démoniaques ou célestes, rencontrera l'amour et la mort. Une plongée fascinante à la découverte de l'Inde et de lui-même.
Economie ou socialisme, il faut choisir, de Pierre Godicheau (Godefroy de Bouillon)
Beaucoup de Français sont désespérés par la classe politique actuelle, les taux d abstention aux élections le prouvent. Certains se tournent même vers le Front National en espérant des jours meilleurs. Cependant, cette solution est-elle la seule possible ? L histoire du national-socialisme, du fascisme, voire du franquisme, en font reculer plus d un. La situation est-elle alors complètement désespérée ? L auteur de Economie ou socialisme, il faut choisir explore des terres nouvelles pour montrer qu existent à la fois des solutions et un type d hommes pas encore vraiment identifié par les analystes politiques, mais qui fait déjà fonctionner l économie privée et une partie de l économie publique. Le monde politique et la haute administration ont besoin de tels hommes, mais munis d une caractéristique supplémentaire : le souci du bien commun. L auteur ne dit pas que tout sera facile, mais il dit déjà : Les instruments intellectuels de la reconquête existent et les hommes capables de la mener à bien existent certainement aussi. A eux de se révéler et de s investir
Le Grand Mourzouk, de Ghislain de Diesbach (Via Romana)
Officier de spahis né d’un légionnaire et d’une femme touareg, le Grand Mourzouk conquiert la France pour y faire régner le contrepied de tout ce que le XVIIIe siècle a engendré en France… Mais que peut un pays libéré de ses « illusions démocratiques » ? Historien renommé, biographe et essayiste, Grand Prix de la biographie de l’Académie française pour son Proust, Ghislain de Diesbach est aussi l’auteur de récits et nouvelles comme Iphigénie en Thuringe. Il a publié Le nouveau savoir-vivre chez Perrin en 2014.
Sainte Anne: De Jérusalem à Auray, d'Anne Brassié (Artège)
En Occident et au Moyen-Orient, d innombrables petites filles, des églises, des chapelles, des villages, des hôtels, des hôpitaux et des bateaux portent le nom d Anne. Son histoire est celle d une jeune fille née en Palestine, mariée à Joachim et qui attendit vingt ans un enfant : ce fut Marie, qui à son tour engendra Jésus. Dès sa mort, le culte de sainte Anne se propagea si vite qu on la prie aujourd hui dans le monde entier, grâce aux missionnaires catholiques. Pourquoi les marins en perdition, les mères stériles ou angoissées pour leurs enfants, les malades ou les désemparés s en remettent-ils à elle ? Pour le comprendre, suivons les pèlerins de Sainte-Anne-d Auray. Depuis son apparition, il y a trois siècles, à un paysan du Morbihan, Nicolazic, ils viennent prier le 26 juillet celle qu on appelle la grand-mère des Bretons. « Il y a dans les miracles assez de lumière pour ceux qui veulent croire et assez d obscurité pour ceux qui ne le veulent pas », écrivait Pascal. La lumière de ces apparitions est si forte qu un procès en béatification de Nicolazic est actuellement instruit. Le pardon de Sainte-Anne-d Auray demeure l une des grandes traditions catholiques européennes.
Manger rouge pour rester vert, du Docteur Jean Claude Houdret (Editions du Dauphin)
Quelles sont les causes du vieillissement ? Quels sont aujourd'hui les outils et moyens médicaux pouvant le mesurer ? Peut-on le prévenir en ayant une alimentation riche en antioxydants ? Telles sont les questions auxquelles répond le Docteur Jean-Claude Houdret dans ce livre original, simple, pratique et à la portée de tous. Le docteur nous présente ici sa méthode antioxydante basée sur une alimentation à base d'aliments rouges et un ensemble de 5O recettes simples et légères allant des entrées aux desserts sans oublier les sauces.
page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5 - page 6 - page 7 - page 8 - page 9 - page 10 - page 11 - page 12 - page 13 - page 14 - page 15 - page 16 - page 17 - page 18 - page 19 - page 20 - page 21 - page 22 - page 23 - page 24 - page 25 - page 26 - page 27





Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile