Revoir le globe
Top
Retour à la médiathèque


Châteaux de famille : Une élégance française, d'Eric Mension-Rigau (Editions Chne)
La France est le pays des châteaux : ils parsèment les campagnes, coiffent les cimes, étonnent les étrangers par leur variété et leur abondance. Châteaux de famille, une élégance française invite à découvrir des demeures habitées depuis plusieurs générations par une même famille. Austères forteresses adoucies par la Renaissance ou édifices classiques pourvus de la grâce souriante du XVIIIe siècle, tous sont des trésors de beauté : silhouette majestueuse, parc aux arbres séculaires, intérieurs somptueux. De la Bretagne à la Lorraine, de la vallée de la Loire aux Cévennes, ils témoignent de la pérennité des traditions aristocratiques et d'un art de vivre raffiné, que dévoilent les superbes photographies de Christophe Lefébure et les textes érudits d'Eric Mension-Rigau.
Singulière noblesse: L'héritage nobiliaire dans la culture française contemporaine, d'Eric Mension-Rigau (Fayard)
La revendication aristocratique de distinction a-t-elle encore un sens aujourd’hui ? Fondée sur le principe d’une hérédité, prolongeant le souvenir d’un privilège et attachée à la permanence des usages, elle paraît en complet désaccord avec la culture dominante qui exalte la justice sociale et l’aspiration égalitaire. Depuis près de vingt-cinq ans, Éric Mension-Rigau, en historien, rassemble des sources, côtoie, observe, interroge les descendants des grandes familles aristocratiques afin de comprendre comment cette « caste », aujourd’hui sans statut officiel, tente de s’adapter aux évolutions sociales et politiques du monde qui l’entoure. Entre résistance et concession, les nobles français sont en charge d’un héritage qui dépasse leurs simples familles, dépositaires d’une histoire et d’une mémoire collective qu’ils se doivent d’entretenir. Entre l’essai sociologique et la recherche historique, Singulière noblesse invite à saisir une catégorie sociale dans sa spécificité, mais aussi dans le rapport que la société tout entière entretient à son égard, révélant, en creux, notre rapport au passé.
Histoire illustrée de la Bretagne et des Bretons : Ve-XXIe siècles, de Joël Cornette (Le Seuil)
L'histoire commence au VIè siècle après J.C quand les Bretons quittent la Grande-Bretagne actuelle pour s'installer dans ce qui était l'Armorique et que les contemporains appellent alors Britannia. Loin d'être un "finistère", la Bretagne est au coeur d'un monde maritime: en témoignet les neuf millions de Bretons dispersés dans le monde dont cinq millions en France. C'est surtout à ces derniers, à leurs terres, à leur irréductible identité et à leur histoire qu'est consacré cet ouvrage très joliment illustré.
Voyage pittoresque et historique au Brésil, de Jean-Baptiste Debret (Editions Imprimerie Nationale)
Marqué par le néoclassicisme de l'épopée révolutionnaire, le peintre Jean-Baptiste Debret (1768-1848) avait dirigé l'atelier du grand David avant de s'exiler au Brésil à la chute de Napoléon, dans le cadre de la "Mission française", un groupe d'artistes invités à créer une Académie des beaux-arts à Rio de Janeiro, capitale du nouveau royaume. Durant ce long séjour (1815-1831), Debret produira plusieurs centaines de dessins et aquarelles sur la vie quotidienne au Brésil. A son retour en France en 1831, il publiera ce Voyage pittoresque et historique au Brésil chez Firmin Didot (1835-1839). Oublié pendant un siècle, puis traduit en portugais en 1944, cet ouvrage exceptionnel est devenu pour le Brésil la source iconographique et littéraire fondatrice puisque contemporaine de la naissance de la nation brésilienne. Peintre et mémorialiste, Debret n'est pas un voyageur occasionnel séduit par l'exotisme de l'ancienne colonie portugaise. Il vit à Rio quinze années, y travaille et participe à la vie locale. C'est en ethnologue qu'il témoigne de la vie quotidienne des colonisateurs, des Indiens, et plus particulièrement celle des esclaves qui constituent la principale population active. Et c'est en historien qu'il analyse la naissance d'une nation, en accord avec la sensibilité politique qu'il avait acquise durant la Révolution de 1789. Sa plume et ses dessins sont précis, explicatifs, parfois ironiques et souvent dénonciateurs. Cette première réédition en France, depuis 1839, est offerte dans son intégralité. Elle rend enfin accessible à tous un monument de l'esprit de découverte au XIXe siècle et une oeuvre réellement patrimoniale. La qualité exceptionnelle des reproductions rend justice à un artiste fin et scrupuleux, doublé d'un historien qui avait su anticiper le développement du Brésil moderne. Un "classique" pour tous les Brésiliens, pour les ethnologues, pour les historiens, notamment de la colonisation et de l'esclavage, comme pour tous les amoureux du Brésil.
Eloge de l'Armée Française, de Dominique Lormier (Editions Pierre de Taillac)
Des "commandos" de Bertrand du Guesclin aux as de la chasse de 14-18, des victoires de Jeanne d'Arc a celles de Napoléon, de la résistance héroïque des poilus de Verdun a celle des français libres de Bir Hakeim, de la campagne d'Italie de 1943 a l'intervention au Mali en 2013, une histoire passionnée de l'armée française...
Pegasus Bridge le Pont de l'Espoir, de Françoise H.Gondree (Editions du Panthéon)
« Le 3 Novembre 1944, la guerre n’est pas finie et des unités continuent de passer les ponts. C’est à titre de reconnaissance insigne que le médecin Lieutenant-colonel Bruce Harvey, commandant la 225th Field Ambulance, a quitté le Front sur autorisation spéciale de sa hiérarchie pour assister Thérèse Gondrée à ma naissance à Pegasus Bridge. Baignée dans cette reconnaissance depuis ma plus jeune enfance, c’est toute une vie de dévouement envers celles et ceux qui m’ont permis de voir le jour. Toute une vie qui m’a amenée à connaître leur Histoire empreinte de souvenirs douloureux dont certains ne devaient pas être révélés. C’est ainsi que les plus hauts dignitaires et acteurs du 6 Juin 1944, dont mes parents, me chaperonnèrent aux fins d e t ransmettre leur enseignement et leurs valeurs. Ils me permirent d’accéder aux conférences annuelles du Staff College, de fréquenter SPO, l’IHEDN, RCDS l’Université de Droit, d’Economie et de Sciences Sociales de Paris ainsi qu’à des postes appropriés dans ma vie professionnelle.
Les Combats de la vie, de Luc Montagnier (Jean-Claude Lattès)
A l'heure où la planète s'interroge sur son avenir, où apparaissent de nouveaux virus aux mutations imprévisibles, le professeur Montagnier révèle les moyens de réduire les facteurs de risques qui nous menacent, de juguler le syndrome du stress oxydant curieusement présent dans la plupart des maladies. Au fil de ses nouvelles découvertes, il pose un regard original sur notre temps, sur l'état de notre recherche. Il livre avec une rare indépendance d'esprit ses doutes, ses révoltes, ses solutions ou ses propres remèdes pour une nouvelle médecine axée priori rai renient sur le développement de nos défenses immunitaires, aboutissant en particulier à une meilleure prévention
La Domestication de l'humain, de Alain Cotta (Fayard)
Comment l’envolée du savoir humain, en particulier celle des sciences physiques, a-t-elle déterminé l’évolution de l’espèce humaine assujettie depuis ses origines aux processus darwiniens ? Balayant son histoire du néolithique à nos jours, du chasseur-cueilleur au paysan puis à la révolution industrielle mise en œuvre par l’entreprise, Alain Cotta explore l’âge nouveau, la révolution digitale née des progrès accélérés de la biologie et de l’informatique. Cette dernière évolution ne peut rester sans effets sur la sociabilité humaine : il dépeint en ce sens les différents niveaux de domestication auxquels l’être humain est astreint par la toute-puissance de l’entreprise et l’avènement des oligarchies dans des sociétés mondialisées, gouvernées par l’avidité financière et la hantise de la mort. Plutôt qu’épris de liberté, les être humains ne sont-ils pas davantage attirés par une égalité semblable à celle des fourmis, des abeilles et des termites – leur reine exceptée ? Et, « roués pour le confort », ne seront-ils pas satisfaits d’une domestication de plus en plus stricte, génératrice d’un ordre social assurant la sécurité individuelle et collective ?
Ils ont acheté la Presse, de Benjamin Dormann (Jean Picollec)
À force d'être si proche du pouvoir, la presse n'est plus un contre-pouvoir crédible. Gavée de subventions publiques et de privilèges fiscaux, la presse est épargnée par l'effort de solidarité imposé à tous. Un favoritisme d'État (les contribuables versent plus de 5 000 euros de subvention par mois et par journaliste...) dont la presse bien sûr ne parle pas, mais dont ce livre dresse un bilan alarmant. Vigilante sur toute proximité avec les sarkozystes, la presse a accepté de devenir capitalistiquement proche du pouvoir socialiste, s'étant vendue sans états d'âme à des financiers (il est vrai qu'ils s'affichent «de gauche»). En étudiant notamment de près la reprise du Monde par le trio Pigasse-Bergé-Niel, et en revenant sur la gestion du Nouvel Observateur par Denis Oliveraies, avec aussi un éclairage sur Médiapart ou le Huffington Post d'Anne Sinclair, on découvre avec effarement les coulisses d'une presse embourbée dans ses contradictions, ses compromissions, ses oeillères et ses mensonges. La presse a renoncé à être le quatrième pouvoir, pour mieux se fondre dans le cinquième pouvoir : celui de vastes réseaux mondialisés, mêlant hommes d'affaires, financiers, médias et politiques, agissant et décidant en toute discrétion, parallèlement aux structures démocratiques devenues impuissantes. Une enquête fouillée de plus de deux ans, un voyage édifiant et instructif sans parti pris, sans tabous, sans langue de bois dans les coulisses, où l'on croise les membres du Siècle (le plus grand groupe d'influence français), les Young Leaders Arnaud Montebourg et Audrey Pulvar, le Bilderberger Manuel Valls, le German Marshall Fund, financera : américain de Terra Nova, organisateur des Primaires du Parti Socialiste... et où l'on découvre les stupéfiantes conditions de nomination de l'inconnu Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil européen. Ne reste-t-il qu'Internet pour disposer d'une information non formatée, plurielle et de vrais débats contradictoires loin de tous ces conflits d'intérêts et de ces magouilles devenus répulsifs aux lecteurs ?
Les princes de l’argot, de François Cérésa (Ecriture)
« Chic, il y a de l’argot dans l’air ! Le latin de la racaille. Une langue parfois morte, qui renaît sans cesse de ses cendres. Une langue jamais amorphe, toujours polymorphe… » Écrivains, chanteurs, ils s’appellent Bruant ou Céline, Renaud ou Boudard, sans oublier le tonitruant Michel Audiard et d’autres moins connus, tel l’écrivain Albert Paraz. Ils ont servi la langue française en se jouant d’elle, en la réinventant, offrant au plus grand public l’éclat des mots populaires. De François Villon à la série à succès Kaamelott, François Cérésa présente ces « Princes de l’argot ». Il le fait à sa manière, avec un style incomparable, le verbe fleuri. En remontant le temps, il nous raconte l’histoire de cette langue réinventée. Les époques défilent, les orfèvres de l’argot sont célébrés, jusqu’à aujourd’hui. Une invitation aux plaisirs de la langue française, où le lecteur se délectera de portraits et d’un florilège de citations « pas piquées des hannetons ».
page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5 - page 6 - page 7 - page 8 - page 9 - page 10 - page 11 - page 12 - page 13 - page 14 - page 15 - page 16 - page 17 - page 18 - page 19 - page 20 - page 21 - page 22 - page 23 - page 24 - page 25 - page 26 - page 27 - page 28





Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile