Revoir le globe
Top
Retour à la médiathèque


À la rencontre des Français, de Jean Lasalle (Le Cherche Midi)
Demain, mercredi 10 avril 2013, j'entamerai, depuis l'Assemblée nationale, une marche à travers routes et chemins de France, à la rencontre de celles et ceux qui le souhaiteraient. Un brutal changement de monde nous a pris au dépourvu. Nous avons perdu nos repères, et notre pouvoir, au nom du peuple souverain, s'efface. Pour enrayer la résignation et reprendre en main le fil de notre histoire, il me paraît urgent de rendre la parole aux citoyens. " Durant huit mois de marche et plus de 5 000 kilomètres, Jean Lassalle a rencontré des milliers de ses concitoyens de tous âges et de toutes conditions. Il a recueilli leurs colères, leurs doutes et leurs aspirations. Cet ouvrage rapporte leurs témoignages. Il est l'expression d'hommes et de femmes de notre pays. Désespérés au premier abord, ils ont retiré leur confiance aux hommes politiques et n'apprécient guère l'ensemble des " sachants ". Contre toute attente, ils ont surtout besoin de parler et exigent d'être écoutés. Si on ne les interrompt pas, on découvre alors qu'ils veulent redevenir les citoyens du peuple souverain. Dans son style inimitable, Jean Lassalle rend hommage aux héros rencontrés tout au long de la marche, autant de destins silencieux dont les livres ne parlent que rarement. Toutes ces petites histoires qui fonderont la grande.
Qui sommes-nous? : Identité nationale et choc des cultures, de Samuel Huntington (Editions Odile Jacob)
Dans son œuvre fondatrice, Le Choc des civilisations, " l'un des livres les plus importants depuis la fin de la guerre froide ", selon Henry Kissinger, Samuel P. Huntington soutenait qu'avec la fin de la guerre froide, les " civilisations " allaient remplacer les idéologies comme facteurs de conflits internationaux. Cette vision prophétique semble s'être en partie avérée. Voici qu'il fait porter son analyse sur l'impact que les autres civilisations ont sur les valeurs américaines et occidentales. Le 11 septembre a ravivé un certain patriotisme. Mais autour de quelle identité ? Quelles sont nos valeurs fondamentales ? Et quels sont les défis auxquels nous sommes confrontés au plus profond de nous-mêmes ? Une nouvelle fois, Samuel P Huntington pose les termes d'un débat essentiel pour notre temps.
L'Argent des autres, d'Emmanuel Martin (Editions Les Belles Lettres)
À l'aide de quelques principes simples de l’analyse économique, l’auteur montre comment la responsabilité a déserté l’économie et la politique. Depuis des années, États régulateurs et groupes financiers ont fait disparaître le vrai capitalisme au profit d’un capitalisme de connivence. Parallèlement, la démocratie est devenue une course électoraliste, menant à l’explosion de la dette. La crise de l’euro et celle des subprimes en sont des conséquences inattendues mais immédiates. Il est tellement facile d’être irresponsable quand on joue avec l’argent des autres.
Pourquoi partir ? : Journal 2011-2014, de Jacques Chancel ( Flammarion)
«Je reviens à la source, je retrouve tous mes sentiers d'évasion, les Pyrénées me reprennent tout entier, collines, montagnes, amitiés confondues. L'âge est venu et mon appétit redouble, je ne vois que des soleils jusque dans les jours les plus sombres, je ne sais toujours pas d'où me vient cette résistance à l'ennui, ce bonheur de vivre, cette irrésistible envie de rester auprès de tous les miens. Pourquoi partir en effet ?» Le journal intime de Jacques Chancel des années 2011-2014 nous propose, sur le ton de la confidence, de revenir sur les grands et les petits événements qui agitent notre monde. Comme toujours, il est question de politique, de sport, de littérature, de musique, de voyages... Et, plus que jamais, de la vie, de la mort, et de demain.
Ces guerres qui ne devaient pas éclater (1870, 1914, 1939), de Nicolas Saudray (Editions Michel de Maule)
1870, 1914, 1939. Trois guerres nées de l'égoïsme, du chauvinisme et de la lâcheté, trois guerres qui n'auraient pas dû éclater. Napoléon III et ses conseillers ont déclaré la première alors qu'ils avaient toutes raisons de ne pas le faire. Si l'on efface leur erreur, l'histoire du XXe siècle aurait été différente. Malgré cette faute majeure, la probabilité des deux guerres mondiales qui ont suivi restait faible. Un rideau de troupes, à Sarajevo, suffisait à empêcher l'attentat contre l'Archiduc François-Ferdinand à l'origine de la guerre de 1914. Guillaume II aurait sauvé la paix s'il était rentré de manoeuvres navales un jour plus tôt... En 1933, les nazis, minoritaires, ne pouvaient accéder au pouvoir; on le leur a offert. Et leur régime se serait sans doute effondré si l'armée française, en 1936, était entrée dans la zone rhénane pour en préserver la neutralité. L'issue des conflits était tout aussi incertaine. De 1914 à 1918, le front occidental a manqué d'être rompu quatre fois par les Allemands. En 1941, ceux-ci ont été à deux doigts de prendre Moscou. Ils auraient été les premiers à disposer de la bombe atomique si Hitler s'y était intéressé. Le Japon pouvait inverser le sens de l'histoire en attaquant l'Union soviétique de concert avec le Reich, au lieu de s'en prendre aux Américains, adversaires bien trop puissants. Cet ouvrage est le livre des occasions perdues, des tournants manqués et des décisions absurdes.
Le prodigieux mystère de la joie, de Matthieu Dauchez (Editions Artège)
Avant d'être prodigieuse, la joie affichée des enfants de Manille, pauvres parmi les pauvres, est déconcertante. Elle désarçonne les esprits les plus subtils. Comment en effet expliquer qu'un enfant de la rue n'ayant connu que la misère soit capable d'une joie si sincère et débordante ? Comment comprendre ces sourires et l'énergie impétueuse des petits chiffonniers de la décharge alors que la vie ne leur a réservé que des épreuves ? Et plus encore, comment consentir à leur joie alors qu'ils sont victimes des pires scandales : abandonnés, violentés, abusés, violés, laissés pour compte au coeur de la jungle urbaine... ? Le paradoxe apparent est toutefois habituellement balayé d'un revers de main. L'insouciance de l'enfant est alors aussitôt brandie comme cause évidente de cette joie naïve, incapable de mesurer la contradiction dans laquelle il se trouve. Mais dire cela, c'est ignorer les nombreux adultes des bidonvilles et les grands chiffonniers de Manille, confrontés à la même misère, lucides sur leur situation, et qui pourtant expriment une joie similaire, une joie qui dépasse sans conteste nos raisonnements logiques. D'ailleurs ces jugements hâtifs identifient généralement joie, bien-être et bonheur. Or s'ils sont en vérité intimement liés, il faut pourtant bien les distinguer. Le bonheur est le bien suprême, nous le savons, celui qui comble parfaitement l'homme, celui que l'on souhaite à tout homme. Certains philosophes ont voulu l'identifier à un accomplissement personnel ou une satisfaction de nos inclinations et de nos désirs. Le Docteur Angélique a une vision moins égocentrique et sait bien que son principe et sa fin sont en Dieu. Quoi qu'il en soit le bonheur flirte forcément avec un absolu. Il apparaît du coup inaccessible pour certains ou source des plus grandes quêtes philosophiques pour d'autres. Quant à la joie que l'on expérimente dans nos vies, elle est fragile, subjective. Elle s'apparente à une sensation agréable, un sentiment de bien-être lié à une situation particulière. C'est une émotion plus ou moins durable, que l'on aimerait maîtriser mais qui peut nous échapper si facilement. Elle est aussi blanche que noire. Ne parle-t-on pas de cris de joie et d'exultation, mais aussi de fausse joie ou, plus terrible encore, de filles de joie ? Bref, l'acception du mot est bien large... Pourtant la joie se traduit en grec par χάρά (karà), qui peut se traduire par «ce qui réjouit le coeur» et partage la même racine que le mot χάρη (karé) qui signifie grâce. Voilà certainement le signe que la vraie joie est plus digne et plus belle que les simples éclats éphémères du plaisir. Ces quelques pages n'ont d'autres prétentions que d'essayer tant bien que mal de comprendre pourquoi Eddie boy, jeune chiffonnier de dix ans travaillant pour survivre sur la décharge de Manille depuis des années, manifeste une joie plus authentique que celle de nos étoiles du petit écran, pourtant attifées d'un large sourire hollywoodien, que celle plus flegmatique de nos lycéens en quête de sens ou encore, avouons-le, que notre propre joie... À la suite de Mendiants d'amour, ce petit essai veut humblement tenter de pénétrer les leçons que nous offrent par leurs exemples, les enfants les plus défavorisés de Manille.

http://www.associationanak.org/
Noëls de la sainte Russie, de Gérard Letailleur (Editions Via Romana)
En Russie, les contes de Noël et du Nouvel An ont pris racine non seulement dans le christianisme, mais dans les anciennes croyances slaves. Emprunts d'une poésie révélatrice d'émotions profondes, d'une atmosphère poignante de vérité, ils reflètent la bonté de Dieu qui par son Incarnation préside aux destinées de chacun. Ils ont inspiré les plus grands écrivains, de Tolstoï à Gogol, de Tchékhov à Chtchédrine. Ces magiciens du verbe les ont puisés dans la tradition orale et la nature y joue un rôle considérable : les immenses forêts du Nord, peuplées d'ours et de loups, confrontées aux rigueurs du climat, donnent à ces récits une dimension envoûtante. En transfigurant les apparences, en offrant du réconfort, en délivrant une leçon de foi et d'amour, ces dix contes rendent le bonheur accessible aux plus humbles, aux plus déshérités. Leur univers féérique fascine à tous les âges de la vie : il suffit de tendre l'oreille et de fermer les yeux…
Le grand livre des proverbes russes, de Daria Rozova (Presses du Châtelet)
Extrait de la préface Constantin Pavlovitch, prince Mourousy Qui veut comprendre la Russie et son peuple ne peut ignorer leurs proverbes : les Russes ne conçoivent pas la vie sans eux. Ils les utilisent instinctivement, parfois même sans s'en rendre compte, tant ils font partie intégrante du langage. La langue russe, célébrée pour ses aphorismes, sa concision, les met sur un piédestal. Alexandre Pouchkine n'écrivait-il pas : «Quelle splendeur, quelle finesse, quelle sagesse recèlent les proverbes russes ! Ils valent plus que l'or !» Aphorismes et proverbes - un genre folklorique à part entière - se sont façonnés au fil des siècles. Ce sont eux qui évoquent le mieux leurs propres vertus : «Le proverbe est propice à toute affaire», «Malheur à celui qui méprise le proverbe», «Le proverbe est ancien, mais il a gardé toute sa force.» Bon nombre font allusion à des faits historiques. Ainsi, celui qui accompagne l'annonce d'un événement désagréable autant qu'inattendu : «Alors, babouchka (grand-mère), le jour de saint Georges est bien arrivé !» remonte à l'abolition, décrétée en 1649 le jour de la fête de la Saint-Georges, du droit des paysans à passer de la dépendance à un seigneur vers un autre. Le proverbe russe trouve sa source dans la vie quotidienne du peuple avec tous ses particularismes. Il y exprime son expérience séculaire, illustrant toute sa vie, du berceau au cercueil. «Quelle imagination possèdent les paysans : ils inventent bien ! s'était exclamé Léon Tolstoï en lisant un recueil de proverbes. Tout est très simple, il y a peu de mots, mais chargés de sens.» La sagesse, le don subtil d'observation, l'esprit avisé du peuple s'illustrent dans les proverbes liés à l'apprentissage, la science, l'esprit, et même la bêtise : «La vie sans sagesse est le paradis des sots».
Les derniers jours : La fin de l'empire romain d'Occident, de Michel de Jaeghere (Editions des Belles Lettres)
Sans doute l'effondrement de la civilisation romaine n'eut-il ni l'uniformité, ni la fulgurance dont se plut à le parer l'imagerie romantique. La disparition de l empire d Occident n en fut pas moins le résultat d une submersion violente du territoire romain par des populations qui désiraient jouir de ses richesses sans adopter ses disciplines. Elle se traduisit, pour ses contemporains, par un désastre comme l histoire en offre peu d exemples. Au fil d un récit plein de drames, de fureurs, de retournements, d où émergent les grandes figures de Théodose, de Stilicon, d Alaric, de Galla Placidia, d Attila, d Aetius, Michel De Jaeghere fait revivre le siècle décisif qui sépare l irruption des Goths, en 376, de la déposition, cent ans plus tard, de Romulus Augustule. Brossant le portrait de la société et des institutions de l antiquité tardive, comme celui des peuples barbares qui se pressaient alors aux porte de l empire, il analyse sur la longue durée le processus qui vit la montée en puissance des populations germaniques à l intérieur du monde romain, en ne négligeant ni l histoire militaire, ni les circonstances politiques, économiques et sociales qui réduisirent les autorités romaines à l impuissance. Il inscrit, surtout, l ensemble de son livre dans une double réflexion sur la grandeur et les limites de la civilisation antique et sur les causes de la mort des empires.
La désinformation publicitaire, de Jean-Yves Le Gallou (Editions Via Romana)
Chaque Français subit chaque jour 61 minutes d'exposition publicitaire ; 2 % de la richesse produite sont consacrés au formatage de l'opinion par la publicité ; les neurosciences sont placées au service de la manipulation mentale. Enfin, comme il existe des bobards médiatiques, il y a des bobards publicitaires. Tout cela dans un double but : le conditionnement à l'acte d'achat compulsif, le conditionnement au politiquement correct. C'est dans un goulag mental que nous sommes enfermés. Comment décrypter la publicité ? Comment échapper à la désinformation publicitaire ? Comment parvenir à la contourner ? Un essai qui ne pose pas seulement un problème mais qui ouvre les voies d'une résistance. SOMMAIRE Publicité et propagande, éléments essentiels de conditionnement du système ; Feu sur la désinformation publicitaire ! ; La publicité élément clé de l'idéologie dominante ; Les techniques de manipulation publicitaire : comment échapper à l'ahurissement ? ; Peut-on réconcilier publicité et identité ? Dix moyens pratiques de s'affranchir de la tyrannie publicitaire.
page 1 - page 2 - page 3 - page 4 - page 5 - page 6 - page 7 - page 8 - page 9 - page 10 - page 11 - page 12 - page 13 - page 14 - page 15 - page 16 - page 17 - page 18 - page 19 - page 20 - page 21 - page 22 - page 23 - page 24 - page 25 - page 26 - page 27 - page 28





Qui Suis Je - Reportages - Médiathèque - Calendrier - Pays - La lettre - Contact
Site réalisé par Kevin LABECOT
Disclaimer - Version mobile